Lucien Favre en a fait un crack: «Xhaka peut guider la Suisse»

Football La Suisse se cherche des leaders? Elle en a un, qui doit tout ou presque à l’entraîneur vaudois.

Granit Xhaka, dont le transfert à Arsenal va battre tous les records pour un joueur suisse, a aussi déclaré sa flamme à l’équipe nationale.

Granit Xhaka, dont le transfert à Arsenal va battre tous les records pour un joueur suisse, a aussi déclaré sa flamme à l’équipe nationale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De ce Granit Xhaka qui semble touché par la grâce, toutes les nuances découlent naturellement. Mêmes les plus sombres, quand son regard ou son jeu se font subitement ombrageux, quand son aisance confine à la facilité, voire à la suffisance. Pourtant, à l’heure où l’équipe de Suisse se cherche un patron au milieu, en cette veillée d’Euro qui doit donner de la lumière à une sélection trop terne, s’il en est un qui peut briller, alors c’est peut-être bien lui.

Le futur milieu d’Arsenal (la confirmation est imminente après les fuites du week-end) sera sous peu, et de très loin, le joueur suisse le plus cher de l’histoire: les Gunners débourseraient près de 52 millions de francs, rien à voir avec les quelque 21 millions qu’avait payé l’Inter pour Shaqiri. Il toucherait de plus 150 000 francs par… semaine. Un salaire de star. Qu’il va falloir assumer.

Le plus tôt étant le mieux, c’est d’abord avec la Suisse de Petkovic, dans cet Euro français qui arrive, que le milieu de terrain de 23 ans doit enfiler son nouveau costume taille patron. A-t-il les épaules assez larges? Les éloges qu’il suscite en Bundesliga, cet énorme transfert à Arsenal qui en a fait sa priorité après l’avoir visionné plus de trente fois (!), sont-ils autant de garanties? Ce gamin un brin arrogant qui a quitté Bâle il y a quatre ans a-t-il vraiment grandi?

Des heures de travail

Un seul homme pour répondre à ces interrogations: Lucien Favre. Parce que si Granit Xhaka en est là aujourd’hui, c’est à Favre qu’il le doit. Si demain il porte la Suisse, ce sera grâce au travail de fourmi effectué par l’entraîneur vaudois, à Mönchengladbach. Où le jeune Granit a passé quatre saisons.

«Quand il est arrivé, je savais que cela prendrait du temps avec lui, explique Lucien Favre. Il avait des qualités naturelles, bien sûr, on le voyait à Bâle: vision du jeu, orientation, passe longue. Mais il fallait rendre cela plus fin, plus précis, plus en rapport avec le rythme et le mouvement. Ce n’était pas une question de lenteur. Mais plus de lui apprendre à bouger correctement, à se positionner plus justement.»

Cela s’est matérialisé par de longues séances individuelles. Entre Favre et Xhaka, après les entraînements collectifs. «Ce n’était pas simple au début, avoue Favre. Il a fallu le convaincre de faire tous ces efforts. Nous avons tellement travaillé. Des détails de si grande importance: le jeu de jambe, comment poser ses appuis pour être aussitôt prêt à évoluer et à s’orienter, pour déjouer un pressing adverse aussi. Cela représente des heures et des heures de boulot, avec lui. Il a eu la grande intelligence de comprendre, la volonté de travailler dur, car il pouvait mesurer les progrès accomplis…»

Surtout: Granit Xhaka, en parallèle, a aussi grandi mentalement. S’affranchissant de ce gamin éhonté qui avait tancé le vestiaire de Gladbach en arrivant il y a quatre ans, disant tout haut ses ambitions pour se mettre des coéquipiers à dos. Il va quitter la Bundesliga en étant devenu une star de la ligue et au passage le capitaine indiscutable du Borussia. Pas mal…

Libéré d’Inler

Reste l’équipe de Suisse. Libéré d’Inler, il a désormais toutes les cartes en main pour briller: une nécessité pour la sélection helvétique, avec laquelle il continuera d’évoluer dans le futur, il l’a dit. Tordant le cou aux mauvaises polémiques qui l’envoyaient déjà au Kosovo.

«Oui, Xhaka peut guider la Suisse, assure Lucien Favre. Il peut dicter le jeu, agir en meneur, c’est un leader naturel, élégant en plus. Mais il a aussi besoin d’un collectif qui fonctionne autour de lui.»

A Vladimir Petkovic de trouver les bonnes nuances. Xhaka a dans les pieds de quoi faire briller les autres. Lesquels exactement? C’est l’un des enjeux de ce stage à Lugano et de l’Euro dans la foulée.


Premières foulées tessinoises

A l’ombre du Cornaredo luganais, l’équipe de Suisse a connu lundi ses premières foulées tessinoises. Il manquait plusieurs joueurs, encore engagés avec leurs clubs ou qui viennent à peine de terminer leurs championnats: Derdiyok, Bürki, Lichtsteiner, Seferovic, Tarashaj, Senderos, Von Bergen et Zuffi rejoindront le stage entre mercredi et jeudi. De son côté, Steffen est blessé, il n’ira pas à l’Euro et ne sera pas remplacé, tandis qu’Embolo, touché avec Bâle au genou, est à Lugano, mais entre les mains du médecin.

Les 18 autres internationaux, eux, étaient donc présents pour ce premier entraînement. Une première prise de contact pour un collectif qui devra être ramené à 23 noms, lundi prochain vraisemblablement. Palme du plus grand sourire pour Denis Zakaria. Le Genevois, ex-Servette, a connu une année remarquable et remarquée à YB. Il intéresse Leverkusen, mais il garde les pieds sur terre et pense uniquement à la sélection suisse.

«L’accueil a été formidable, je suis heureux d’être ici, sourit-il. Ce n’est que du bonus. On verra si je suis dans les 23 ou pas; je n’y pense pas en réalité, même si je veux tout faire pour…»

Autre surpris, Fabian Frei. Rappelé pour que la Suisse se donne une chance d’évoluer en 3-5-2, avec Frei derrière la défense? «Je ne regarde pas si loin, je suis déjà content d’être là», assure le joueur de Mayence 05. D.V.

Créé: 24.05.2016, 08h22

Articles en relation

Qui va gagner l'Euro?

Euro 2016 Un grand concours de pronostics vous fera gagner une TV Samsung, des iPads et d’autres cadeaux, dès aujourd’hui gratuitement sur notre site Plus...

Granit Xhaka reste fidèle à la Suisse

Football Le demi de Mönchengladbach ne jouera pas pour le Kosovo, pays récemment admis par l'UEFA et la FIFA. Plus...

Granit Xhaka pense que la Suisse peut gagner l'Euro

Football Le capitaine de Mönchengladbach croit en une victoire finale lors de l'Euro-2016. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.