Passer au contenu principal

Lucien Favre est irrité par la rumeur qui l’envoie à Riyad

Entraîneur convoité, le Vaudois n’a guère apprécié l’information qui évoquait l’intérêt du club d’Al-Nasr. Son agent l’a démentie.

Quelle sera la prochaine destination de Lucien Favre?
Quelle sera la prochaine destination de Lucien Favre?
Keystone

Dans cet univers globalisé, les nouvelles circulent vite. Mais elles ne collent pas toujours de très près à la réalité qu’elles devraient refléter. Grand pourvoyeur de rumeurs, le monde agité du foot business place les joueurs et les entraîneurs à succès sur une sorte de carrousel. Un petit tour par ici, un autre tour par là. Quelle sera la prochaine destination de celui-ci ou de celui-là? Lucien Favre en fait l’expérience cette semaine. Et l’actuel entraîneur de l’OGC Nice apprécie très modérément la nouvelle qui, mardi, lui prêtait l’intention (éventuelle) de rejoindre la ville de Riyad (Arabie saoudite) et son club d’Al-Nasr, pour un contrat qu’on devine évidemment juteux.

D’abord relayée en France, puis dans notre pays, l’info a finalement reçu un démenti sans la moindre ambiguïté. «Je suis très étonné. Je ne sais pas s’il faut commenter quelque chose qui n’existe pas, a réagi Christophe Payot, qui s’occupe des intérêts du technicien vaudois. Ce genre de destination ne fait pas du tout partie de ce qui peut arriver à Lucien.»

Lucien Favre aime passionnément le jeu et donc la compétition lorsqu’elle touche le haut niveau. Sans faire injure au football tel qu’il se pratique dans cette région du monde, il était difficile de croire que l’entraîneur pourrait être intéressé par un «défi» de ce genre.

Pas de retraite à l'horizon

Étant entendu qu’accepter un tel poste s’associe de fait à une sorte de préretraite. Or, à 60 ans, Favre a encore de l’ambition. Et Nice – club avec lequel il est sous contrat jusqu’en été 2019 – ne devrait pas être la dernière étape importante de sa carrière. Son nom circule souvent. Et sans prendre un grand risque spéculatif, un retour en Allemagne pourrait tout à fait être envisagé. Lucien Favre avait entraîné Hertha Berlin (2007-2009) et surtout Borussia Mönchengladbach (2011-2015). Et sa cote reste particulièrement élevée dans ce pays. Il a rejoint la France en 2016.

Contacté mercredi, Lucien Favre n’a pas souhaité s’exprimer, estimant sans doute qu’il avait mieux à faire que de commenter ce genre de fake news, cette malédiction des temps modernes.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.