Lutry-Lavaux entend jouer à fond son rôle de trouble-fête

VolleyballMalgré un budget modeste, le néo-promu en LNA a l’ambition d’arracher une place en play-off.

L’Australien Tim Taylor (maillot blanc) est venu renforcer et encadrer la jeune équipe de l’entraîneur Jérôme Corda.

L’Australien Tim Taylor (maillot blanc) est venu renforcer et encadrer la jeune équipe de l’entraîneur Jérôme Corda. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quatre ans après avoir volontairement quitté la LNA, Lutry-Lavaux est de retour au sein de l’élite du volley suisse. Un baptême que les Vaudois vivront ce samedi, à Jona, face à l’une des équipes qu’ils peuvent espérer laisser derrière eux pour couronner cette promotion par une participation aux play-off. «C’est notre objectif, admet Jérôme Corda, l’homme qui entame sa huitième saison en tant qu’entraîneur de la 1re équipe. Et je pense qu’il est à notre portée malgré la jeunesse et l’inexpérience de notre équipe.»

Un groupe qui, faut-il le rappeler, a obtenu sa promotion sur le tapis vert ce printemps. Brillant champion de LNB un an plus tôt, Lutry-Lavaux avait alors renoncé à rejoindre l’élite. Un défi qu’il a ensuite accepté, en avril dernier, suite à l’augmentation de huit à dix du nombre d’équipes en LNA. «La décision prise en 2018 était la bonne, explique Philippe Tuccelli, le président. Parce que nous n’étions alors pas à même d’assumer ce retour en LNA. Et aujourd’hui, je ne regrette pas une seconde de l’avoir accepté. Par rapport à notre dernière expérience en LNA, conclue en 2015, le club s’est structuré à tous les niveaux, notamment pour ce qui touche à la formation. Un secteur qui est passé de 110 à 200 jeunes en quatre ans seulement. Ces douze mois nous ont permis de mieux nous préparer à ce changement de catégorie avec désormais un groupe et un staff technique dignes de l’élite grâce à un budget de quelque 200'000 francs. Qui est à la fois le plus modeste de la catégorie et le plus important de l’histoire du club.»

Avec ses moyens, Lutry-Lavaux a pour première ambition de jouer les trouble-fêtes. Un rôle d’autant plus grisant que la menace d’une relégation a été balayée, cet été, avec le retrait d’Uni Berne. «Cette défection est la fois une bonne et une mauvaise nouvelle, sourit Jérôme Corda. Elle ôte toute pression négative mais enlève aussi un peu de piquant à ce championnat. Pour nos jeunes joueurs, le contexte est toutefois idéal pour qu’ils puissent poursuivre leur développement dans les meilleures conditions possible.»

Deux renforts du LUC

Pour faciliter cette progression, LL a recruté un étranger de qualité en la personne de l’Australien Tim Taylor. «Nous avons pris notre temps pour éviter au maximum de nous tromper, continue le technicien français. Avec Tim je crois que nous avons trouvé la bonne personne. Malgré son jeune âge (25 ans), il est un vrai leader avec beaucoup de caractère. Il possède toutes les qualités pour encadrer nos jeunes.»

Pour arracher cette huitième place – ou mieux – synonyme de play-off, Lutry-Lavaux ne manque pas d’atouts comme il l’a démontré lors de la préparation. «Elle a été très encourageante, notamment lors d’un bon tournoi en Avignon, où l’équipe a bien figuré face à des équipes françaises de très bon niveau, souligne Jérôme Corda. L’intégration des nouveaux – dont les jeunes Florent Pittet et Luca Ineichen (20 ans) du LUC – s’est très bien faite et grâce à notre bel état d’esprit, notre combativité et une énorme motivation, je pense que cette équipe est capable d’étonner et de rivaliser avec la plupart de ses adversaires. Peut-être pas avec le LUC ou Amriswil, les cadors du pays, mais certainement avec Jona, Lucerne et quelques autres équipes. Mais pour atteindre l’objectif fixé, il nous faudra le plus vite possible acquérir davantage de constance dans nos performances.»

Philippe Tuccelli et Jérôme Corda comptent bien entendu aussi beaucoup sur l’enthousiasme que génère une promotion pour surprendre ses adversaires. À commencer par Jona, ce samedi. Un départ réussi du côté de Rapperswil permettrait à Lutry-Lavaux d’aborder la suite avec un brin de sérénité supplémentaire. D’autant plus important que LL se déplacera ensuite à Dorigny pour y défier les champions en titre avant d’accueillir Amriswil dans sa salle de Corsy. Soit le récent vainqueur de la Supercup face au LUC.

Créé: 10.10.2019, 09h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.