La lutte sera féroce pour le dernier Bol d'Or des D35

Bol d'Or MirabaudLe roi du lac sera dur à battre. Tous les teams de la série veulent s’offrir la victoire lors de cette édition historique.

Les grands multicoques s’échappent rapidement lors de la phase de départ, toujours magique, dans la rade iconique de Genève.

Les grands multicoques s’échappent rapidement lors de la phase de départ, toujours magique, dans la rade iconique de Genève. Image: Loris Von Siebenthal

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La lutte sera encore plus féroce. Indécise. «Et comme souvent, il faudra se battre jusqu’au dernier virement, commente Christian Wahl, tenant du titre et septuple vainqueur. Avec Mobimo, l’an passé, nous avons réuni tous les ingrédients pour gagner: de la patience et une dose de réussite. S’il y a bien une chose qu’il faut garder à l’esprit sur cette course, c’est qu’il ne faut jamais renoncer.»

Celui que l’on surnomme le sorcier du lac, à force de trouver du vent là où il n’y en a pas, vise le nouveau record absolu de victoires sur la plus importante régate du monde en bassin fermé. Il sait donc de quoi il parle lorsqu’il évoque ce lac qui n’en finit pas de changer.

Lors de la Genève-Rolle, il y a une semaine, Christian Wahl avait passé la mi-course en tête avec Cabestan avant de se faire déborder lors du retour vers le Jet d’eau. «Cette année, comme il s’agit de la dernière participation des D35 dans le cadre de leur championnat, on s’attend à un combat acharné pour la victoire. Pour la plupart des équipes il s’agira véritablement d’une ultime participation avec ce bateau, car beaucoup d’entre eux ont été vendus et s’en iront en fin de saison. Moi, j’aurai moins de pression car je garde mon bateau et je compte bien encore m’aligner l’an prochain sur le Bol d’Or.»

Battus une seule fois

Lancés en 2004 par l’association des propriétaires de multicoques, les D35 ont connu une véritable success story. S’ils restent particulièrement fiables et efficaces, ils seront tout de même remplacés, en 2020, par un catamaran tout beau tout neuf, doté de foils en T et dont les performances théoriques font déjà rêver les navigateurs. «Mais le lac reste le lac, rappelle Christian Wahl, et il n’est pas garanti à 100% que ces TF35 seront intouchables dans douze mois. Suivant les conditions, il n’est pas impossible que le D35 puisse encore prolonger sa série de victoires.» Quinze participations, quatorze victoires, difficile de faire mieux.

Le quinzième succès sera-t-il décerné ce week-end? Seuls Safram, le plus bel oiseau à deux pattes du lac (le seul qui a fait tomber les D35, en 2013 sous les couleurs de Zenith Fresh) et Ladycat (un D35 légèrement modifié) peuvent gâcher la fête. Car dès l’an prochain, le tout nouveau TF35 devrait d’emblée imposer sa supériorité. C’est tout du moins l’avis de Pierre-Yves Jorand, directeur sportif d’Alinghi, lui aussi sept fois victorieux du Bol. «Le nouveau bateau a été dessiné pour prendre la suite et battre les D35. Donc pour nous, ce sera a priori notre dernier Bol en D35. Après, qui sait, un projet avec des jeunes pourrait peut-être voir le jour dans les années à venir. Le D35 pourrait alors naviguer en parallèle du TF35.»

Course compliquée

En attendant, Ernesto Bertarelli compte bien inscrire son nom lors de cette édition historique qui marquera la fin d’une ère. «Quelle que soit la plateforme, nous sommes toujours très excités à l’idée de nous aligner sur le Bol d’Or Mirabaud, souligne Pierre-Yves Jorand. C’est une course au parcours iconique avec un nombre incroyable de bateaux sur la ligne de départ. Notre D35 s’est engagé sur toutes les éditions depuis son arrivée en 2004. On gagne dans du vent en 2011 et 2017, on abandonne malheureusement une fois en 2006 après avoir cassé notre mât.»

Cette année, la course sera très compliquée, typiquement lémanique. «Les conditions s’avèrent légères, probablement orageuses, variées et incertaines jusqu’au bout. Le suspense sera de la partie!» prédit Pierre-Yves Jorand. Une édition pour les cadors, qui se livreront à une lutte plus féroce que jamais.

Créé: 15.06.2019, 09h16

Tout sur le 81e Bol d’Or

Départ
Samedi à 10 heures à Genève.

Voir le départ
La plage du Vengeron sur la rive droite. Le long du quai de Cologny, ainsi que du Pré Byron, sur les hauteurs de Cologny sur la rive gauche.

Voir passer les concurrents
De Bellevue à Montreux, en passant par Versoix, Nyon, Morges et Lausanne, côté suisse, et de Saint-Gingolph à Hermance, en passant par Évian, Thonon, Yvoire, et Nernier, côté français, quais et terrasses qui bordent le lac permettent d’observer la procession de plus de 500 voiliers. La marque de passage du Bouveret, dans le Haut Lac, permet aussi de voir les bateaux en course depuis la rive. Plus contemplatif, le Signal-de-Bougy et Lavaux offrent également un point de vue exceptionnel avec davantage de recul.

Vivre la course
Tout le week-end, la Société nautique est ouverte au public avec des stands de boissons et nourriture ainsi que le restaurant de la SNG pour se sustenter. Un écran géant est installé pour suivre l’évolution de la régate. Samedi soir, un concert gratuit a lieu sur La Neptune qui est amarrée au ponton d’honneur tout le week-end.

Vivre l’arrivée
Un moment toujours riche en émotions. Avec, en prime, le bain offert au skipper du bateau vainqueur.

Sur le web
Les sites de «24 heures» et de la «Tribune de Genève» assurent un suivi continu de la course. Avec des news sur les leaders, des images et des analyses. Infos également sur tous les réseaux sociaux: #BOM19.

Météo Une masse d’air humide traverse la région lémanique dans la nuit de vendredi à samedi. La mauvaise nouvelle, c’est que le départ devrait se faire sous la grisaille. Avec comme conséquence des airs très faibles et instables. Le début de course se fera à très faible allure. Orages et coups de vent possibles. En fin de journée, samedi, les courant vont lentement basculer de sud-ouest à nord, nord-ouest. Une tendance à la bise qui animera la journée de dimanche, garantissant une fin de course sous le soleil et dans de bons airs établis.

Articles en relation

«Zen Too» et les D35 bombent les voiles à une semaine du Bol d’Or

Voile La Genève-Rolle a souri aux rois du Léman, bien décidés à tout rafler pour leur dernière saison. Mais ils ont eu chaud samedi… Plus...

Légende du Bol, «Taillevent II» régate toujours avec les meilleurs

Voile Le monocoque de la famille Engel s’aligne pour la 25e fois et peut jouer avec les cadors malgré le temps qui passe. Plus...

Pour sa 80e édition, le Bol d’Or est plus convoité que jamais par les cadors du lac

Voile La régate la plus prestigieuse s’élance samedi à 10 h de Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.