Manchester City et Bâle ne font pas partie du même monde

FootballQualités individuelles ou expression collective, tout les sépare. Il n’y a donc pas eu d’incertitude dans ce 8e de finale.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La meilleure volonté du monde ne permet pas toujours d’effacer, même partiellement, les différences de valeur intrinsèque. Vainqueur de Manchester United l’automne dernier, en phase de poules, le FC Bâle a subi une lourde défaite devant l’autre équipe mancunienne, le City de Pep Guardiola, il est vrai bien supérieur au ManU du pénible Mourinho.

Pour espérer bousculer cette formation qui désormais fait office de terreur sur le continent, les Rhénans avaient besoin d’une soirée parfaite, assortie d’un peu de chance. Cela faisait évidemment beaucoup et on est resté très loin du compte. Le visiteur a donc récité sa participation et ainsi fait le job sans souci particulier, assurant d’ores et déjà une qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions qui ne s’apparente qu’à une étape.

Trop de limites

Si le football offre parfois des scénarios inattendus, il existe tout de même certaines règles qui paraissent immuables. Ainsi, lorsqu’on parvient à se ménager une grosse occasion contre un adversaire largement plus fort, il faut impérativement en profiter. Ce que n’a pas su faire Oberlin, bien lancé par Riveros et se présentant seul devant le gardien Ederson (6e minute). Hélas, le dernier geste du Vaudois n’a pas été à la hauteur de cette soirée événement. Pas plus d’ailleurs que le jugement de l’arbitre suédois Eriksson, «oubliant» de siffler un penalty pour une grossière obstruction (Otamendi) sur le même Oberlin (12e).

En ouvrant le score, Bâle aurait donné davantage de relief à ce spectacle d’un soir. Parce qu’ensuite City s’est rapidement envolé. Et avec lui toute incertitude quant à l’issue de la rencontre.

En moins de dix minutes, les joueurs de Raphaël Wicky ont en effet encaissé pas moins de trois buts. Un coup de tête de Gündogan sur coup de coin, un délicieux enchaînement contrôle-frappe de Bernardo Silva, puis un tir d’Agüero de vingt mètres, tout était dit. On jouait depuis 23 minutes et City carburait à plus de 70% de possession. Le FC Bâle s’était préparé mentalement à devoir courir beaucoup et il n’a pas été déçu. Restait à savoir ce qu’il pourrait bien faire des 25% du temps durant lequel il aurait la possibilité de jouer… avec la balle. Amener très vite ce précieux ballon devant, profiter de la vitesse d’Oberlin, ce programme était toutefois aussi limité que peut être grande la différence de qualité technique qui sépare ces deux équipes.

Faire bonne figure

Ce n’est pas faire injure aux Rhénans de le souligner. Mais à un tel niveau de compétition, un champion de Suisse – en tout cas le FCB actuel – n’a plus grand-choses à revendiquer. Amoindri par le départ d’Akanji cet hiver, il devait de surcroît pallier l’absence en défense de Balanta. Ce qui n’a bien sûr rien arrangé. Bâle s’est efforcé de faire bonne figure jusqu’au bout. Il faut louer cette attitude. Mais on était tout simplement en présence de deux mondes. Evidemment bien différents. Trop différents. (24 heures)

Créé: 13.02.2018, 23h06

Infobox

Bâle - Manchester City 0-4 (0-3)
Parc Saint-Jacques,
36'000 spectateurs (guichets fermés).
Arbitre: M. Eriksson (Su).
Buts: Gündogan 0-1. 18e Bernardo Silva 0-2. 23e Agüero 0-3. 54e Gündogan 0-4.
Bâle: Vaclik; Xhaka, Lacroix, Suchy; Lang, Frei, Serey Die, Riveros; Stocker (71e Ajeti), Oberlin, Elyounoussi (85e Bua).
Manchester City: Ederson; Walker, Kompany, Otamendi, Delph; De Bruyne (63e Silva), Fernandinho, Gündogan; Bernardo Silva, Agüero (85e Danilo), Sterling (56e Sané).
Notes: Bâle sans Balanta ni Vailati (blessés), Manchester City sans Mendy ni Gabriel Jesus (blessés).
Avertissements: 38e Xhaka (suspendu au prochain match). 59e Fernandinho. 89e Serey Die. 89e Gündogan

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.