«Contre Marseille, Lausanne a livré un vrai bon match»

FootballL’AS Saint-Etienne est en stage de préparation à Chamblon cette fin de semaine. Avant son match de samedi soir (19h) contre le LS à La Pontaise, l’entraîneur Christophe Galtier se confie.

Christophe Galtier (à gauche) jeudi matin à Chamblon, en compagnie de Dominique Rocheteau, l'ancien joueur aujourd'hui conseiller du président du directoire du club.

Christophe Galtier (à gauche) jeudi matin à Chamblon, en compagnie de Dominique Rocheteau, l'ancien joueur aujourd'hui conseiller du président du directoire du club. Image: RAVUSSIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A quinze jours de son premier match officiel de la saison 2016-2017 (le 3e tour préliminaire aller de l’Europa League), l’AS Saint-Etienne affûte ses automatismes du côté de Chamblon et profite des bains thermaux d’Yverdon pour se relaxer. Après avoir concédé la défaite mercredi soir contre le PSV Eindhoven (1-2 à Thonon), les Verts affrontent le LS samedi soir avant de regagner leur chaudron de Geoffroy-Guichard. Interview de leur entraîneur, Christophe Galtier.

Un stage en Suisse, c’est idéal pour préparer la nouvelle saison qui débute bientôt?

On est venu ici pour échapper à la chaleur qui règne en France. C’est plutôt réussi! Plus sérieusement, nous avions dans notre programme cette rencontre contre le PSV à Thonon et trois jours plus tard le match de samedi contre Lausanne. Nous avons donc cherché un terrain et des infrastructures qui puissent nous accueillir. Je sais que pas mal d’équipes sont déjà passées par ici et nous avons accepté la proposition qui nous a été faite. A Yverdon, les joueurs peuvent en plus bénéficier des bains. C’est bien pour la récupération.

Que savez-vous du LS que vous affrontez samedi?

Je connais déjà Fabio Celestini que j’ai croisé du temps où il évoluait en France, à Troyes et Marseille, sous les ordres d’Alain Perrin dont j’ai longtemps été l’assistant. Sinon, j’ai vu une heure de la partie contre l’OM, mardi à Valence. J’y ai découvert une équipe bien organisée qui a livré un vrai bon match de foot.

Comment se passe votre préparation?

L’échéance du 28 juillet et ce tour qualificatif en Europa League approche à grands pas. Ce n’est pas évident de préparer le groupe à la fois pour toute la saison, mais aussi pour ce rendez-vous européen. L’objectif est d’atteindre les phases de groupe. L’Europe, ça fait partie de l’ADN de ce club. C’est à travers ses grandes soirées européennes des années 1970 qu’il a écrit une partie de son histoire. L’aventure a été intense l’an dernier. On est toujours à la recherche des émotions qu’elle procure.

Une aventure qui s’est arrêtée à Bâle. Comment avez-vous vécu cette défaite?

Assez mal. Surtout la dernière minute (les Rhénans ont inscrit le but de la qualification dans les arrêts de jeu, ndlr). Les deux équipes étaient assez proches. La victoire est allée à celle qui avait le plus d’expérience. Nous avons péché au niveau de la concentration. C’est ce qui a fait la différence.

Les Verts n’ont-ils pas souffert lors du sprint final du championnat de ce long parcours en Europa League?

La saison a été longue, c’est vrai. On a joué en tout 55 matches. En France, seul le PSG en a disputé davantage. Alors forcément, ça laisse des traces. On a perdu des points juste avant le match de Bâle. Et puis nous avons eu du mal à nous remettre de cette élimination que nous avons ressentie comme une grosse déception. Derrière, on a enchaîné avec deux défaites. En outre, l’effectif a été affaibli par des blessures. Mais je ne cherche pas d’excuses. Je suis d’avis qu'à la fin, vous vous trouvez à la place que vous méritez.

Et en mai prochain, où se situera l’ASSE?

L’objectif est d’être pour la cinquième fois consécutive européen.

En franchissant un pas et en vous qualifiant pour la Champions League?

En Ligue 1, il y a des équipes beaucoup mieux armées que nous. Le championnat sera très très difficile cette saison. Maintenant, quand vous n’avancez pas, vous reculez. On va procéder par étapes et on verra à la fin.

Votre groupe affiche-t-il complet aujourd’hui?

Il me manque encore un latéral gauche, un élément pour le secteur offensif et sûrement un joueur à vocation défensive.

Des joueurs qui pourraient venir de Suisse?

On regarde souvent du côté de votre championnat. Mais chez vous, les joueurs sont plutôt enclins à partir pour l’Allemagne. Cette année, j’ai suivi des joueurs de Bâle et de Sion. Mais ils sont inabordables pour nous en termes de salaires.

Et les supporters doivent-ils s’attendre à des départs d’ici à la reprise du championnat?

En France, mis à part le PSG et Monaco, tous les clubs sont susceptibles de perdre des joueurs jusqu’à la dernière heure du mercato. C’est une réalité économique.

(24 heures)

Créé: 15.07.2016, 08h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...