Maxime Lopez: «Tout est allé tellement vite pour moi»

FootballDu haut de ses 19 ans, Maxime Lopez est sur le point de s’imposer comme le chef d’orchestre de l’OM. Rencontre à Lausanne.

Pour ses débuts chez les pros la saison dernière, Maxime Lopez a cumulé trois buts et sept assists en 30 matches de Ligue 1.

Pour ses débuts chez les pros la saison dernière, Maxime Lopez a cumulé trois buts et sept assists en 30 matches de Ligue 1. Image: Dominic Favre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a tout juste un an, Maxime Lopez faisait encore partie de l’équipe réserve phocéenne, en cinquième division française. Tout a changé depuis. Lancé dans le bain dès la deuxième journée de Ligue 1, le minot de Marseille a réussi une saison pleine avec les pros (3 buts, 7 assists). Recevant même les éloges d’un autre Marseillais, Zinedine Zidane.

Ce pur produit du centre de formation de l’OM avait été repéré par Marcelo Bielsa en 2014. «El Loco» se trompe rarement. «Nouveau Nasri», «Totti marseillais», les comparaisons pleuvent déjà mais le gamin ne s’en émeut pas plus que ça. «Tout est multiplié par dix à Marseille, justifie-t-il à demi-mot, presque pour s’excuser. Je ne lis pas tout ce qui s’écrit sur moi.»

Son contrat prolongé jusqu’en 2021, Maxime Lopez admet être devenu un «symbole marseillais». Mais tout ce qui l’intéresse, c’est de ramener le club de son cœur dans le top trois français. Désarçonnant de maturité et de sérénité, le meneur de jeu s’est confié en marge du camp de préparation de l’OM à Lausanne.

Maxime Lopez, quel sentiment vous laisse cette première saison avec les pros?

Tout est allé tellement vite. Première apparition, puis première titularisation et premier but. Les choses se sont enchaînées presque comme dans un rêve.

Comment avez-vous géré ce changement de statut?

J’ai un entourage qui m’aide beaucoup. Le club m’a aussi soutenu. Tous les coaches que j’ai eus au centre de formation m’ont accompagné, conseillé, pour que le jour où je commence avec la première équipe je sois prêt.

Et en dehors du terrain?

Ma vie n’a pas vraiment changé. Bien sûr, maintenant je suis reconnu quand je marche en ville ou que je vais au restaurant. On m’arrête pour des photos. Mais cela ne va pas changer ma façon de vivre. Il faut accepter toutes les facettes de ce métier.

Est-ce parfois lourd à porter?

Non, c’est normal. Les gens pensent que tout est facile pour un footballeur, mais ce n’est pas le cas. Je sais que je peux être un exemple pour certains jeunes. Sur les réseaux sociaux notamment, je me dois de faire attention à tout ce que j’écris.

En février, vous avez prolongé jusqu’en 2021 à l’OM. Un choix qui s’imposait de lui-même?

Oui. Je n’ai pas hésité quand la direction m’a fait part de sa volonté de me prolonger. J’ai senti une réelle envie que je fasse partie de ce projet marseillais.

Ces dernières saisons, peu de joueurs issus du centre de formation ont percé à l’OM. Pourquoi?

Il faut dire la vérité. L’ancienne direction ne misait pas assez sur le centre de formation. Aujourd’hui, c’est le cas, notamment grâce à Rudi Garcia (ndlr: l’entraîneur actuel). En quelque sorte, je suis une rampe de lancement de cette nouvelle approche. Plein d’autres jeunes suivront.

Le recrutement estival a été musclé (Rami et Luiz Gustavo notamment). Est-ce compatible avec cette vision?

Je crois en être la preuve. L’année dernière, j’ai réussi à me faire une place dans un effectif de qualité. Le coach a montré que tout le monde avait sa chance. Aux jeunes de montrer qu’ils ont le niveau. Cet été, des joueurs internationaux sont arrivés, mais ce n’est que positif pour la concurrence dans le groupe.

Vous avez porté le brassard de capitaine en match amical au début du mois…

Même si ce n’était qu’un match amical, c’était quand même un honneur et une fierté.

Vous espérez le porter bientôt en championnat?

Pourquoi pas un jour. Après, je suis encore jeune. Il y a des cadres dans l’équipe. Chaque chose en son temps.

Comment voyez-vous l’avenir avec l’OM?

Je n’aime pas me projeter vers le futur pour rien. Sur le plan collectif, on veut surtout ramener l’OM dans le top 3 du championnat. A court terme. Marseille se doit de retrouver la Ligue des champions.

Paris, Monaco, Lyon, Lille… La lutte s’annonce intense cette saison en Ligue 1…

Oui. Il y a tellement de prétendants au titre. Ce sera un championnat très relevé. Il y a rarement eu autant de belles équipes. J’ai hâte que ça commence.

Créé: 19.07.2017, 18h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.