Michel Drucker: «Je fais partie d’une génération bénie!»

FootballL’animateur vedette des Français, âgé de 73 ans, n’oublie pas qu’il a commenté le football avant de présenter «Vivement Dimanche».

Michel Drucker est demeuré un fan des Verts de Saint-Etienne.

Michel Drucker est demeuré un fan des Verts de Saint-Etienne. Image: RTS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans son bureau parisien, il y a des photos de chanteurs, de comédiens, mais aussi de Platini, Pelé et Zidane. Homme de divertissement vedette des Français, producteur et présentateur de Vivement Dimanche, Michel Drucker n’a jamais oublié qu’entre 1964 et 1986, il était sur le terrain au moment de pousser la chansonnette. Qu’il a été, avant ce qu’il appelle sa «seconde vie», journaliste sportif.

Les débordements de Rocheteau, la volée de Bathenay, la folle épopée de l’AS Saint-Etienne sont ancrés dans sa mémoire. «Qui c’est les plus forts? Evidemment c’est les Verts…» Ce tube, il le connaît par cœur. Mais sa mémoire vous ressort également le penalty réussi par Luis Fernandez et celui manqué dans la foulée par Zico au Mexique, il y a trente ans déjà. Il n’en garde que de bons souvenirs, comme de sa première Coupe du monde, également au pays des Aztèques, seize ans plus tôt. Ou en Argentine, la patrie de Kempes et de Maradona, en 1978.

«Je fais partie d’une génération bénie, reconnaît cet éternel jeune premier de 73 ans. Quand je suis allé commenter des matches en Allemagne, en Espagne ou en Amérique du Sud avec Thierry Roland, on avait la chance de loger dans l’hôtel des joueurs de l’équipe de France. On pouvait parler à Giresse ou Platini sans passer par un agent, trois avocats ou un chéquier comme c’est le cas aujourd’hui! Il n’y avait pas de barrières entre nous. On avait un autre rapport, et une solidarité et une fraternité incroyables, les footballeurs passaient leur vie dans le même club. Ce n’était pas encore l’époque des mercenaires.» Désormais, quand il revoit ses «copains» de Geoffroy-Guichard, place Jean-Jaurès, il a la larme à l’œil. Comme à la fin du mois de mai, lorsqu’on a fêté les «héros de Glasgow». Comme s’il venait de les quitter. «A l’exception du théâtre, je n’ai jamais retrouvé une telle émotion dans le show-biz, que ce soit dans le monde de la chanson et ou celui du cinéma», assure ce fan des Verts, prêt à vibrer pour cet Euro et la France, forcément.

«Il y a tout ce qu’il faut pour qu’on gagne cette épreuve, se réjouit-il. La plupart de nos internationaux réalisent des merveilles dans de grands clubs à l’étranger. Ils ont l’habitude des grands enjeux et sont souvent décisifs dans les plus grands championnats. Et puis n’oublions pas, on est chez nous, comme en 1984 et 1998!»

A vous entendre, Michel Drucker, comme ce fut le cas à deux reprises, la France ne peut pas s’incliner à domicile.

Il y a toujours l’Allemagne… car elle est toujours là! Mais aussi la Belgique, voire l’Espagne, la tenante du titre, même si elle a marqué un temps d’arrêt.

Y aura-t-il selon vous une surprise?

Je ne crois pas, je pense qu’on va retrouver les grosses nations devant.

Et la Suisse, que vous allez affronter, comme d’habitude, le 19 juin à Lille…

Un nul, ce serait bien pour nos deux pays, non? La Suisse aussi a toujours des joueurs magnifiques. J’aime bien votre pays. Comme vos coureurs cyclistes. Ma première idole était Hugo Koblet. Qu’est-ce qu’il était élégant! J’aimais bien Tony Rominger aussi.

Vous êtes toujours passionné de cyclisme même si aujourd’hui on dope même les vélos?

Ah oui, le cyclisme, j’adore! Il n’y a pas de vélo électrique sur le Tour de France. Maintenant, l’Anglais Chris Froome reste hors d’atteinte, même si cette année le Colombien Quintana peut gagner cette Grande Boucle. En attendant que vous retrouviez un grand coureur suisse, j’espère que le Français Thibaut Pinot montera sur le podium. Mais vous avez de bons joueurs de tennis, on ne peut pas tout avoir!

Roger Federer viendra-t-il un jour dans votre émission «Vivement Dimanche»?

J’y ai songé lorsque j’avais invité Pierre Richard, qui est un grand fan de Federer. A son âge, il reste magnifique. C’est une belle personne, que j’espère bien pouvoir inviter dans mon émission. Tout a l’air si facile avec lui.

Au fait, c’est quoi votre secret, Michel Drucker, pour rester aussi en forme aujourd’hui?

Depuis cinquante-deux ans que je fais ce métier, c’est une question de mental et de psychisme qui me permettent de garder la tête froide et de réussir cette carrière sans changer beaucoup. L’amitié, la solidarité et la confraternité. Tout cela, je l’ai appris avec le sport et les sportifs.

Créé: 08.06.2016, 22h58

Articles en relation

L’Angleterre estimée à plus de 750 millions d’euros

Football Le Centre international d’étude du sport (CIES) a calculé la valeur marchande totale des équipes engagées à l’Euro 2016 en évaluant le prix de transfert des joueurs. Plus...

Ces dix-là sont formidables, ou pourraient le devenir

Euro 2016 Joueurs confirmés ou talents en devenir, voici une petite sélection de purs talents. Pour patienter avant l’Euro 2016. Plus...

Cette équipe de Suisse à deux visages cherche encore son point d’équilibre

Groupe A Vladimir Petkovic met les bouchées doubles avant le premier match de l’Euro, samedi contre l’Albanie, à Lens. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.