Un Mladjan est déjà assuré de soulever la Coupe de Suisse à Bienne

BasketballL’un joue à Fribourg Olympic et l’autre avec les Lions de Genève. Ils se disputeront le trophée samedi dans le Seeland.

Marko Mladjan et Dusan Mladjan s'affronteront samedi pour tenir la Coupe.

Marko Mladjan et Dusan Mladjan s'affronteront samedi pour tenir la Coupe. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

D’un côté, il y a le plus expérimenté, qui tutoie régulièrement les étoiles depuis qu’il arrose les paniers de Lugano à Genève en passant par Fribourg. Dusan Mladjan, 33 ans en novembre, s’est même bonifié cette saison en se mêlant au gratin européen. Ce sniper est capable de marquer dans n’importe quelle position et de faire la différence à tout moment, même les yeux fermés.

Ce seigneur des panneaux, qui a bientôt l’âge du Christ, contribue depuis trois ans au bonheur d’Olympic, soit ce qui se fait de mieux en Helvétie. À l’image de son tireur d’élite, le club de la Sarine collectionne les honneurs: avec ses 17 titres de champion et ses huit victoires en Coupe de Suisse. C’est, au même titre que le CP Berne au hockey, la référence du basket suisse.

Avec Babacar Touré, Florian Steinmann, Jérémy Jaunin et Paul Gravet, qui sont aussi passés par le Grand-Saconnex, l’ancien shooteur des Lions de Genève, qui avait été décisif en finale l’an passé aux Vernets face à Lugano, est bien décidé à jouer les justiciers contre ses anciens coéquipiers. Et son frère…

Car de l’autre côté, il y aura en effet le plus jeune, Marko Mladjan, 26 ans, 205 cm, qui nourrit lui aussi des rêves de grandeur avec ce club né d’une fusion en 2010 entre le Grand-Saconnex et les Geneva Devils. Vainqueur de la Coupe de la Ligue, fin janvier à Montreux, l’ailier fort du Pommier est bien décidé à imiter son grand frère, qui avait réussi le triplé l’an dernier. Le premier acte entre les deux frangins, appelés à se retrouver ensuite sur la route du titre, a lieu ce samedi après-midi à la Tissot Arena, la patinoire de Bienne.

Si le match s’annonce indécis, il y a une certitude: un Mladjan va forcément soulever la Coupe.


Marko Mladjan «Il peut me la laisser, celle-là»

Vous voilà adversaires en finale de Coupe de Suisse, une première… En finale de Coupe de Suisse, oui. Sinon, on commence à en prendre l’habitude. Ce n’est plus aussi spécial qu’il y a cinq ou six ans. La seule chose qui reste, c’est qu’on a tous les deux envie de ce titre. Et que c’est un Mladjan qui va remporter ce trophée…

Si on regarde les résultats de vos confrontations ces dernières saisons, Fribourg semble avoir pris l’ascendant. Pourquoi cela va-t-il changer ce samedi?

Parce qu’on dispose d’une magnifique équipe, avec laquelle on s’est déjà adjugé la Coupe de la Ligue. Alors oui, Fribourg a réussi le triplé l’an passé et acquis une magnifique expérience en Coupe d’Europe. Mais nous, on est meilleur qu’il y a douze mois, on l’a prouvé cette saison. Même si on s’est incliné lors de la répétition générale samedi dernier, on sait pourquoi on a perdu. À nous de ne pas commettre les mêmes erreurs en nous inspirant de notre bonne première mi-temps. Là, nous avions joué en équipe en appliquant une bonne défense. On s’est déjà imposé cette saison contre Fribourg, on sait qu’on peut le refaire.

Pouvez-vous nous parler de votre frère, ce tireur d’élite?

Il a un shoot exceptionnel mais pas seulement. Avec lui, c’est tout le mouvement qui est beau. Il a un feeling incroyable pour les tirs de longue distance. C’est une qualité qu’il a su développer tout petit pour atteindre le très haut niveau européen. Moi, je suis différent de lui, plus grand, plus proche du panier.

Qu’allez-vous vous dire avant la finale?

Comme d’habitude, on va se souhaiter «bonne chance» avant de donner chacun notre 100% pour gagner. Mais cette fois-ci je vais lui donner un petit coup avant le match en lui disant que c’est moi qui dois soulever le trophée cette fois.

Et pourquoi c’est Genève et vous qui aurez le sourire?

Parce que depuis une semaine tout le monde dans le vestiaire est prêt physiquement à tout donner durant quarante minutes ou plus. Et puis parce que mon frère, avec ses 14 titres, dont 4 Coupes de Suisse, a gagné assez de trophées. Ça suffit maintenant, il peut me la laisser, celle-là. Comme on a sept ans de différence, je suis bien décidé à le rattraper au palmarès et réussir, comme lui l’an passé, le triplé. Tout est ouvert mais on est vraiment motivé à aller chercher cette Coupe.


Dusan Mladjan «Quand il joue bien, c’est tout Genève qui est à sa hauteur»

Vous voilà donc adversaires en finale de Coupe de Suisse, une première pour vous deux…

C’est vrai, il s’agit de notre première! Mais comme l’a dit Marko, on commence à prendre l’habitude de jouer l’un contre l’autre. Avec le temps, c’est presque devenu banal. Maintenant, j’espère que je pourrais rejouer avec lui un jour une finale de Coupe comme on l’avait fait à Lugano lorsque nous avions réalisé le triplé en 2012.

Si on regarde les résultats de vos confrontations ces deux dernières saisons, Fribourg a pris l’ascendant sur Genève…

En jouant l’Europe cette saison, cela nous a donné encore plus d’expérience pour jouer ce genre de match en Suisse. Nous possédons de très bons joueurs pour cette finale et sommes convaincus de nos capacités. Mais nous ne sommes pas favoris, même si on s’est imposé lors de la dernière confrontation. Ce match de samedi passé au Pommier, il faut l’oublier. Une finale de Coupe c’est autre chose, un autre parquet, une autre salle, d’autres paniers et une autre ambiance. Pour moi, ce sera du 50/50.

Parlez-nous de votre frère, Marko. Que vous inspire-t-il?

Marko est un joueur très intelligent et l’un des meilleurs en Suisse. Sa polyvalence est précieuse pour les Lions car il peut jouer dans différentes positions. C’est un joueur complet, difficile à contenir, et qui peut faire mal, que ce soit au niveau de son tir ou sous la raquette. Quand Marko est au top niveau, c’est tout Genève qui se met à sa hauteur.

Qu’allez-vous vous dire avant la finale?

On va se souhaiter good luck pour cette finale et une fois sur le parquet on donnera le maximum pour ce titre. Ce sera pour nous un jour comme un autre. Comme mon père le répète souvent, à la fin il y aura un des deux fils déçu mais un Mladjan qui aura gagné.

Et pourquoi c’est vous qui aurez le sourire?

Parce que Fribourg, qui a remporté le triplé l’an passé, possède plus d’expérience et parce que nous sommes en confiance. Avec l’Europe, on a quelque chose en plus.

Créé: 26.04.2019, 19h22

Bigflo & Oli vont aussi mettre le feu

Patrick Baumann à l’honneur

Afin de fêter dignement son 90e anniversaire, Swiss Basket a décidé de frapper un grand coup à l’occasion de ces finales de Coupe de Suisse. Rebaptisée Patrick Baumann Cup en hommage à l’ancien secrétaire général de la FIBA, décédé en octobre 2018, cette journée dédiée aux amoureux de la sphère orange devrait faire le plein d’émotions. Après l’Arena de Genève il y a deux ans, les Vernets l’an passé, direction la Tissot Arena de Bienne, où on espère bien battre le record d’affluence qui est de 5050, atteint en 2017 à l'Arena de Genève. On devrait largement dépasser les 5000 personnes. La capacité de la patinoire est de 6500. Il reste encore des billets…

Le programme

Alors que de nombreuses activités sont prévues (match de 3 x 3, tournoi de minibasket) cette journée, ce sont les femmes qui ouvriront le bal, à 16 heures, avec une affiche qui promet beaucoup. Winterthour qui avait passé l’épaule sur le fil à l’Arena de Genève en 2017 (61-59) va retrouver un Elfic Fribourg avide de revanche. C’est à 20 h 15 que débutera le choc entre les Lions de Genève et Fribourg.

Bigflo & Oli

Les rappeurs toulousains, deux Victoires de la musique au palmarès, devraient mettre le feu après la finale masculine. Mais s'ils débarquent avant à Bienne, ils ne se gêneront pas d'assurer le show avant...

C.MA.

Les dernières confrontations

Avantage Fribourg

Olympic, qui s’est imposé chez lui le 8 décembre (83-69) et samedi passé au Pommier (73-85), a pris l’avantage sur des Genevois qui n’ont gagné qu’une fois, le 16 mars (79-75) dans leur salle.

La saison 2017-2018

Fribourg Olympic, qui a réalisé le triplé (Coupe de la Ligue, Coupe de Suisse et championnat), n’a laissé que des miettes à ses adversaires. Seuls les Lions de Genève ont résisté au tsunami avec deux succès en huit confrontations, finale des play-off comprise (défaite de 4-1 dans la série).

Coupe de Suisse: 1 -1

Les deux meilleures équipes de la saison ne se sont affrontées qu’à deux reprises en finale de Coupe de Suisse. La première fois, en 2014, les Lions avaient triomphé 73-59 à… Fribourg. La seconde fois, à Zurich en 2016, Olympic avait pris sa revanche (82-75). Victorieux de Lugano l’an passé aux Vernets (92-72), Fribourg est le tenant du trophée.

Coupe de la Ligue: avantage Genève

En deux confrontations, les Lions, qui ont été sacrés face à Massagno fin janvier, ont battu deux fois Fribourg Olympic en finale: en 2013 (90-87) et en 2015 (73-64).

C.MA.

Articles en relation

Riviera s’incline contre des Lions bien trop forts

Basketball Pas de miracle pour les Vaudois, qui se sont logiquement inclinés contre l’une des deux meilleures équipes de la ligue Plus...

Tout proches de la bonne place

Basketball Larges vainqueurs de Lugano (112-97), les Veveysans ont fait un grand pas vers la sixième place. Plus...

Damian Lillard qualifie Portland sur un tir de «ouf»!

Basketball La star des Blazers a inscrit le panier décisif à la dernière seconde. Il a armé son shoot à dix mètres! Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.