Passer au contenu principal

Aux Mondiaux, les Romands ont tous un rôle clé à jouer

Les cinq internationaux francophones de la sélection suisse contribuent grandement à la force de l’équipe.

Le joueur suisse Vincent Praplan, droite, à la lutte avec le joueur letton Gints Meija.
Le joueur suisse Vincent Praplan, droite, à la lutte avec le joueur letton Gints Meija.
Keystone

Pour retrouver autant de Romands à des postes clés en équipe nationale, il convient d’effectuer un bond d’une dizaine d’années dans le passé. Ils étaient sept en 2009 au championnat du monde en Suisse, huit l’année suivante en Allemagne, puis six en 2011 au tournoi mondial en Slovaquie.

Goran Bezina, Julien Vauclair et Félicien Du Bois formaient à l’époque près de la moitié de la défense helvétique tandis que des joueurs comme Thibaut Monnet, Julien Sprunger, Kevin Romy, Sandy Jeannin, Thomas Déruns ou encore Paul Savary faisaient partie des attaquants sollicités il y a une décennie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.