Passer au contenu principal

Avec Mujinga Kambundji, le sprint suisse a le vent en poupe

Alex Wilson et Jason Joseph ont aussi participé à la foire aux records lors des championnats helvétiques.

Mujinga Kambundji lors de son sprint final sur les 100 mètres où elle a établi un nouveau record suisse.
Mujinga Kambundji lors de son sprint final sur les 100 mètres où elle a établi un nouveau record suisse.

Ce n’est pas demain la veille qu’un lanceur impudent dégommera Werner Günthör. Au panthéon de l’athlétisme suisse, il y a des mythes coulés dans le marbre. Mais attention, le culte des héros a des limites. Voilà déjà quelques saisons qu’un vent déboulonneur fait le ménage dans la salle d’honneur. Il a soufflé fort ce week-end à Zofingue et fait valser trois records nationaux. Il a même fait tomber un mur et une statue. Derrière ce coup de grisou, il y a deux sprinters compulsifs, Mujinga Kambundji et Alex Wilson. Et un galopin culotté, le hurdler Jason Joseph.

La Bernoise est entrée en scène la première, avec grâce et à grand fracas. C’était un vendredi 13, la promesse du bonheur. Cette fois, la barrière des 11 secondes sur 100 mètres ne lui a pas résisté (10’’95). En fait, c’était presque couru d’avance. «Ce chrono, il tombera bien un jour», répétait la Bernoise, pressée mais pas impatiente. Elle l’avait encore dit à Athletissima (11’’03). «Cette saison, elle court plus libérée, moins en force», analyse le coach national Laurent Meuwly. Les kilos de muscles perdus sur la balance se soldent par une plus grande fluidité en piste. Dans son sillage aérien, la Lausannoise Sarah Atcho (11’’20) et la Zurichoise Salomé Kora (11’’25) ont elles aussi allégé leur record personnel. Il n’y a pas de doute, les relayeuses suisses ont le vent en poupe. Vivement Berlin!

Record masculin

Pas sûr que de son côté Alex Wilson ait réduit son entraînement de force. Costaud sur 100 m (10’’14), le musculeux Bâlois a bombé sur 200 m (20’’14) en fracassant pour la quatrième fois de la saison son record suisse. Le voilà, comme Mujinga Kambundji, deuxième meilleur performeur européen derrière le champion du monde turc Ramil Guliyev, un objectif que lui avait assigné son coach londonien. Dans un autre style, Jason Joseph (19 ans) a lui aussi frappé les esprits en effaçant des tabelles les 13’’41 d’Andreas Kundert sur 110 m haies, un chrono de dix ans d’âge. Champion précoce, il avait annoncé la couleur. Il s’est d’abord exécuté en demi-finale (13’’39), puis encore en finale (13’’38), mais avec un souffle de vent excessif. Comme il a de la suite dans les idées – et un sacré talent – le teenager bâlois ne s’arrêtera pas là. Il est perfectible, surtout dans sa mise en action.

Bien sûr, même si elle ne le crie pas sur les toits, Lea Sprunger aurait bien voulu elle aussi se joindre à cette foire aux records. Hélas, sur 400 m haies (54’’86), Éole a mis le holà à ses élans. «Dommage, j’ai trop dû batailler dans la première ligne droite pour rester dans le rythme. Tant pis, je reste No 1 en Europe et je ne veux pas bouder ce plaisir», commentait la Nyonnaise à l’issue de sa course.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.