Le mystérieux contrat d’Infantino

«Panama Papers»Le président actuel de la FIFA a signé en 2006, au nom de l’UEFA, un étrange contrat avec Hugo Jinkis, accusé d’avoir versé des pots-de-vin dans le scandale de la FIFA.

A peine arrivé à la tête de la Fédération internationale du football, Gianni Infantino doit faire face aujourd’hui à des questions gênantes concernant un contrat passé avec l’un des principaux suspects du scandale de la FIFA. Le jour de son entrée en fonction, il avait affirmé que «la corruption disparaîtra» de la FIFA.

A peine arrivé à la tête de la Fédération internationale du football, Gianni Infantino doit faire face aujourd’hui à des questions gênantes concernant un contrat passé avec l’un des principaux suspects du scandale de la FIFA. Le jour de son entrée en fonction, il avait affirmé que «la corruption disparaîtra» de la FIFA. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le jour de son entrée en fonctions, le 29 février dernier, Gianni Infantino a joué avec d’anciennes stars du football au siège de la FIFA à Zurich. Devant les caméras du monde entier, il a gentiment tapé dans le ballon en direction du but. Désormais, le jeu reviendrait au cœur du football. «La corruption disparaîtra grâce à la transparence financière», avait alors promis le tout nouveau président de la FIFA.

Aujourd’hui pourtant, l’ancien secrétaire général de l’UEFA doit faire face à des questions embarrassantes. Des contrats retrouvés dans les Panama Papers éveillent en tout cas des soupçons concernant l’Italo-Suisse de 46 ans.

Par exemple un contrat conclu entre l’UEFA et une société offshore installée sur l’île de Niue, dans le Pacifique Sud: Cross Trading. Il a été signé en 2006 par le secrétaire général de l’UEFA de l’époque et par Gianni Infantino, alors directeur du service juridique de cette même UEFA. Pour Cross Trading, le signataire n’est autre que Hugo Jinkis, l’un des principaux suspects des enquêtes américaines sur le scandale de la FIFA.

A travers ce contrat, Cross Trading a obtenu les droits de diffusion de la Ligue des champions en Equateur pour trois saisons, de 2006 à 2009. Le prix? 111 000 dollars seulement. Même si les droits de diffusion de matches de foot européens coûtent bien moins cher en Equateur qu’en Europe, cette somme semble très basse. D’autant plus qu’on découvre dans un deuxième contrat que le groupe équatorien Teleamazonas a payé 311 170 dollars à Cross Trading pour lui racheter les mêmes droits. Soit presque le triple.

De douteux accords

Hugo Jinkis, qui travaillait avec son fils Mariano, a appliqué le même système en 2007. Cross Trading a alors obtenu des droits de diffusion sur d’autres compétitions internationales à petit prix et les a revendus plus cher à Teleamazonas. Au total, entre 2006 et 2007, les Jinkis ont donc empoché une commission de 300 000 dollars rien qu’en relayant des droits TV.

Pour les spécialistes, empocher le triple du prix de base paraît déjà suspect. Mais le fait qu’un contrat avec le diffuseur ait été signé plusieurs mois avant l’accord entre les Jinkis et l’UEFA semble plus inhabituel encore.

En temps normal, selon les experts, une organisation sportive décide avec une agence d’un montant, utilisé comme garantie. Au moment de la signature du contrat, les deux parties conviennent d’une répartition des bénéfices.

Mais rien de tout ça n’apparaît dans le contrat entre l’UEFA et Cross Trading. Selon Dominik Schmid, spécialiste du marketing sportif, «lorsqu’un partage des revenus n’est pas arrangé et que le triple du montant est empoché, cela peut signifier deux choses. Soit le responsable au sein de l’organisation est si incompétent qu’il devrait être renvoyé sur-le-champ, soit on peut supposer que des accords antérieurs ont été passés.» Cela laisse donc penser que Cross Trading savait dès le début combien d’argent elle recevrait de Teleamazonas.

«La corruption disparaîtra grâce à la transparence financière»

Le contrat de 2006 avec Cross Trading a été signé par Gianni Infantino en personne, alors directeur du service juridique de l’UEFA. Du propre aveu de la fédération européenne, chacun de ses contrats est vérifié par le service juridique avant toute signature. On peut donc en déduire que l’actuel président de la FIFA a eu au moins une part de responsabilité dans ce marché. Gianni Infantino n’a pas souhaité s’exprimer à ce sujet.

La porte-parole de la FIFA a déclaré que cela ne concernerait que l’UEFA. Après avoir nié pendant plusieurs mois l’existence des contrats avec Cross Trading, cette dernière est subitement revenue sur ses dires une fois confrontée aux documents.

Elle aurait nié toute collaboration avec Hugo et Mariano Jinkis jusqu’à aujourd’hui simplement parce que cela aurait demandé beaucoup de temps de passer tous ses contrats au crible. Elle a également relevé que les Jinkis n’étaient pas accusés de corruption à l’époque de la signature des contrats et qu’il n’y avait alors aucune raison de les soupçonner.

Pour justifier les contrats en question, l’UEFA dit que Cross Trading aurait acheté ses droits de diffusion au nom de Teleamazonas. Avec une offre de 111 000 dollars, le diffuseur équatorien aurait fait la meilleure proposition à un appel d’offres de la fédération européenne. Cross Trading aurait été ensuite désignée comme intermédiaire.

Cette explication contredit toutefois une déclaration d’une source interne de Teleamazonas, selon laquelle elle n’aurait «jamais fait une offre de 111 000 dollars». Mais uniquement une proposition de 311 000 dollars à Cross Trading, comme l’indique un des contrats.

Des réponses incertaines

L’UEFA affirme n’avoir jamais rien su d’un quelconque accord de rachat des droits TV entre Cross Trading et Teleamazonas pour trois fois le prix. «C’est leur affaire, non la nôtre», a déclaré un porte-parole de l’UEFA. Enfin, l’organisation européenne n’aurait jamais vu les contrats passés entre Cross Trading et Teleamazonas et n’en posséderait pas de copies.

L’expert Dominik Schmid affirme que «lorsqu’une organisation n’a pas de copie du contrat entre l’agence et le négociant de droits TV, cela s’apparente à de la négligence». D’autant plus que beaucoup d’argent est brassé dans ce marché. Rien que pour la Ligue des champions, l’UEFA a vendu ses droits TV pour 2 milliards de francs entre 2006 et 2009.

Plutôt que d’éclaircir la situation, ces réponses sèment davantage le doute. Quelles raisons pourraient expliquer l’achat si bon marché des droits TV de l’UEFA, approuvé par Infantino, et leur revente à prix élevé?

Une seule chose est sûre: Hugo Jinkis et son fils Mariano sont actuellement accusés par les enquêteurs américains de s’être servis de leur société-écran, Cross Trading, pour corrompre de hauts responsables de la FIFA ou d’autres organisations de football. Ils sont soupçonnés de leur avoir versé des pots-de-vin afin d’obtenir des droits TV à bas prix, avant de les revendre beaucoup plus cher par la suite. Il faut se demander aujourd’hui s’ils n’ont pas mis en place un système similaire avec l’UEFA.

Créé: 05.04.2016, 20h00

Articles en relation

Edward Snowden tacle François Hollande sur Twitter

Panama papers L'Américain s'interroge lorsque le président de la République appelle à protéger les lanceurs d'alerte. Plus...

Le troisième homme de Mossack Fonseca

Panama Papers Le Suisse Christoph Zollinger a longtemps été l’un des trois dirigeants de la société à l’origine de la fuite de données. Il prétend s’être retiré de l’industrie offshore. Les «Panama Papers» prouvent qu’il reste plus impliqué qu’il ne veut bien l’admettre. Plus...

En Islande, le peuple appelle à la démission du premier ministre

Panama Papers Sigmundur David Gunnlaugsson et sa femme possédaient une société offshore aux îles Vierges britanniques. Sur le web et dans la rue, la société civile demande son départ Plus...

Les mystérieuses sociétés offshore de Messi et Platini

La star du Barça et l’ex-dirigeant de l’UEFA possèdent chacun une société-écran à Panama Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.