Dominique Gisin a laissé une trace en or pour sa sœur Michelle

Ski alpinLa médaillée d’or en descente à Sotchi est à PyeongChang dans le rôle de consultante, mais aussi de coach pour sa cadette.

Dominique Gisin sera aux premières loges mercredi, en tant que consultante TV, pour vivre la descente de Michelle, sa cadette de huit ans.

Dominique Gisin sera aux premières loges mercredi, en tant que consultante TV, pour vivre la descente de Michelle, sa cadette de huit ans. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était aussi un mercredi et Dominique Gisin ne l’oubliera jamais. Cette descente en or de Sotchi se trouve d’ailleurs toujours en bonne place gravée dans un coin privilégié de sa mémoire. Comme un bon film qui tourne inlassablement dans son corps, qu’elle a rembobiné juste avant de débarquer à PyeongChang. Lorsqu’on lui reparle de cet inoubliable 12 février 2014, l’Obwaldienne esquisse un sourire. À faire fondre la neige glacée de Corée et rougir les hautes cimes de l’éternité.

«Ici il fait froid, mais pas plus qu’aux Mondiaux d’Åre en 2007», se souvient celle qui est de retour aux Jeux en qualité de consultante pour la télévision suisse alémanique. «C’est une expérience unique, pour moi, de pouvoir revivre ainsi l’esprit olympique un peu plus tranquille, se réjouit-elle. D’autant plus que ma sœur et mon frère sont aussi ici.» C’est elle qui a notamment interviewé… Marc, dans l’aire d’arrivée, après sa 23e place en descente, jeudi passé. Haut les cœurs! «C’est beaucoup plus intense au niveau des émotions que je ne le pensais, remarque l’aînée. J’ai constaté que ce n’était pas toujours facile de me contenir lorsque Michelle est en piste, même si on m’assure qu’on ne le ressent pas dans le ton de ma voix. Je n’ai pas le droit de trop m’enflammer, je le sais. Mais parfois ce n’est pas évident, c’est très fort émotionnellement.»

Connue et reconnue encore dans le milieu, la championne olympique en titre de descente en profite pour obtenir des informations sur les skieuses qui peuvent intéresser le téléspectateur. «Je peux aussi ressentir ce qui se passe dans la tête des athlètes.» Comme ce samedi lorsque Lara Gut s’est retrouvée éjectée du podium pour un centième alors qu’elle visait encore l’or en super-G. Comme lors de cette fameuse descente dans le Caucase où la Tessinoise s’était retrouvée juste derrière Dominique Gisin et Tina Maze, qui s’étaient partagé les honneurs de la victoire…

«Une saison incroyable»

Et si une olympiade plus tard, sa sœur cadette refaisait le même coup, ce… mercredi, sur cette piste de Jeongseon qu’elle affectionne? «Elle reste en effet sur une saison incroyable et c’est génial ce qu’elle a montré cet hiver, s’enthousiasme la grande sœur. En descente, selon la météo et les conditions de neige, tout peut arriver. Mais je pense que c’est surtout jeudi, dans le combiné, qu’elle aura une bonne carte à jouer.» Il n’empêche que lors des premiers entraînements, la petite dernière s’est montrée particulièrement à l’aise, durant trente secondes sur le haut du parcours. Il ne lui reste plus qu’à peaufiner ses passages dans le secteur de la Dragon Valley si elle entend jouer les trouble-fêtes.

«Comme elle était déjà ici l’an passé, elle connaît mieux le tracé que moi, mais si elle a des questions, je peux toujours lui donner des petits conseils ou la calmer un peu», sourit celle qui, avec ses huit ans de plus, a toujours été un exemple pour elle. Alors qu’elle est toujours championne olympique en titre, si ce n’est pas sa sœur, qui donc pourrait lui succéder au palmarès? Pour Dominique Gisin, la liste des prétendantes est aussi longue que les files d’attente devant les bons restaurants typiquement coréens de PyeongChang. «Je pense que Lindsey Vonn et Sofia Goggia possèdent les meilleurs atouts, estime la reine de Sotchi. Mais Tina Weirather, déjà en bronze en super-G, peut aussi aller très vite. J’ajouterai encore Cornelia Hütter ou Ragnhild Mowinckel comme outsiders. Après, il y a toujours des surprises…» On l’a vu avec la snowboardeuse Ester Ledecka samedi. Réponse ce mercredi (3 h en Suisse).

Créé: 19.02.2018, 21h26

«Je vais être très dangereuse sur cette descente»

Si c’est son père, Beat, qui l’a mise en premier sur des skis, qui lui a transmis la joie de skier, c’est plutôt sa sœur, Dominique, qui a toujours été une grande source d’inspiration. Il y a d’ailleurs encore énormément d’admiration dans son regard. Et peut-être des envies, car Michelle Gisin est tout aussi ambitieuse, prête à s’engouffrer sur les traces de son aînée. «J’ai toujours été à ses côtés sur son chemin de croix, dans les bons ou les pires moments, nous expliquait-elle à Sotchi, juste après le sacre de son modèle, alors qu’elle découvrait les Jeux. Maintenant, que ce soit Dominique ou mon frère Marc, ils me donnent beaucoup de force et d’énergie. Ce sont les deux personnes les plus fortes que je connaisse. Je suis trop heureuse de faire partie de cette famille.»
Et la «petite» de renchérir, quatre ans plus tard. «Maintenant, je pense que cela va être à mon tour de faire en sorte qu’ils soient tous aussi fiers de moi.» A PyeongChang, elle va pouvoir bénéficier du soutien de sa championne. «Elle m’aide beaucoup sportivement, car elle comprend comment je pense, son coaching est parfait», renchérit la cadette, qui va attaquer cette descente avec des ambitions sur une piste qui lui donne des ailes. «Elle est géniale, s’exclame Michelle Gisin. C’est un tracé où il y a vraiment de tout, où les fautes se paient cash. C’est une descente sélective, avec des bosses, des sauts, des virages très techniques, et des parties où tu peux laisser aller les skis. La seule chose qui compte c’est de trouver la vitesse et de jouer avec elle, j’adore!» Avec un tel état d’esprit, elle peut renverser des montagnes. Depuis les Mondiaux de Saint-Moritz et sa médaille d’argent en combiné, la frangine a gagné en assurance. «Comme c’est le rêve de chaque athlète de remporter une médaille dans un grand événement, j’en ai déjà une, donc tout ce qui peut venir c’est du bonus. Je me sens prête et je peux vous promettre que je vais être très dangereuse sur cette descente. Ensuite on verra jeudi pour le combiné.»
Quatre ans après le sacre de Dominique, voilà qui ferait une belle histoire.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.