Passer au contenu principal

«Grâce au sport, je me suis sentie bien, moi-même, pas écrasée»

Avant son entrée en lice la nuit dernière, Fanny Smith nous a raconté ce qui l’a poussée vers le skicross et ses problèmes à l’école

Dyslexique, Fanny Smith ne se sentait pas à sa «place à l’école». Elle a fait de son mal-être une force de caractère et une grande carrière en skicross.
Dyslexique, Fanny Smith ne se sentait pas à sa «place à l’école». Elle a fait de son mal-être une force de caractère et une grande carrière en skicross.
Keystone

Fanny Smith, n’est-ce pas un peu dur d’avoir dû attendre, pour entrer en compétition, jusqu’à l’avant-veille de la cérémonie de clôture?

C’est en tout cas délicat à gérer. Les Jeux sont prenants, il est facile de se disperser. C’est aussi pour cela que nous sommes allés nous entraîner quelques jours au Japon. Cela nous a permis de nous déconnecter du rythme intense des JO. Si ça n’avait tenu qu’à moi, je serais même venue au dernier moment pour garder de l’influx.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.