A Paris, Bale et Galles disent oui à l’Euro en sortant l’Irlande du Nord

Huitième de finaleFootexit au «Parc des Pinces» entre frères britanniques peu entreprenants.

Après le match, Gareth Bale a partagé son bonheur avec sa jeune fille devant des supporters rouges, ivres de joie notamment…

Après le match, Gareth Bale a partagé son bonheur avec sa jeune fille devant des supporters rouges, ivres de joie notamment… Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Et ils le vendent, ça?» Coluche aurait eu cette sortie, samedi soir, en quittant le stade parisien, qu’il aurait probablement rebaptisé, vu les circonstances, le Parc des Pinces. Il est vrai qu’entre le Pays de Galles et l’Irlande du Nord, cela n’a pas volé très haut. Si Gareth Bale a fait un tabac, il n’y a pas eu d’autre coup fumant. Que ce fut soporifique et laborieux, à l’image d’un Euro décidément bien décevant. Longs coups de pied en avant, des ballons souvent en cloche, à l’anglaise, mais quel spectacle affligeant! Il y en a eu un heureusement derrière les buts. Entre deux tacles bien appuyés et un travail souvent à la petite semelle, les fans ont eu au moins le mérite de tenir la foule réveillée jusqu’au bout. Et, par chance, on nous a épargnés trente minutes de prolongation…

Au lendemain du Brexit, le Pays de Galles qui avait dit oui a sorti de l’Euro l’Irlande du Nord, qui l’avait, lui, refusé. Mais en défendant à six et en s’appuyant sur un époustouflant Michael McGovern, les «Vert» ne méritaient pas de rester plus longtemps dans la compétition. «Je pense au contraire que nous étions la meilleure équipe sur le terrain et que la défaite est cruelle, qu’on ne méritait vraiment pas ça», soupire leur entraîneur Michael O’Neill. Comme quoi, la vision d’un match suivant le camp où vous vous trouvez n’est pas forcément la même.

L'homme à 100 millions

S’il est vrai que sa formation a longtemps retardé l’échéance face à des Gallois trop grands dans leur tunique de favori, elle ne s’est pas créée de grosses occasions non plus. Et, surtout, pour s’offrir une balade irlandaise, elle ne possédait pas dans ses rangs un homme d’exception capable, comme Gareth Bale, de marcher sur l’eau. Si à l’instar de Aaron Ramsey, lui aussi menotté, il n’a pas bénéficié de sa liberté habituelle, il lui a suffi d’un éclair dans la grisaille. C’est lui, l’homme qui vaut 100 millions, le meilleur buteur du tournoi, qui allait, sur une belle ouverture de Joe Allen, conclure le bal, à la 75e, après une accélération, côté gauche. Son centre puissant et tendu était dévié dans sa propre cage par le malheureux Gareth McAuley (75e), pressé dans son dos par Robson-Kanu: un autogoal, tout un symbole.

Pour leur premier Euro, le Pays de Galles est qualifié pour les quarts. «J’admets que ce n’était pas beau à voir et que nous avons vraiment mal joué ce soir, mais notre adversaire a su nous compliquer la vie. Mais, sourit le coach du PdG Chris Coleman, avec un joueur comme Bale dans votre équipe, il y a toujours un moment magique qui peut tout changer. On a eu un peu de chance mais avec notre état d’esprit on l’a méritée et nos fans peuvent continuer à rêver.» Alors que pour lui le football reste un jeu d’enfant, la star du Real est venue prendre sa petite Alba Violet, 3 ans et demi, dans ses bras; cela faisait cinq semaines qu’il attendait ce moment-là. «Tout notre pays est derrière nous et on va continuer à se battre pour aller le plus loin possible», a promis au Parc le Prince de Galles, bien décidé à devenir le roi de Gaule!

Créé: 26.06.2016, 23h13

Pays de Galles - Irlande du Nord

1-0 (0-0)

Paris, Parc des Princes, 45 000 spectateurs.

Arbitre: Atkinson (ENG).

But: 75e McAuley (autogoal) 1-0.

Pays de Galles:
Hennessey; Chester, A. Williams, Davies; Gunter, Allen, Ledley (63e J. Williams), Ramsey, N. Taylor; Vokes (55e Robson-Kanu), Bale.

Irlande du Nord: McGovern; Hughes, McAuley (84e Magennis), Cathcart, J. Evans; Ward (69e Washington), S. Davis, C. Evans, Norwood (79e McGinn), Dallas; Lafferty.

Avertissements: 44e Dallas. 58e N. Taylor. 67e S. Davis. 94e Ramsey.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.