Passer au contenu principal

Pat Burgener rêve d’une médaille aux Mondiaux

A 22 ans, le Vaudois Pat Burgener réussit la meilleure saison de sa carrière. Il espère briller dans la Sierra Nevada.

En mi-février à Pyeonchang, Pat Burgener avait vu ses espoirs de victoire s'envoler en chutant sur son dernier saut.
En mi-février à Pyeonchang, Pat Burgener avait vu ses espoirs de victoire s'envoler en chutant sur son dernier saut.
Getty Images

Pat Burgener a fait le tour du monde en 22 jours. Le Lausannois a parcouru plus de 37 000 kilomètres pour deux compétitions entre la Corée du Sud et l’Andalousie, en passant par le Colorado. La vie de snowboardeur pro est à ce prix. «Cela fait près de trois mois que je ne suis plus passé chez moi, avoue-t-il au téléphone depuis l’Espagne. J’en peux plus. Même si c’est génial de voyager, et que je réalise chaque jour la chance que j’ai, je me réjouis de rentrer. C’est vraiment usant, à tous les niveaux.»

Malgré la fatigue, le Vaudois de 22 ans a posé mardi ses valises dans la Sierra Nevada avec un seul objectif en tête: une médaille en half-pipe samedi. «Ces Mondiaux seront l’apothéose de ma saison. Un peu comme le dernier concert d’une tournée pour un groupe de musique», illustre-t-il. La région est magnifique. En session de nuit, la finale sera un instant magique. J’ai vraiment hâte d’y être.»

«Lors de l’entraînement nocturne de mercredi, il faisait 5 degrés. Mais les murs du pipe tiennent et c’est le plus important»

Depuis le début de la semaine, les riders et les organisateurs fixent le thermomètre avec une certaine inquiétude. En journée, la barre des 10 °C est régulièrement dépassée, alors que le mercure ne descend pas en dessous de zéro pendant la nuit. «Les températures vont nous poser problème, reconnaît Patrick Burgener. Il fait chaud même en soirée, ici. Lors de l’entraînement nocturne de mercredi, il faisait 5 degrés. Mais les murs du pipe tiennent et c’est le plus important.»

O.K. Corral et ruée vers l’or

Sous le soleil andalou, les qualifications, prévues vendredi à midi, pourraient se transformer en périlleux bourbier. «Il faudra sortir un run prudent pour passer en finale et éviter la chute.» Si «Pat» n’est pas plus inquiet que ça, c’est aussi parce qu’il apprécie ces conditions. «J’ai toujours adoré la neige molle. Je m’y sens à l’aise. Il y a comme un déclic psychologique qui s’opère en moi.»

A la tombée de la nuit samedi, le half-pipe de la Sierra Nevada prendra des airs d’O.K. Corral. Dans le sud de l’Espagne, les meilleurs riders du monde se livreront à une ruée vers l’or sans merci. Malgré les absences de Shaun White et Ayumu Hirano, ils seront quatre pour trois places sur le podium avec l’Australien James, l’Américain Josey et les Suisses Podlatchikov et donc Burgener.

Pour décrocher une médaille, le Vaudois compte sur son arme secrète: le «switch backside 1080 double cork». Ce saut, qu’il est le seul à maîtriser sur le circuit, lui avait d’ailleurs offert sa première victoire en Coupe du monde à Copper (Colorado) en décembre dernier.

«J’étais persuadé que je m’étais cassé la clavicule et que ma saison était terminée»

A double tranchant, cette signature n’est pas sans risque. «Je ne l’ai réussie que trois fois en cinq tentatives dans ma carrière.» «Pat» a d’ailleurs failli grièvement se blesser en tentant cette figure lors de l’épreuve de Pyeongchang, mi-février. Sur le pipe des prochains JO, le Vaudois a heurté l’arête avant de retomber sur le plat. «J’étais persuadé que je m’étais cassé la clavicule et que ma saison était terminée.» Il n’en sera rien, même si le Lausannois souffre de contusions à l’épaule et à la cheville.

Au final, cette impressionnante chute a été un avertissement sans frais pour le Vaudois. «Cela me rappelle tout ce que j’ai encore à bosser, admet le principal intéressé. Je veux devenir le rider le plus complet du circuit. Pour cela je dois gagner en régularité.» En Sierra Nevada, Patrick Burgener tentera de franchir un nouveau palier, histoire de couronner en beauté une saison où il s’est à chaque fois qualifié pour la finale.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.