LHC: Savary s’est refait une santé pour convaincre Ratushny

Hockey sur glaceOpéré à une hanche en avril, l’attaquant n’avait pas pu se préparer normalement durant l’été. Un retard qu’il vient de rattraper.

Cette saison, en retard dans sa préparation, Paul Savary n’a jusque-là disputé que 5 des 19 matches du LHC.

Cette saison, en retard dans sa préparation, Paul Savary n’a jusque-là disputé que 5 des 19 matches du LHC. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Paul Savary piaffe d’impatience. Et la venue de Ge-Servette à Malley n’y est pour rien. «Cela fait maintenant plus de trois ans que je suis ici et mes amis sont à Malley», affirme celui qui avait accompli toute sa carrière aux Vernets avant de rejoindre le LHC, en février 2013. «Avec le temps, les émotions se sont peu à peu estompées et Ge-Servette est devenu, pour moi, un adversaire presque comme les autres. Depuis longtemps je ne vais d’ailleurs plus à la patinoire. Les contacts avec ce club se résument à quelques messages avec Jimmy, le chef mat’.»

Trois semaines de remise en forme

Non, si Savary a la même envie qu’un junior de griffer la glace, c’est en raison d’une première partie de saison fortement perturbée. Au cours de laquelle il a, pour la première fois de sa carrière, davantage observé ses coéquipiers depuis les gradins qu’il ne les a aidés à briller sur la glace. «Mes problèmes ont commencé à la fin du dernier exercice, raconte Savary. Une blessure tenace à une hanche m’a contraint de passer sur le billard au mois d’avril. Du coup, durant l’été, je n’ai pas pu faire la même préparation physique foncière que mes coéquipiers. Et lors des quelques matches que j’ai joués (ndlr: cinq seulement) je sentais que je manquais de force, de puissance.» Raison pour laquelle l’attaquant s’est retrouvé avec le désagréable statut de surnuméraire, pour la première fois depuis qu’il a rejoint le LHC. «Il y a un mois, continue Savary, le coach m’a annoncé qu’il me laissait trois semaines pour me refaire une santé. Après les entraînements quotidiens avec mes coéquipiers le matin, je passais ensuite mes après-midi en salle de force avec le préparateur physique. Avec, je crois, des résultats concluants puisque je me sens vraiment mieux sur la glace. Depuis une semaine, j’ai d’ailleurs pu reprendre un rythme d’entraînement habituel. Mais pour être en très bonne forme, il est indispensable d’accumuler les minutes en matches.»

Pas certain de jouer ce soir

Des efforts que le plus Genevois des Vaudois aimerait voir récompensés le plus vite possible. «Mais ce «détail» ne dépend pas de moi, sourit-il. J’ignore d’ailleurs si le coach me donnera une chance demain (ndlr: aujourd’hui) déjà. Sincèrement, j’ai toujours aimé travailler et, même si c’était parfois pénible, cette remise en forme n’a pas ressemblé à une galère. Mais la compétition est la seule raison pour laquelle on s’entraîne. Alors si, ces prochaines semaines, je continue à être surnuméraire, la frustration et la déception seront énormes.»

A 34 ans, Paul Savary est bien conscient que l’essentiel de sa carrière est désormais derrière lui. Le printemps passé, il s’est d’ailleurs vu offrir une prolongation de contrat pour une seule saison seulement. Et à des conditions financières bien inférieures à celles dont il avait bénéficié lors de ses trois premiers exercices lausannois. «En avril, admet-il, je serai à nouveau en fin de bail et je ne sais pas du tout ce qui se passera. Mais, pour l’instant, je ne me pose pas trop de questions sur mon avenir. La seule chose dont je suis certain, c’est qu’une fois ma carrière terminée, je m’organiserai un grand voyage. Quant à savoir si le départ sera fixé au printemps prochain ou un peu plus tard…»

Paul Savary n’est pas le seul ancien Genevois à avoir un avenir en forme de point d’interrogation. A 34 ans lui aussi, Thomas Déruns (1 point en 11 matches) vit la même trajectoire que celui qui fut neuf saisons durant son coéquipier à Genève. Arrivé au LHC quelques mois avant la promotion, le Chaux-de-Fonnier joue lui aussi un rôle plus discret depuis deux ans. Les héros d’avril 2013 ne sont plus ceux de ce remarquable début de saison du Lausanne HC.

Créé: 08.11.2016, 08h48

LHC Express

Le match Le LHC reçoit Ge-Servette, ce soir (19 h 45).
Les absents Aucun. Laissés au repos hier, Genazzi, Froidevaux et Herren sont rentrés d’Allemagne en pleine forme, selon Dan Ratushny. Le Suédois Per Ledin sera surnuméraire.

L’info Les travaux de démolition de l’Odyssée devraient bientôt être terminés, à voir ce qu’il reste de la deuxième patinoire du site de Malley.

Dan Ratushny «Nous avons profité de cette pause pour faire un minicamp d’entraînement de trois jours. Un indispensable petit rappel technique et physique pour aborder la suite du championnat dans de bonnes conditions. Contre Ge-Servette, mon équipe a une petite revanche à prendre après la défaite concédée aux Vernets le mois passé.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...