Passer au contenu principal

Pierre-André Schürmann, l'homme du Caire

A 58 ans, l'ancien coach de Xamax et Sion a repris du service en Egypte. En tant qu'assistant de Christian Gross, nouvel entraîneur du SC Zamalek.

Pierre-André Schürmann découvre «un challenge extraordinaire» en Egypte.
Pierre-André Schürmann découvre «un challenge extraordinaire» en Egypte.
Keystone

Il faut bien le reconnaître: depuis quelque temps, on avait un peu perdu la trace de Pierre-André Schürmann (58 ans), éternel bourlingueur des pelouses et des bancs de la planète football. Sa dernière mission connue avait conduit l’ancien entraîneur de Wil, de Lausanne, de Xamax et de Sion aux JO de Rio en 2016, à la tête de l’équipe olympique algérienne des moins de 23 ans. Depuis, sa piste s’était évaporée…

Trio suisse en Egypte

Or voilà que l’on a retrouvé Schürmann, là où on ne l’attendait pas forcément puisqu’il a rebondi au Caire, en Égypte, au sein du staff du SC Zamalek. Valaisan de naissance mais Vaudois de cœur, il y fonctionne comme adjoint d’un certain Christian Gross (64 ans), avec lequel il compose un duo gagnant, complété par la présence d’un troisième Suisse, l’ancien gardien Thomas Grüter, nommé entraîneur des portiers.

Après avoir enrichi son palmarès – comprenant déjà six titres de champion de Suisse (deux avec GC et quatre avec Bâle) – d’un sacre en Arabie saoudite fêté avec Al-Ahli Djedda, Gross avait été nommé manager des Chevaliers blancs de Zamalek le 22 avril dernier.

«Vu d’ici, Lausanne ressemble à un gros village»

«C’est un challenge extraordinaire, confirme son nouvel adjoint. On doit tout gagner, on n’a pas le temps de trop réfléchir et c’est d’ailleurs mieux ainsi. On est préparé pour aller jusqu’au bout.» Après un exercice 2017-2018 décevant qui l’avait vu être relégué à… 28 points des Diables rouges d’Al-Ahli, Zamalek entend renouer avec sa glorieuse histoire. Et c’est plutôt bien parti dans la mesure où ses joueurs, avec 13 victoires et deux nuls contre une seule défaite, font largement la course en tête, comptant huit points d’avance sur Pyramids après leur succès du week-end à Alexandrie (3-1 contre Al Ittihad). «C’est un championnat très athlétique qui en surprend plus d’un.»

Depuis son arrivée au Caire, Schürmann a plongé dans un autre monde, découvert la folie d’une mégapole de 16 millions d’habitants. «En tant qu’Européen, c’est difficile à comprendre. Vu d’ici, Lausanne ressemble à un gros village. C’est quand même ma patrie. Je suis toujours le championnat, j’espère y revenir un jour.»

Vivant à l’hôtel pour des raisons de commodités – «je n’ai pas besoin de me faire à manger» –, le technicien s’abstient aussi de prendre le volant. «La circulation est un enfer. Tout le monde se croise à moins de 10 cm dans un gigantesque chaos, détaille l’ancien sélectionneur des M21 helvétiques. J’ai heureusement un chauffeur pour me mener à bon port.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.