Les plates excuses de Sefolosha

BasketballLe Vaudois a violé les règles de l'antidopage et a été suspendu par la NBA. Explications.

Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Thabo Sefolosha a choisi Twitter pour présenter ses excuses. Un acte de contrition public car le Vaudois a fauté. Il a violé les règles antidopage et a écopé d’une suspension de cinq matches. «J’ai commis des erreurs de jugement et j’en assume la pleine responsabilité.» Faute avouée et à moitié expliquée.

Et le Veveysan de continuer à pépier: «Je regrette sincèrement la possible distraction que cela peut causer à mon équipe des Utah Jazz, qui se bat pour se qualifier en vue des play-off. Je vais continuer à bosser extrêmement dur tout l’été pour récupérer de ma blessure au genou droit (Ndlr: une déchirure du ligament interne qui le tient éloigné des parquets depuis le 12 janvier) et revenir plus fort et meilleur la saison prochaine.»

Le repentir de Thabo (34 ans le 2 mai et douze ans de NBA dans les baskets) ne s’accompagne d’aucune précision quant à la nature de sa suspension. Son frère et agent, Kgomotso, tempère: «Thabo n’a pas pris de produits dopants pour tricher dans le jeu.» Selon le site www.basketusa.com, qui se base sur la convention collective de la NBA, la sanction correspond à un troisième contrôle positif à la marijuana. Le Vaudois a disputé 38 matches lors de l’exercice en cours. Il a inscrit, en moyenne, 8,2 points et capté 4,2 rebonds. Sa suspension prendra effet dès qu’il pourra rejouer.

Poursuivra-t-il sa carrière à Salt Lake City? Il est au bénéfice d’un contrat d’une année avec option – avec à la clé un salaire annuel de 5,25 millions de dollars. Sa formation a jusqu’au 8 juillet pour lever ladite option et le conserver en son sein. «En dépit de la situation, Thabo garde le moral», souligne Kgomotso. «Il reprendra l’entraînement, individuellement, dans une à deux semaines. Gentiment. Il courra et mettra du poids sur sa jambe. Mais sa vraie préparation, il l’entamera en juin, à son retour en Suisse.»

Sefolosha avait déjà été mis hors jeu en avril 2015. À New York, un coup de matraque – asséné par la NYPD lors d’une arrestation musclée – lui avait brisé le péroné droit. L’existence de Thabo ne s’apparente donc pas à un long fleuve tranquille. Mais est source d’espérance. En septembre dernier, il avait sauvé de la noyade une femme qui était tombée à l’eau lors d’une descente en rafting sur la rivière Provo. (nxp)

Créé: 05.04.2018, 08h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.