Plongée dans la préparation des Suisses avec Romain Loeffel

Hockey sur glaceLe défenseur de Ge/Servette découvre les Jeux. Il raconte la première semaine de la sélection nationale en Corée du Sud.

Romain Loeffel, Tristan Scherwey, Gregory Hofmann et Gaëtan Haas (de g. à dr.) lors de la cérémonie d’ouverture.

Romain Loeffel, Tristan Scherwey, Gregory Hofmann et Gaëtan Haas (de g. à dr.) lors de la cérémonie d’ouverture. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À l’intérieur de la Maison Suisse de Yongpyong, Romain Loeffel semble émerveillé. «C’est quoi, là, à la télévision?» Le combiné alpin masculin. Intéressé? «C’est clair! Je regarde tout, moi!» Le Chaux-de-Fonnier du Ge/Servette Hockey Club découvre l’environnement unique des Jeux, après deux participations à des Championnats du monde. «Rien à voir.» On veut bien le croire.

Alors que la Suisse entre en lice jeudi face au Canada, le défenseur de 26 ans nous emmène au plus proche de la préparation de la sélection nationale. Du stage de Goyang, près de Séoul, au village olympique de Gangneung.

Goyang et l’aller-retour

Après plus de dix heures de vol, rien de tel qu’une soirée dans un restaurant typiquement coréen pour se mettre dans l’ambiance et soigner la cohésion. «On a eu droit à un énorme barbecue. Et puis, c’était marrant de devoir enlever nos chaussures pour manger.» L’équipe de Suisse a atterri à l’aéroport d’Incheon de Séoul jeudi dernier. Elle a passé trois nuits à Goyang, où elle a dû composer avec les entraînements des athlètes de short-track et de patinage artistique pour se faire une place dans le planning des disponibilités de la glace. Elle a tout de même trouvé son bonheur, avant de conclure son camp par une victoire sur la Norvège dimanche (4-2). Non sans s’être infligée un aller-retour (7 heures de route au total) pour la cérémonie d’ouverture, le vendredi. «Le trajet était long, mais ça a été génial de défiler dans ce stade et de côtoyer les stars des JO.»

Changement de matelas

Arrivés tard dimanche soir au village olympique de Gangneung, site des sports de glace, Romain Loeffel et compagnie se sont octroyé un petit tour au fast-food du complexe. Après avoir pris leurs quartiers en toute tranquillité. «Je partage la chambre avec Gregory Hofmann. Jonas Hiller et Cody Almond sont dans le même appartement que nous, dans des chambres individuelles. C’est top, on a un joli salon.»

Seul hic, les matelas, jugés trop durs par une poignée de joueurs, dont le défenseur du GSHC. «C’est une question d’habitude. Et certains ont un dos plus sensible que d’autres.» Résultat: le team manager s’est offert une virée shopping, mardi après-midi. Histoire de répondre au mieux aux besoins.

À part ça? «Tu as beau être fier d’être convoqué pour les Jeux, ce rêve ultime de tout sportif, tant que tu n’y es pas, tu ne peux pas te rendre compte de ce que c’est.» Et c’est comment, pour le moment? «C’est fou! Les spectateurs te saluent quand tu te balades. Dans le village, tu croises des athlètes venus de partout. C’est une expérience extraordinaire.»

Au saut et au biathlon

Avant de replonger dans les séances d’entraînement ou autres analyses vidéo, l’équipe nationale a bénéficié d’un jour de congé, lundi. Certains sont allés supporter la sélection féminine de hockey puis la paire Jenny Perret/Martin Rios au curling. «Avec quelques joueurs, on a visité la Maison Suisse et assisté à du saut à skis féminin ainsi qu’à du biathlon masculin. On a découvert les joies du froid, de l’anglais difficilement compréhensible des Coréens et des transports en bus. On n’a d’ailleurs pas tout saisi aux horaires et aux changements. Mais c’était bien de pouvoir profiter un peu.»

Objectif médaille

Les hommes de Patrick Fischer se sont entraînés mardi en fin de journée et mercredi matin. Ils effectueront une dernière grosse séance tout à l’heure, avant de passer aux choses sérieuses jeudi (13 h 10 en Suisse). Aucun blessé ou malade n’est à signaler. Le décalage horaire (8 h), lui, est digéré. «On s’est acclimatés, mais ce stage de préparation sur place était nécessaire pour prendre le rythme. Personnellement, ça ne fait qu’une nuit que je dors correctement.»

Sur la glace? «Les automatismes reviennent assez vite. Il faut dire que 17 joueurs du contingent olympique étaient déjà présents au Mondial 2017. Ça aide. On est impatients. Et tous conscients qu’on est capables d’aller chercher une médaille. Commencer par le Canada va en tout cas nous permettre de directement nous situer.»

Surnuméraire dimanche contre la Norvège, Romain Loeffel semble en concurrence avec Dominik Schlumpf pour le poste de septième défenseur dans l’alignement helvétique. «Même si je ne joue pas d’entrée, j’aurai sans doute ma chance plus tard. En l’attendant, je continuerai à pousser mes coéquipiers vers le haut quoi qu’il advienne.»

(24 heures)

Créé: 13.02.2018, 22h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.