Privé de play-off, Lutry-Lavaux pourrait quitter l’élite du volley suisse

VolleyballLe club vaudois a du mal à digérer la sanction que lui a infligée Swiss Volley et réfléchit à son avenir.

Privés de trois mois de compétition, certains joueurs, dont la frustration est légitime, ont émis leur souhait de quitter Lutry-Lavaux. (Ici - en rouge - le 2 novembre 2019 à Genève lors d'un match contre Chênois Genève Volleyball.)

Privés de trois mois de compétition, certains joueurs, dont la frustration est légitime, ont émis leur souhait de quitter Lutry-Lavaux. (Ici - en rouge - le 2 novembre 2019 à Genève lors d'un match contre Chênois Genève Volleyball.) Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Néo-promu en LNA, Lutry-Lavaux avait sportivement accompli sa mission. En battant deux fois son concurrent direct Traktor Bâle cette saison, le club vaudois voyait les play-off lui tendre les bras. C’était avant d’être sanctionné par Swiss Volley de deux défaites par forfait – l’une d’elles efface notamment la précieuse victoire 3-0 face au club rhénan en fin de saison régulière – qui l’ont privé d’une participation aux finales du championnat.

«Il y a beaucoup de dégoût chez nos joueurs et au sein de notre comité, s’indigne le président lutryen, Philippe Tuccelli. Notre belle saison est balayée pour une simple erreur administrative.»

La décision est difficile à avaler pour le club vaudois, habité par un profond sentiment d’injustice. «En fait, Swiss Volley nous adresse le message que nous sommes trop petits pour cette ligue», se révolte Philippe Tuccelli. Résigné, le président de Lutry-Lavaux va jusqu’à évoquer l’idée de quitter les parquets de l’élite. «Nous allons nous pencher sur l’avenir et prendre une décision d’ici à la fin du mois de février», précise le dirigeant.

Manque de considération

Dans un premier temps, le club vaudois avait été sanctionné pour ne pas avoir présenté la licence de son entraîneur Jérôme Corda, exceptionnellement inscrit sur la feuille de match en tant que renfort. Puis le recours déposé avait été rejeté vendredi passé, juste avant le début des play-off. Swiss Volley motive sa décision par le fait que Lutry-Lavaux aurait dû demander l’accord à la Fédération française de volley pour aligner son joueur de nationalité française.

«La motivation du refus de notre recours nous est parvenue vendredi matin en allemand et il a fallu attendre lundi vers 17h pour obtenir une traduction, s’énerve le président vaudois. Il y a un manque évident de considération de la part de la ligue.»

Privés de trois mois de compétition, certains joueurs, dont la frustration est légitime, ont émis leur souhait de quitter Lutry-Lavaux. «Et nous avons dû payer 3000 francs de recours et amendes, en plus du manque à gagner des matchs à domicile et du déficit d’image», précise Philippe Tuccelli.

Cette «montagne russe après une saison réussie» pourrait donc faire redescendre d’un étage les volleyeurs de Lutry-Lavaux.

Créé: 18.02.2020, 19h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.