Passer au contenu principal

Stade Nyonnais se casse les dents sur Yverdon

Solide et réaliste, le visiteur a infligé sa première défaite à l’équipe de La Côte.

Le No 10 nord vaudois Allan Eleouet (à g.) ici en duel contre Azad Odabasi.
Le No 10 nord vaudois Allan Eleouet (à g.) ici en duel contre Azad Odabasi.
CHANTAL DERVEY

Le Stade Nyonnais n’est plus invaincu. Surpris très tôt dans la partie, les joueurs d’Oscar Londono n’ont jamais pu revenir sur un adversaire qui a même augmenté son avance – bon travail d’Eleouet sur la ligne de fond, reprise de Tavares venu de loin – avant de le défendre avec une solide organisation et beaucoup de détermination. Si les Nyonnais ont le plus souvent tenu la balle, en seconde période surtout, ils n’ont pas su se montrer vraiment dangereux. Si l’on excepte un coup de tête de Chentouf qui a frôlé la transversale (53e), Da Silva a finalement passé une soirée très tranquille.

Le visiteur a donc ouvert le score sur sa toute première incursion dans le camp adverse. Dans le rond central, Cissé dévie pour Rushenguziminega, qui à son tour trouve Marazzi côté gauche. Tendue, croisée et à mi-hauteur, sa frappe de gaucher ne laisse aucune chance à Barocca, superbe! On jouait alors depuis… 1’25’’ et les affaires du Stade Nyonnais démarraient d’autant plus mal qu’il perdait ensuite Tall, capitaine et patron de sa défense, lequel devait quitter le terrain sur blessure musculaire (6e). Difficile d’imaginer pire scénario pour une formation qui n’avait pas encore pris le moindre but cette saison en match officiel.

«On a manqué d’idées»

Il a donc fallu se réorganiser un peu et retrouver ses esprits pour partir à l’assaut d’une formation yverdonnoise qui semblait solide sur ses bases, avec notamment la première présence de Marque avec De Pierro dans l’axe. Le coach yverdonnois avait même titularisé quatre nouveaux joueurs par rapport au match précédent, la défaite sans appel concédée à Kriens. Une façon sans doute d’indiquer à tous que le groupe vert et blanc est suffisamment riche pour instaurer une solide concurrence dans tous les secteurs.

A la pause, l’entraîneur nyonnais a opéré un double changement pour tenter de donner un peu de souffle à son équipe. Mais la mesure ne s’est pas avérée suffisante. «Beaucoup de facteurs font qu’on n’a jamais pu se mettre vraiment dans le match et l’emballer, notait Oscar Londono au terme de la partie. On a bien commencé la deuxième mi-temps, mais c’est resté insuffisant pour les embêter vraiment. Je crois qu’on aurait pu jouer toute la nuit sans parvenir à marquer. On sentait que ça manquait d’idées. Yverdon a fermé les espaces et bien joué le coup. C’est une défaite qui nous montre bien que le Stade Nyonnais ne sera pas la seule équipe à jouer la première place.»

En termes d’efficacité, Yverdon a donc réussi un match plein. Solide derrière, le visiteur s’est aussi ménagé les meilleures occasions d’une partie qui n’en a pas offert beaucoup. Quant à Cissé, il a certes participé au mouvement débouchant sur l’ouverture du score, mais il a touché très peu de ballons sur l’ensemble.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.