Le public est venu pour Simona Waltert, il a vu Jil Teichmann

TennisLa Biennoise a été sans pitié pour la jeune Grisonne. Mais au-delà de la défaite, quel talent chez la protégée de Stéphane Bohli!

Jil Teichmann n’a laissé que six jeux à sa jeune rivale sur la terre battue de Vidy.

Jil Teichmann n’a laissé que six jeux à sa jeune rivale sur la terre battue de Vidy. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cris et chuchotements autour du central de Vidy. Avec ses clins d’œil, comme celui de cette dame fière d’elle qui refuse d’écouter le jeune placeur et qui s’installe alors que sur la terre ocre, l’aînée du tournoi, Samantha Stosur, ancienne No 4 mondiale, sue pour éliminer l’Américaine Allie Kiick. Madame à peine installée, une petite sonnerie nous rappelle qu’on vit à l’ère de la communication permanente; pas de quoi déconcentrer l’Australienne, quelques mètres plus bas.

Du culot et des idées

Jeu, set, match, «la» rencontre du jour, celle qui va opposer la Biennoise Jil Teichmann au phénomène grison Simona Waltert, va pouvoir commencer. Il est 18 h 25, plus de cris, quelques chuchotements et… énormément de curiosité.

«J’étais très nerveuse au début, concède la protégée de Stéphane Bohli. Quand je me suis libérée, je suis revenue à la hauteur de Jil, mais sans pouvoir passer l’épaule. J’ai encore beaucoup appris. Il y a du boulot, j’en suis consciente, mais je sais aussi quel est mon but.»

Humble, Simona Waltert ne veut retenir que le positif de cette semaine lausannoise. La majorité du public était venue pour la découvrir, il a vu une partie de son immense savoir, cette agressivité sur chaque balle, quelques jolis amortis, même un service-volée au septième jeu du second set. Du culot et des idées plein la tête et cette volonté, permanente, d’essayer des choses.

«Parfois trop», sourit son coach. Qui a immédiatement mesuré l’importance de ce qui s’est passé à Vidy: «Depuis le début de la saison, elle a essentiellement affronté des filles face auxquelles trois ou quatre coups parfaits suffisent pour les désorienter. Pour battre une joueuse comme Jil, dans sa forme actuelle, il faut deux ou trois fois plus de ces coups géniaux. Mais bon, après des débuts crispés, Simona a pu se libérer, on va en parler tranquillement ce soir, avant de poursuivre notre travail.»

Attaquer, c'est mon jeu

Le public était venu pour Simona, il est reparti content après avoir apprécié le match très complet de Jil Teichmann. Motivée comme jamais face à une compatriote? «Motivée comme toujours, attaquer, c’est mon jeu. Je me sens de mieux en mieux», explique la Biennoise. Pas avare en compliments envers sa victime du jour: «Extrêmement talentueuse, très agressive, elle peut aller loin.»

Jil Teichmann, elle, est en quarts de finale, contre l’Allemande Tamara Korpatsch, qu’elle a battue à Prague cette saison. Sur le central, en début de soirée, il y aura encore quelques cris. Et des chuchotements.

Créé: 18.07.2019, 23h32

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...