Les quatre grandes inconnues de la nouvelle saison de Formule 1

AutomobilismeDès ce week-end à Melbourne, les écuries vont pouvoir se mesurer à leurs adversaires. Le point sur les changements.

Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La saison 2019 de Formule 1 débutera dimanche, à Melbourne. Si un duel entre Ferrari et Mercedes s’annonce une nouvelle fois probable, on dénombre nettement plus d’inconnues, cette année, que ce ne fut le cas ces dernières saisons.

Au cours de l’hiver, le règlement technique a légèrement évolué. Une modification modeste, qui consiste à élargir les ailerons pour faciliter les dépassements, mais qui a contraint les écuries à revoir entièrement l’aérodynamique de leurs monoplaces.

Plusieurs changements de pilotes et de moteurs seront également intéressants à suivre (lire ci-contre). Chez Ferrari, on note le coup de balai à la tête de l’équipe, où le Lausannois Mattia Binotto a été nommé à la place de Maurizio Arrivabene. Du côté de Sauber, le nom de l’écurie a changé pour se nommer désormais Alfa Romeo Racing.

Fins de courses plus animées

Au niveau du règlement, on note aussi l’apparition d’un point attribué au pilote qui signera le meilleur tour en course – pour autant qu’il fasse partie des dix premiers à l’arrivée.

Cette nouvelle disposition distribuera donc 21 points de plus cette saison, soit presque l’équivalent d’une victoire. On peut donc s’attendre à des fins de courses plus animées qu’auparavant: ceux qui disposeront de suffisamment d’avance sur leurs poursuivants vont sans doute changer de pneus en fin d’épreuve, lorsque les réservoirs seront presque vides, pour chausser des gommes neuves afin de tenter de signer le meilleur tour.

À suivre dès dimanche. Départ à 6h10 du matin, heure suisse.


1. Ferrari en mesure de décrocher le titre?

L’an dernier, Sebastian Vettel avait gagné à Melbourne par un coup de chance. Cette année, il devrait pouvoir y parvenir à la régulière. Les essais de l’hiver ont montré que les Ferrari devraient être les plus rapides, au moins au début de saison, en attendant que l’écurie Mercedes puisse éventuellement combler son retard. Au sein de la Scuderia, Sebastian Vettel s’avoue plutôt confiant et confirme que sa voiture lui donne satisfaction, même si les essais de l’hiver ne donnent qu’une vague idée de la hiérarchie. 2019 pourrait donc enfin permettre à Ferrari de décrocher un titre qui lui échappe depuis 2007.


2. Leclerc sera-t-il plus rapide que Vettel?

Allusion à sa nationalité monégasque, le paddock l’appelle déjà «le petit prince de la F1». Après une saison fantastique au sein de l’écurie Sauber, Charles Leclerc a été appelé chez Ferrari en remplacement de Kimi Räikkönen, parti rejoindre l’écurie suisse. Pour sa première saison au sein de la Scuderia, le Monégasque affirme qu’il veut juste comprendre et apprendre. Son immense talent pourrait toutefois lui permettre de faire mieux. Après quelques grands prix d’adaptation, il pourrait bien causer quelques soucis à Sebastian Vettel. Chez Ferrari, on répète que les deux pilotes disposeront d’un matériel identique, mais que le quadruple champion du monde serait privilégié si son écurie devait faire des choix stratégiques.


3. Les Red Bull plus performantes avec Honda?

Après des années de tensions entre Red Bull et Renault, l’écurie anglo-autrichienne a rompu avec son partenaire français pour signer avec Honda. C’est la grande inconnue de ce début de saison: pendant quatre ans de partenariat avec McLaren, le motoriste japonais n’a pas signé un seul podium. Le miracle va-t-il se produire avec Red Bull? Les essais de Barcelone montrent une monoplace efficace, mais la fiabilité reste inconnue. Depuis 2015, Honda se fait surtout remarquer par les casses de ses moteurs, qui entraînent des pénalités sans fin pour ses pilotes. Et cette année sera pire: le règlement n’autorise plus que deux changements de moteur sans pénalité au fil des 21 grands prix (au lieu de trois l’an dernier).


4. Qui sera la quatrième écurie du plateau?

Depuis six ans, seules les Mercedes, Ferrari et Red Bull ont gagné des grands prix. Derrière ce trio de tête, les équipes se bousculent pour occuper la quatrième place: chez Renault, l’embauche de Daniel Ricciardo donne un coup de fouet à l’écurie. Chez Haas, on est enfin satisfait de l’équilibre de la voiture, qui reste une copie de la Ferrari. Chez Toro Rosso, on pense se situer tout près de sa grande sœur Red Bull. Chez Racing Point (ex-Force India), on pense avoir beaucoup progressé, tandis que chez Alfa Romeo (ex-Sauber), on espère aussi se placer comme cette fameuse quatrième écurie grâce à l’arrivée de Kimi Räikkönen. Le championnat sera ainsi peut-être plus serré pour les places d’honneur que pour le titre mondial! (24 Heures)

Créé: 15.03.2019, 08h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.