Pour Rachel Moret, la route vers les Jeux passe par Montreux

Tennis de tableUn exploit de la pongiste vaudoise à la Top 16 Cup ce week-end la rapprocherait beaucoup de Tokyo.

Rachel Moret a très envie de briller devant son public, ce week-end à Clarens.

Rachel Moret a très envie de briller devant son public, ce week-end à Clarens. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le compte à rebours a commencé. À quelque six mois des JO, la course à la qualification pour Tokyo bat son plein. Le tennis de table n’y fait pas exception et la Vaudoise Rachel Moret (30 ans) a bon espoir de réussir à arracher ce ticket qu’elle avait manqué, il y a quatre ans.

Pour que ce rêve se réalise, celle qui pointe aujourd’hui au 84e rang mondial est face à une échéance très importante, ce week-end à la salle du Pierrier, à Clarens. «Ce tournoi, très relevé, est certes une étape où chaque victoire rapporte beaucoup de points mais elle ne sera pas non plus décisive, tempère Rachel Moret. Ces prochaines semaines, je participerai d’ailleurs à d’autres épreuves qualificatives. Une défaite d’entrée de jeu ici ne serait donc pas catastrophique. Raison pour laquelle la pression n’est pas plus forte que d’habitude, mais le fait de jouer chez moi, en Suisse romande, et devant ma famille et mes amis constitue en revanche un plus énorme dont j’aimerais profiter.»

Un choix déterminant

Pour maximiser ses chances de briller au plus haut niveau, Rachel Moret avait décidé de passer pro et de quitter la Suisse pour Nîmes, il y a bientôt quatre ans. Un choix qui est à l’origine de la grosse progression qu’elle a accomplie depuis. «Il a même été déterminant, raconte-elle. En France, je bénéficie d’un encadrement professionnel que je n’aurais jamais pu avoir en Suisse. Avec quatre entraîneurs pros, un préparateur physique et un mental, nous pouvons nous concentrer exclusivement sur le tennis de table. Sans oublier la qualité de l’opposition. Jamais, en Suisse, je n’aurais pu affronter aussi régulièrement des adversaires de haut niveau. En France, il existe une vraie émulation qui nous pousse à donner le meilleur de nous-mêmes à chaque entraînement.»

Un contexte stimulant qui permet à Rachel Moret de tutoyer les meilleures joueuses du continent depuis un an et une très courte défaite, lors de cette même Top 16 Cup, face à l’Autrichienne Sofia Polcanova, 14e mondiale et meilleure européenne. «Après avoir passé un ou deux jours difficiles à regretter d’être passée si près de l’exploit, j’ai su tirer les nombreux aspects positifs de cette défaite, explique-t-elle. Et y puiser aussi beaucoup de confiance. Avant cela, jamais en effet je n’aurais imaginé être capable de garder un aussi haut niveau sur toute une rencontre.»

Une estime de soi à la hausse qui a permis à Rachel Moret de signer, depuis douze mois, quelques superbes victoires contre celles qui comptent parmi les meilleures pongistes européennes. «J’ai progressé à tous les niveaux, résume la native de Préverenges, mais c’est bien au niveau mental – qui a longtemps été une petite faiblesse chez moi – que je note la plus grande différence. Et j’ai bien l’impression que c’est justement cet aspect qui sera prépondérant, ce week-end.»

Grosse incertitude

Une échéance d’autant plus importante qu’une pesante incertitude plane sur les prochains championnats du monde, le dernier grand rendez-vous avant les Jeux. «Ils devraient se dérouler en Corée en mars, explique Rachel Moret. Mais le conditionnel est de mise en raison du coronavirus. Et s’il s’avère impossible de les organiser là-bas, j’ai un peu de peine à imaginer que la Fédération parvienne à trouver une alternative en si peu de temps. Car il s’agit de dénicher une salle capable d’accueillir quelque 400 athlètes ainsi que leurs entraîneurs et les staffs. Mais, selon les informations que nous avons reçues, on en saura plus le 20 février.»

Sachant que ce classement mondial, qui pourrait être déterminant pour permettre à Rachel Moret de se qualifier pour Tokyo, se base – comme au tennis – sur l’année écoulée, une annulation pure et simple des Mondiaux ne serait pas forcément un handicap pour elle. «J’y avais obtenu beaucoup de points l’an passé, sourit-elle, et même si j’ai l’ambition de faire encore mieux cette fois, un statu quo ne me serait pas forcément défavorable. Mais bon, j’ai quand même encore l’espoir d’aller en Corée en mars.»

Pour défendre sur la table ses chances de couronner sa belle carrière par une participation dans la plus grisante des compétitions. «Mais Tokyo pourrait bien ne pas être mon ultime opportunité, conclut Rachel Moret dans un large sourire. Je n’ai pas encore pris de décision définitive mais je n’exclus pas de prolonger ma carrière jusqu’aux Jeux de 2024, à Paris. J’aurai alors 34 ans, ce qui n’est pas un handicap dans ce sport. La plupart des meilleures joueuses présentes à Montreux ont d’ailleurs largement plus de 30 ans. Avec un travail physique approprié, je pense que cet objectif n’aurait rien d’utopique pour moi.»

Créé: 07.02.2020, 22h02

Tris repetita pour Moret

Le tirage au sort des huitièmes de finale de la Top 16 Cup n’a pas souri à Rachel Moret. Pour la troisième année consécutive, la Vaudoise devra se mesurer à Sofia Polcanova.

Classée No 1 européenne, et 14e mondiale, l’Autrichienne a déjà éliminé Rachel Moret à deux reprises. En 2018 en s’imposant nettement mais, douze mois plus tard, la grande favorite de l’édition 2020 avait tremblé jusqu’au bout avant de l’emporter 12-10 au septième et dernier set. Un match très serré dont la Morgienne se souviendra ce samedi.

Pour rappel, cette Top 16 Cup réunit à la salle du Pierrier, à Clarens, les quinze meilleurs pongistes européens masculins et féminins ainsi que les deux meilleurs Suisses. C’est donc une nouvelle fois le Bâlois Lionel Weber, 155e mondial, qui a été invité dans le tableau masculin.

Dotée d’un prize money de 80'000 fr. (2x40'000 dont 10'000 pour chaque vainqueur), cette compétition à élimination directe débutera samedi dès 9h30 avec les huitièmes de finale pour se terminer dimanche à 15h55 (finale femmes) puis 16h45 (finale hommes).

Articles en relation

Rachel Moret: «Je veux me consacrer à 100% au sport d’ici à Tokyo»

Tennis de table La Préverengeoise raconte sa vie de pongiste, avant le DHS Swiss Table Tennis Open de Lausanne. Plus...

Rachel Moret décrypte le tennis de table

Vidéo En marge du Swiss Open qui démarre ce vendredi à Lausanne, pongiste morgienne nous explique les principaux coups du sport où elle excelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.