Passer au contenu principal

Raphaël Wicky: «C’est juste joli à voir»

En hissant le FC Bâle en 8es de finale de la Ligue des champions, le jeune entraîneur a déjoué tous les pronostics. Remarquable!

Au milieu de ses joueurs, Raphaël Wicky a toutes les raisons d'avoir le sourire.
Au milieu de ses joueurs, Raphaël Wicky a toutes les raisons d'avoir le sourire.
Keystone

Il faut se méfier des raccourcis. Fin septembre, alors que la phase de poule de la Ligue des champions se profilait, le FC Bâle s’était déjà incliné à trois reprises en Super League, face à Young Boys, à Lausanne et à Saint-Gall. Les Rhénans balbutiaient alors un football dont on ne voyait pas très bien à quoi il voulait ressembler. Soucieux de se renouveler, de trouver un nouvel élan, le club venait de changer de direction. Et la nomination d’un entraîneur sans expérience du banc laissait volontiers penser que le multiple champion de Suisse se préparait des jours difficiles. Deux mois plus tard, Raphaël Wicky (40 ans) et son staff ont hissé le FCB parmi les membres du cercle plutôt fermé qui constitue le top 16 européen. Autrement dit les clubs qu’on retrouvera à la fin de l’hiver pour la seconde phase de la compétition, celle à élimination directe. Un résultat d’autant plus remarquable que personne n’aurait osé imaginer pareil succès. Un parcours qu’il faut savourer, sans trop se prendre la tête.

«Cette flexibilité est notre grande force»

«C’est juste joli à voir», résumait Raphaël Wicky mardi soir à Lisbonne. Le technicien faisait allusion à la solidarité et à l’esprit affichés par ses joueurs, à cette alchimie collective capable de compenser certaines limites individuelles. Derrière cette petite phrase délicieuse, le travail acharné d’un homme de conviction qui a réussi à préciser ses idées et, surtout, à les faire passer. Il voulait un football offensif, attractif. Mais entre un credo de début de mandat et les réalités du terrain, Wicky a rencontré certaines difficultés. Il a souvent changé d’organisation. Mais ce qui paraissait encore comme une quête un peu nébuleuse s’est transformé en atout majeur. «Cette flexibilité est notre grande force», souligne aujourd’hui Marco Streller. Fer de lance de la formation rhénane lors des précédentes campagnes, le nouveau directeur sportif est sans doute heureux d’avoir défendu son jeune entraîneur. Et le cadre sans grands noms qu’il a choisi de mettre à sa disposition.

«La formation est l’ADN du FCB. Je suis rempli d’une immense fierté», ajoute-t-il. Quelques heures avant leurs aînés, les M19 du FC Bâle ont eux aussi réalisé l’exploit. Le 0-0 obtenu dans la capitale portugaise leur permet de terminer en tête du groupe, à égalité de points avec Manchester United, mais avec une meilleure différence de buts. On les retrouvera ainsi en 8es de finale de la Youth League.

25 millions d’euros

Cette qualification du FC Bâle est donc valeureuse à bien des égards. Pour l’image – et le coefficient UEFA – du football suisse, bien sûr. Mais aussi pour les finances du club, avec près de 25 millions d’euros d’ores et déjà assurés, soit: 12,7 comme prime de départ, 6 pour les quatre victoires en poule (1,5 chacune) et 6 autres pour l’accession aux 8es de finale. Cela sans compter la part des revenus issus des droits TV, qui sera calculée à la fin.

Avec 12 points, le FCB a fait mieux que lors des éditions 2011 et 2014. Par la suite, l’équipe était tombée en 8e de finale face au Bayern Munich (malgré une victoire à domicile), puis contre le FC Porto. Lundi, les Rhénans connaîtront leur prochain adversaire. Il sera forcément plus grand qu’eux, plus prestigieux aussi. Dès lors, comment songer un seul instant que cette équipe, sans envergure particulière sur le plan individuel, et sans vécu à un tel niveau, puisse imaginer franchir un nouveau cap? «C’est juste joli à penser», est-on tenté d’écrire en paraphrasant Raphaël Wicky. Ce FC Bâle new-look ne connaît pas encore ses limites. Les Young Boys ont donc du souci à se faire. Pour les autres, on verra bien…

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.