Le retour du snowboard

NeigeAlors que les ventes de matériel étaient tombées au plus bas, le «surf des neiges» retrouve enfin des adeptes.

La déferlante de jeunes snowboarders dans les années 90 a perturbé le rythme tranquille des descentes à ski. Archives.
Vidéo: Romain Michaud, Frédéric Thomasset, Pascal Wassmer

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans les années 1990, le snowboard s’impose sur les pistes romandes. À son apogée, en 1999, il représente alors près de 30% des achats de matériel de glisse, soit l’équivalent de 110'000 planches vendues en Suisse. Mais depuis cet âge d’or, les ventes sont en chute libre. L’an dernier, seuls 19'000 snowboards trouvaient acquéreur, estime le spécialiste des études de marché GfK.

Avec l’arrivée du carving, puis du ski freestyle, la cool attitude est passée dans le camp des skieurs. Les jeunes ont délaissé le snowboard. Et avec l’âge, les rebelles des années 1990 se sont assagis et n’ont plus forcément envie de passer la journée avec les fesses dans la neige.

Pourtant, cette année, les fortes chutes de flocons de décembre ont mis des étoiles dans les yeux des amateurs de poudreuse. Taillé pour la neige molle et la poudre, le snowboard est réapparu sur les pistes comme une évidence. Il n’en fallait pas plus pour relancer un sport au bord de la disparition. «À la fin de la saison dernière, nous avons vraiment hésité à continuer la vente de snowboards, glisse Steve de Crausaz, cogérant d’Altmann Sport à Vevey. Mais avec cette saison qui a débuté très tôt et les ventes records de Magic Pass, on a vendu et loué trois fois plus de planches que l’année dernière. Les pistes deviennent de plus en plus aseptisées, les gens commencent à s’ennuyer. Ils cherchent de la nouveauté. Alors ils choissent le snowboard.»

Chez François Sports à Bremblens, le secteur a très légèrement progressé. Plusieurs centaines de planches ont été louées cette saison. Sur les pistes, le retour des snowboarders se remarque. Comme à Villars, où les cours sont en hausse. On constate la même tendance sur Internet. L’outil Google Trends, qui permet de connaître la fréquence des mots tapés dans le moteur de recherche en Suisse, montre que les requêtes d’achat d’équipement de snowboard sont en progression.

L’esprit skate

Et ce sont les 10-30 ans qui sont les plus demandeurs. Simon Ciompi, 18 ans, est élève au Gymnase de Burier à La Tour-de-Peilz. 28e en half-pipe lors des derniers championnats suisses de snowboard, il est sur une planche depuis ses 8 ans. «Vers 12 ans, j’étais un des seuls en snowboard. Dans les compétitions freestyle en Suisse romande, j’ai peu de concurrence. Quand les skieurs sont une trentaine, on est souvent moins d’une dizaine de snowboarders. Mais j’ai l’impression que ça reprend un peu. J’ai des potes qui ont essayé et qui ont accroché car c’est vraiment fun. Par exemple, mon petit frère, qui n’est pas loin de l’équipe de Suisse de ski freestyle, a loué un snowboard à Noël.»

Le Vaudois voit également un parallèle avec la mode du skate. «Il y a de plus en plus de jeunes qui se mettent au skateboard. Le snowboard est une suite logique. C’est la même famille. Dans les rails, on fait un peu les mêmes figures.»

Ce lien entre le skate et le snowboard n’est pas nouveau. Le Vaudois Jean-François Cattaneo, snowboarder pro dans les années 1990, venait déjà de la version sur bitume. Le dernier champion olympique de half-pipe, Shaun White, est un skateur reconnu, vainqueur des X-Games en rampe. Dans la Mecque suisse du snowboard, Laax, il y a un énorme skatepark.

Autre phénomène. Grégoire Marguet, responsable de la section freestyle à Ski Romand depuis 2007, voit tous les jeunes talents des cantons de Vaud, de Genève et de Fribourg. Pour lui, le regain d’intérêt pour le snowboard s’explique notamment par l’influence des parents.

Les enfants des snowboarders des années 1990 ont désormais une dizaine d’années. Après s’être remis au ski avec leurs petits entre les jambes, les parents reprennent la planche et les enfants suivent.

Retour des quadras

Car les avancées technologiques ont apporté du confort pour les anciens snowboarders. Les marques ont bien compris qu’il fallait faire revenir les quadragénaires sur les planches. Premièrement, les snowboards sont devenus plus maniables. Dorénavant, c’est le centre de la planche qui est en contact avec la neige (rocker) ce qui réduit les fautes de carre. Parfait pour un retour en douceur sur la board. Le géant américain Burton pense lui aussi au confort des utilisateurs. Il tente une nouvelle fois de supprimer les lanières des fixations avec son système Step On, basé sur le principe des fixations de ski. Mais la petite révolution vient du splitboard qui prend son envol chez les amoureux des randonnées en montagne. Les ventes progressent. Il s’agit de peaux de phoque qui se transforment en snowboard une fois arrivé au sommet. Car la planche reste la reine de la poudre.

Et les Suisses ne sont pas à la traîne. La marque Yes. propose, par exemple, The Clark, une planche dont on choisit soi-même la forme. Chez West Snowboarding, le nouveau modèle La Hache permet d’aller encore plus vite.

Pionnier du snowboard en Suisse romande, Serge Baud sent un frémissement. Créateur de la marque Wild Duck dans les années 1980, il a senti le vent tourner en 1997. En 2000, il a arrêté les planches pour créer la marque de ski Movement. «Dans mes tiroirs j’ai des projets de snowboard inspirés par la technologie développée pour nos skis.» La révolution est en marche. (24 heures)

Créé: 03.03.2018, 08h13

«On ne fume plus un joint dans le portillon de départ»

En 30 ans, le visage du snowboard a complètement changé. Replongeons-nous dans les années 1990. Leysin est alors la Mecque suisse de la planche à neige. Pour les «champs», tout le gratin mondial est présent. Le half-pipe est taillé à la pelle. En 1992, le défricheur du freestyle moderne, Terje Haakonsen, remporte l’épreuve de half-pipe avec un Mac Twist (ndlr: un tour sur lui-même et une fois la tête en bas). Et ce après avoir fait la fête toute la nuit dans le village.

Et maintenant regardez Shaun White cette année aux JO. Il envoie un double Cork 1440 (ndlr: quatre tours sur lui-même et deux fois la tête en bas). Il s’envole à 11 mètres du sol. S’ils ne sont qu’une dizaine dans le monde à pouvoir rivaliser avec l’Américain (dont le Vaudois Pat Burgener, qui a terminé 5e en Corée), en un quart de siècle le niveau a explosé. «Aujourd’hui la rigueur est de mise, affirme Grégoire Marguet, président du Tour Freestyle romand. Les sauts sont plus gros. La glace a remplacé les pipes de neige molle. Les athlètes jouent leur vie sur les gros sauts. On ne fume plus un joint dans le portillon de départ!»

Comment expliquer un tel changement de niveau? Les nouvelles infrastructures ont poussé le sport à avancer. Des snowparks comme ceux de Crans-Montana, de Laax ou de Saas-Fee ont permis à une nouvelle génération d’éclore et de se tester sur des modules de plus en plus gros. Les athlètes suivent désormais des entraînements rigoureux toute l’année, à base de trampoline et d’analyses vidéo. Une dernière raison explique cette évolution: c’est l’essence même de la vie, les jeunes poussent les anciens et veulent aller plus haut, plus loin.

Articles en relation

[VIDEO] Les fans de glisse s'éclatent dans les rues de Lausanne

Neige La capitale vaudoise a pris des airs de station de montagne ce jeudi matin. Pour le plus grand plaisir des skieurs, snowboardeurs et autres lugeurs qui ne travaillaient pas. Plus...

[VIDEO] Les «pow surfers» pourront se régaler dans la poudreuse d'Isenau

Les Diablerets Inspiré du surf de mer mais pratiqué exclusivement dans la neige fraîche, le snowboard sans fixation se révèle dans la station. Plus...

Pat Burgener rêve d’une médaille aux Mondiaux

Snowboard A 22 ans, le Vaudois Pat Burgener réussit la meilleure saison de sa carrière. Il espère briller dans la Sierra Nevada. Plus...

Le Boarder’s Park ferme boutique

Nyon David Pernet, président des commerçants, liquide le stock de son magasin ouvert à Nyon il y a 21 ans pour les fans de snowboard et de skate. Plus...

Le roi de la planche ferme boutique après 22 ans d’existence à Vevey

Passion Boarder King, dernier commerce spécialisé dans le skate et le snowboard sur la Riviera, cesse son activité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...