Rodolphe Gautier change de casquette en un coup de vent

Bol d’Or MirabaudLe président novateur du plus grand événement vélique de Suisse est aussi un régatier confirmé avec son catamaran «Safram».

Rodolphe Gautier coupera son téléphone pour plonger dans le Bol samedi à 9?h?30. Le directeur deviendra régatier ambitieux.

Rodolphe Gautier coupera son téléphone pour plonger dans le Bol samedi à 9?h?30. Le directeur deviendra régatier ambitieux. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A neuf heures et trente minutes, il va couper son téléphone. Plus de mails, plus de SMS, plus de coups de fil. Faut-il mettre des serviettes blanches ou bleues? Le café doit-il être chaud ou tempéré? Le thé, vert ou noir? Les bons pour les repas, combien par équipier? On exagère à peine… Pour être président du Bol d’Or Mirabaud, il faut avoir réponse à tout, tout de suite, tout le temps. Rodolphe Gautier en fait l’expérience depuis deux ans, depuis qu’il a repris la barre que tenait le sympathique Michel Glaus. Propulsé «malgré moi sur le devant de la scène, il a toujours été clair que je participerais toujours à la course malgré mes fonctions».

Une directrice, efficace, Laurence Zanon, a été nommée. Du coup, samedi à 10 heures, Rodolphe Gautier mettra le cap sur Le Bouveret avec ses potes de Safram. Rencontre avec cet avocat dynamique, novateur, capable de changer de casquette en un clin d’œil. «Dimanche matin, je rallumerai mon téléphone.» Quelle variété de fleurs pour le podium? Qui remet la coupe? Il n’y coupera pas…

Rodolphe Gautier, comment allez-vous faire pour tout gérer ce week-end si en plus «Safram» s’impose?

Je ne veux même pas y penser… (rires). Qui les journalistes interrogeront-ils? Le président du Bol d’Or Mirabaud qui analyserait la victoire du skipper de Safram, ça serait curieux, non?

Reste que votre M1 a déjà prouvé en 2013 qu’il pouvait battre les D35.

Oui, c’est même le seul bateau capable de le faire objectivement. Il y a eu ces dernières années des tentatives de certaines équipes avec des GC 32 dotés de foils. Mais je crois que tout le monde a compris que ces bateaux ne sont pas taillés pour le lac. Dès qu’il retombe sur ses flotteurs, le GC 32 est largué. Il faudrait des conditions exceptionnelles, avec des airs continus, pour que ce type de bateaux ait une chance. Or nous l’avions observé en 2014, même lorsque la bise est présente, il y a presque toujours des secteurs de transition avec pas ou peu d’air.

Revenons à votre fonction de président de la plus grande régate du monde en bassin fermé. Que représente le Bol d’Or à vos yeux?

Déjà, je veux dire que je ne peux fonctionner que grâce à toute une équipe. Le Bol, je le dis sans aucune prétention, c’est la référence. J’ai pu encore m’en rendre compte lorsque je suis allé avec mon équipe disputer des régates en Hongrie, en Italie ou récemment en Suisse alémanique, l’aura de cette régate et le respect qu’elle inspire m’ont bluffé. Cette régate a 78 ans d’histoire. Elle ne cesse d’évoluer au fil du temps. Et moi, je me considère comme un modeste contributeur de cette histoire. On m’a passé le témoin et je prends soin de ce témoin.

Malgré le poids de l’histoire, on note chez vous une véritable volonté d’ouverture…

C’est absolument ça. Sur le plan sportif, il n’y a pas grand-chose à modifier. Ce qu’ont fait mes prédécesseurs est excellent. La simplicité et la lisibilité de la course sont des valeurs immuables. Pas question donc d’imaginer un parcours raccourci pour certaines classes de bateaux. Ce serait un bon moyen d’augmenter notre chiffre de participation, mais ça ne serait plus le Bol d’Or Mirabaud. Cette course doit rester un vrai challenge.

Reste donc à soigner l’aspect populaire?

Sur le plan de l’accueil des concurrents, nous faisons tout pour que tout le monde se sente parfaitement reçu. Notre objectif est donc clairement d’augmenter notre visibilité dans tous les domaines. Cette année, je trouve magnifique de voir le pont du Mont-Blanc bardé de drapeaux du Bol d’Or. Quand on passe vers la Nautique, c’est beau de voir tous ces grands bateaux qui se préparent pour la course.

Et vous tenez à rappeler que la Société nautique de Genève s’ouvre pendant le week-end du Bol.

Il faut le dire et le redire. Les gens ont toujours une crainte à venir ici. Alors cette année, une passerelle avec les Voiles de Genève-Plage a été installée. En espérant que le public réponde présent pour venir le samedi dès la fin d’après-midi pour assister aux arrivées.

Qu’en est-il de la participation?

Nous serons au-dessus du fameux chiffre de 500. C’est notre baromètre. Pour moi, c’est surtout notre visibilité qui devrait exploser grâce à une couverture médiatique améliorée. Mais nous ne sommes qu’au début d’un processus. Cette course fait partie des grands événements sportifs suisses annuels. Le potentiel de progression est donc très large.

Créé: 08.06.2016, 22h54

Articles en relation

Ladycat s'impose dans un final de folie

Voile: Genève-Rolle-Genève Les 10 D35 ont franchi la ligne d'arrivée dans un mouchoir de poche. Du jamais vu! Mobimo et Tilt complètent le podium. Plus...

Avec la Genève-Rolle, l’heure est à la répétition générale

Voile Le coup d’envoi de la régate, prologue du Bol d’Or Mirabaud (11 juin), sera donné samedi à 13 h. Plus...

Mirabaud, la banque suisse de la voile

En France, il y a Banque Populaire (affectueusement surnommée Banque Pop). En Suisse, toutes proportions gardées, il y a Mirabaud. Deux institutions qui marient pour le meilleur uniquement leur image à celle d’un sport dont les valeurs demeurent saines malgré une professionnalisation galopante.

Ce week-end, avec la tenue de la plus grande régate du monde en bassin fermé, l’occasion est bonne de s’arrêter un peu sur l’engagement du sponsor-titre du Bol d’Or Mirabaud. Efficacité et discrétion obligent, aucun chiffre ne sera articulé. Tout juste sait-on que le budget du Bol est plus proche du million que de la centaine de milliers de francs. Depuis l’édition 2005, Mirabaud a succédé à Rolex. Une collaboration heureuse qui va se poursuivre.

L’engagement du groupe bancaire et financier (32,8 milliards d’actifs sous gestion en 2015) a été fortement initié par le CEO Antonio Palma, lui-même passionné de voile et amateur éclairé. Rares sont les années où il ne se mouille pas à bord du Surprise Mirabaud 1 à l’occasion de «son» Bol d’Or.

Parallèlement à ce partenariat, l’institution s’engage aussi dans d’autres domaines de la voile. Depuis que Dona Bertarelli a racheté le plus grand trimaran de course au large, Antonio Palma a souhaité que le nom de Mirabaud figure en bonne place sur la coque et les voiles du trimaran de 40?mètres de long. Le large a toujours passionné Antonio Palma. Avant Spindrift 2, on se souvient que Dominique Wavre avait effectué plusieurs grandes courses battant pavillon Mirabaud (dont le dernier Vendée Globe 2012-2013). Le marin genevois le plus expérimenté est toujours ambassadeur du groupe.

Sur le lac, six Surpise sont entretenus et mis à disposition de l’école de voile de la Société nautique de Genève. Il faut encore relever une participation à la Swiss Awards Sailing Night, durant laquelle Mirabaud récompense l’espoir de l’année. Enfin, last but not least, un concours de photos (le Mirabaud Yacht Racing Image) réservé aux professionnels est devenu une référence internationale en la matière.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.