Passer au contenu principal

Depuis Vevey, l'équipe de Suisse veut oublier Nicosie

Une victoire face à Chypre samedi à Genève et les protégés de Ottmar Hitzfeld feraient un pas de géant vers le Mondial 2014 au Brésil. Ils s'entraînent à Vevey avec un seul objectif: les trois points.

Xherdan Shaqiri salue ses fans lors d'un entraînement pour le match de football entre la Suisse et Chypre.
Xherdan Shaqiri salue ses fans lors d'un entraînement pour le match de football entre la Suisse et Chypre.
Keystone
Mario Gavranovic en action
Mario Gavranovic en action
Keystone
Xherdan Shaqiri en pleine séance photo.
Xherdan Shaqiri en pleine séance photo.
Keystone
1 / 16

La Suisse peut faire un grand pas vers le Brésil ce samedi à Genève. Une victoire contre Chypre conjuguée avec des résultats favorables lors des deux autres rencontres de ce groupe E jouées la veille pourrait la placer dans une situation de rêve.

Leader du groupe avec trois victoires et deux nuls, la Suisse possède deux points d'avance sur l'Albanie et l'Islande. Dans un monde idéal, cet écart pourrait se chiffrer à quatre points si les Albanais et les Islandais s'inclinaient à domicile vendredi devant respectivement la Norvège et la Slovénie.

Ce scénario, qui permettrait à la Norvège de se hisser à la deuxième place, n'a rien d'absurde. Ce groupe n'a-t-il pas déjà enregistré des résultats «échappant à toute logique», comme le souligne Ottmar Hitzfeld ?

Solidité défensive

La seule vérité dans ce groupe réside dans la solidité défensive de l'équipe de Suisse. «Nous n'avons concédé qu'un seul but en cinq rencontres. Cette rigueur constitue notre grand force», souligne Ottmar Hitzfeld.

Une rigueur qui devrait l'amener à reconduire à La Praille le quatuor formé de Lichtsteiner, Djourou, Von Bergen et Rodriguez. Senderos et Ziegler, malgré leur vécu et un état de forme excellent, chaufferont le banc comme le 23 mars dernier à Nicosie.

Shaqiri et Stocker revanchards

Ce 0-0 du match aller à Chypre est bien le seul accroc de l'équipe de Suisse dans ce tour préliminaire de la Coupe du monde. A Nicosie, les Suisses ont galvaudé des occasions en or, notamment par Shaqiri et Stocker qui furent sans doute les deux footballeurs suisses les plus brillants de ces six premiers mois de l'année.

A Genève, le Bâlois et le Lucernois auront à cœur de se «racheter». Même si Shaqiri n'a pas joué les matches qui comptaient vraiment pour le Bayern Munich et si Stocker a beaucoup donné de sa personne dans la formidable saison du FC Bâle, les deux hommes seront bien les atouts maîtres d'Ottmar Hitzfeld pour faire sauter le verrou chypriote.

«Nous devrons donner de la vitesse au jeu, explique le sélectionneur. Les Chypriotes vont très certainement défendre à... six. Balancer des centres ne servira à rien. L'ouverture viendra avec un jeu court et rapide».

Un «dérapage» improbable

Le passé récent et la confiance aveugle accordée par les bookmakers qui ne seront jamais des philanthropes et qui n'offrent qu'une cote de 1.15 pour une victoire de la Suisse, incitent à croire qu'un «dérapage» sera bien improbable. D'autant plus que le nul concédé à Chypre a agi comme une piqûre de rappel à une équipe qui s'est peut-être vue trop vite trop belle.

Depuis l'incroyable défaite contre le Luxembourg au Letzigrund à l'automne 2008, la Suisse a toujours gagné à domicile les matches qu'elle «devait» gagner contre des équipes de second plan: 2-1 contre la Lettonie en octobre 2008 à Lucerne, 2-0 contre la Moldavie en avril 2009 à Genève, 4-1 contre le Pays de Galles en octobre 2010 à Bâle, 3-1 contre la Bulgarie en 2011 à Bâle, et enfin 2-0 contre l'Albanie en septembre dernier à Lucerne.

Le choix de Genève pour la tenue de cette rencontre, souhaité par Ottmar Hitzfeld, place les supporters romands de l'équipe de Suisse devant leurs responsabilités. Si l'affluence n'excède pas les 20'000 spectateurs, l'ASF n'aura plus aucun scrupule à rayer la candidature de Genève pour les prochains matches officiels.

Il est vrai que la concurrence de la rencontre Portugal - Croatie qui aura lieu ce lundi sur cette même pelouse de La Praille est malheureuse. Mais l'ASF a donné son feu vert à l'organisation de ce match contre la promesse de deux rencontres amicales contre le Portugal d'ici 2014.

(si)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.