«Nous sommes à une semaine de la faillite»

BasketballEn marge de la défaite face à Genève, l’entraîneur lausannois Randoald Dessarzin a tiré la sonnette d’alarme.

A la pause du match contre Genève, l’entraîneur lausannois Randoald Dessarzin a éclairé le public sur la situation financière du club.

A la pause du match contre Genève, l’entraîneur lausannois Randoald Dessarzin a éclairé le public sur la situation financière du club. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Hier, à la mi-temps de la rencontre entre Lausanne et les Lions de Genève, Randoald Dessarzin a pris le micro pour s’exprimer devant le public de la Vallée de la Jeunesse. «Oui, nous sommes à une semaine de la faillite si rien ne se passe d’ici là, a lancé l’entraîneur lausannois d’un ton grave. C’est une situation d’urgence.»

Concrètement, Swiss Basketball a mis le BBC Lausanne en sommation. Le club a besoin de 45 000 francs pour tenir jusqu’à samedi et ainsi disputer sa demi-finale de Coupe de Suisse face à Monthey. Si la somme n’est pas trouvée d’ici là, la fédération se verra forcée de mettre fin à l’aventure de l’étonnant néo-promu dans l’élite.

Englué dans les soucis financiers depuis le début de la saison, le BBC Lausanne a commis des erreurs de gestion. «Ce n’est pas le moment de chercher les coupables, a relevé Dessarzin. Dans un premier temps, on doit s’acheter du temps.» Même si le sursis est accordé, le club devra encore se battre pour récolter 150 000 francs d’ici à la fin de la saison. Il en va également du sauvetage du mouvement junior, qui compte actuellement 80 membres.

Comme ultime recours, le club de la capitale olympique a lancé hier un appel aux promesses de dons. «L’idée est de demander 200 francs, ou plus, par personne ou entreprise intéressée», explique Dessarzin, désolé de devoir sortir de son rôle d’entraîneur. Une collecte de fonds est donc mise en place sur le site Internet et la page Facebook du club. Président des Lions de Genève, Imad Fattal a proposé que les fonds de l’ancienne Ligue nationale (LNBA), remplacée par Swiss Basketball, servent à accorder un prêt aux Vaudois.

Présent hier dans les tribunes, Oscar Tosato a assuré que la Ville de Lausanne fait déjà le maximum. «Nous offrons une subvention ainsi que les infrastructures et un soutien à l’emploi, a rappelé le municipal des Sports. Nous ne pouvons pas faire plus.»

Il reste donc quelques jours au club pour que le temps et l’énergie investis par de nombreux protagonistes au cours des trois dernières années ne partent pas en fumée. «On va passer une semaine à faire du porte à porte pour réunir ces fameux dons. J’y crois encore», a lâché Randoald Dessarzin en conclusion. (24 heures)

Créé: 08.01.2017, 21h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...