Passer au contenu principal

Sion 2026 cherche à franchir le «Röstigraben»

La candidature valdo-valaisanne se donne une dimension nationale afin de séduire des instances très alémaniques

«Les Jeux au cœur de la Suisse». Le slogan de Sion 2026 résume les aspirations fédératrices du dossier romand pour l’organisation des Jeux olympiques d’hiver. En concurrence avec la candidature grisonne, les Romands devront ces prochaines semaines convaincre Swiss Olympic, dont le Comité exécutif est composé à près de 90% de germanophones.

La sous-représentativité des Romands dans les étages décisionnels du sport suisse pourrait être un obstacle de taille pour le projet valdo-valaisan. Président du comité d’organisation, Jean-Philippe Rochat est conscient de cette problématique. «Notre candidature ne pourra passer que si la Suisse alémanique prend conscience de notre volonté d’inclure tout le pays.»

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les trois coups de Sion 2026 ont été officiellement donnés le 20 janvier dernier sur la place Fédérale plutôt que sur les bords du Rhône. «C’était clairement le moyen de franchir un nouveau pas dans cette volonté de démontrer que notre projet a une vocation nationale, souligne Jean-Philippe Rochat. Nous ne voulons pas avoir les Jeux, mais les partager.»

Arrivé à la tête de Swiss Olympic début 2017, le nouveau président Jürg Stahl se veut au-dessus des clivages linguistiques. «Nous représentons le sport suisse dans son ensemble, pas une région en particulier, résume-t-il. C’est une décision tellement importante que les affinités personnelles ne doivent avoir aucune influence. Le choix ne se fera pas au niveau des émotions. Au final, seule la qualité réelle des candidatures fera la différence.»

Votation décisive

Dans un passé récent, les Romands sont d’ailleurs parvenus à convaincre Swiss Olympic de la qualité de leurs projets. Le choix de Lausanne (aux dépens de Lucerne) pour porter la candidature suisse aux Jeux olympiques de la Jeunesse 2020 en est le meilleur exemple.

Chef du Service des sports à l’Etat de Vaud, Nicolas Imhof avait été impliqué de près dans cette campagne victorieuse. «Nous nous étions volontairement appuyés sur des personnes parlant allemand et/ou anglais, explique-t-il. Mais notre stratégie n’était pas uniquement axée là-dessus. L’important reste de mettre en avant les points forts du dossier. Je ne doute pas que le Comité exécutif aura la même honnêteté intellectuelle envers Sion 2026.»

Plus que la sous-représentativité romande, c’est finalement le peuple grison qui pourrait faire basculer ce bras de fer. En effet, la population grisonne est appelée aux urnes le 12 février pour se prononcer sur un crédit d’étude. Un nouveau «non», quatre ans après celui de 2013, laisserait le champ libre à la candidature romande. Un «oui» mettrait la pression sur Sion 2026.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.