Passer au contenu principal

Alain Rochat: «Je ne suis pas en état de panique»

Capitaine du LS, Alain Rochat s’est livré après une semaine particulière et juste avant la venue de Grasshopper, samedi à la Pontaise (19h).

Alain Rochat espère que la prise de conscience, cette semaine, aura des effets positifs et surtout très concrets.
Alain Rochat espère que la prise de conscience, cette semaine, aura des effets positifs et surtout très concrets.
Florian Cella

Le mois d’août n’a pas encore vécu. Pourtant, le Lausanne-Sport s’apprête déjà à disputer un match qui aura une incidence certaine sur la suite de sa saison. La lecture du classement donne à cet égard une indication sans équivoque, qu’on pourrait résumer ainsi: recoller ou se voir distancé. Avec, dans ce dernier cas de figure, toutes les complications que cela supposerait pour la suite.

Après le revers de Thoune (défaite 5-2 samedi dernier), les Lausannois ont passé une semaine agitée, entre réunions et discussions, avant un retour sur le terrain pour se focaliser sur la seule chose qui compte finalement: le jeu et le match à venir, samedi soir à la Pontaise face à Grasshopper. Patron de la défense, Alain Rochat (34 ans) a accepté d’évoquer la situation de l’équipe. Concentré, concerné, impatient aussi de retrouver la compétition, le capitaine a fait face à ses responsabilités au terme de la séance d’entraînement de vendredi. Rencontre en salle de presse, à la Pontaise.

Cette semaine a commencé avec pas mal de discussions, dimanche déjà entre les joueurs, puis mardi avec les dirigeants. Qu’en est-il sorti?

Tout ce qui été dit, échangé, on le laisse dans le vestiaire. Cela dit, je pense qu’il est toujours positif de communiquer, à condition que les discussions ne débouchent pas sur des attaques gratuites ou personnelles, mais qu’elles soient au contraire constructives. Cela doit être la preuve que tout le monde souhaite avancer dans la même direction. C’est aussi le début d’une véritable prise de conscience. Dans notre situation, il s’agit d’une nécessité. Mais parler est une chose. Après, il y a le match. Et je n’aimerais qu’on nous dise: ils ne font que parler, sans agir.

Comment vivez-vous personnellement les difficultés rencontrées par le LS?

Ce début de saison est effectivement difficile, mais je ne suis pas du tout en état de panique. Ce qui est bien, avec le foot, c’est qu’avec un bon résultat tu peux effacer deux, trois ou quatre semaines de résultats décevants. Un succès permettrait donc à tout le monde de mieux respirer; il contribuerait du même coup à l’arrêt de toute cette polémique finalement basée sur une foule de détails.

Des détails, vraiment?

Cette équipe réalise plein de bonnes choses, sur lesquelles on peut s’appuyer. C’est en tout cas ce que je préfère garder et qui doit nous permettre de retrouver la confiance. Je pense honnêtement que, à part un ou deux matches, le LS a été mal récompensé jusque-là. Mais c’est le sport! Il faut que nous trouvions comment faire pour que ces détails dans le jeu tournent en notre faveur. Sans tout remettre en question.

Quel est le rôle du capitaine dans ces circonstances?

J’essaie d’endosser les responsabilités qui sont les miennes, qui plus est comme défenseur qu’on est venu chercher pour renforcer ce secteur. Je tente de relativiser ce qui arrive, d’apporter un peu de sérénité. Certes, la situation est compliquée, mais il faut éviter tout mouvement de panique. Il faut que chacun, à son échelle, dans son rôle, fasse le nécessaire pour tourner les événements du côté favorable. Il faut se regrouper, être ensemble, sur le terrain et dans tout le club.

Classiquement, dans les périodes tourmentées, tout le monde se met à avoir un avis sur tout. En défense, par exemple, convient-il de jouer à trois, à quatre ou à cinq?

Ce phénomène m’agace profondément. Tout le monde en effet s’imagine tacticien et c’est là que tu cours le risque de te disperser. Nous avons un staff technique pour régler ce genre de questions et, je le répète, chacun doit regarder ce qu’il peut faire de mieux dans son travail et ainsi apporter sa contribution, sans vouloir apprendre à l’autre ce qu’il doit faire et comment il doit se comporter. C’est uniquement lorsqu’un joueur est vraiment irréprochable qu’il peut donner son opinion.

Beaucoup d’éléments sont arrivés cet été et cette équipe manque encore de liant. Une question de temps, peut-être, mais pas seulement…

C’est le travail individuel dont je parlais qui va contribuer à intégrer les joueurs et à créer des liens. De l’extérieur, il est facile de dire «Il n’y a pas de cohésion». Mais je sais à quel point tout le monde travaille. Et il n’existe malheureusement pas de recette miracle pour atteindre cet objectif. L’écart qui sépare victoire et défaite peut être très mince, mais c’est bien cet écart qui est le plus difficile à combler.

Grasshopper vient d’annoncer l’arrivée de Murat Yakin comme nouvel entraîneur. Quelle est votre réaction?

Je suis surpris. Mais je ne souhaite pas m’attarder sur cette nouvelle. Ni parler de Murat Yakin.

Le fait de rencontrer GC à cet instant-là augmente sans doute la pression sur les épaules lausannoises…

C’est vrai. Ce match peut nous envoyer un peu plus encore vers le bas ou, au contraire, nous permettre de recoller en nous donnant ce souffle qui a manqué jusque-là. Une victoire peut libérer tout le monde et sans doute changer le cours de la saison. Je me réjouis donc de jouer, même si la pression est bien là.

Vous avez choisi de rejoindre le club de votre canton en fin de carrière. En imaginant sans doute un autre parcours…

Ma venue à Lausanne (ndlr: Rochat était encore sous contrat avec les Young Boys) s’apparente effectivement, et avant tout, à un choix du cœur. Je le répète, le projet du LS m’intéressait et cette équipe représente beaucoup pour moi. Aujourd’hui, je ne regrette pas ce choix et je suis heureux de m’investir comme je le fais. J’ai envie de faire en sorte que le LS réalise une bonne saison. Et c’est le moment de trouver le remède qui va nous permettre de renouer avec le succès.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.