À 12 ans, il peut passer plus de 5 heures sur l’échiquier

ÉchecsNiels Stijve raconte sa passion avant le tournoi de Payerne, ce week-end.

Niels Stijve se passionne pour les échecs depuis qu’il a 5 ans.

Niels Stijve se passionne pour les échecs depuis qu’il a 5 ans. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Échec et mat.» Le dénouement d’une partie peut s’apparenter à un sacré soulagement. Surtout quand la réflexion atteint des sommets et éprouve les esprits. Une partie d’échecs peut effectivement s’éterniser et s’apparenter à un match de tennis en cinq sets. «Il m’est arrivé de jouer plus de 5 heures, mais une partie serrée et indécise dure en moyenne 3 h à 3 h 30», explique Niels Stijve, 12 ans. Le petit joueur aux cheveux longs n’est pas le premier venu sur l’échiquier national.

Actuellement 7e Suisse des moins de 14 ans avec 1842 points Elo, le sociétaire du club de Payerne est déjà qualifié pour les finales des championnats de Suisse qui se disputeront le week-end de Pentecôte dans le canton de Berne. Pour y arriver, il a remporté l’Open de Bettingen avec 4,5 points (quatre succès, un nul).

Cette expertise, Niels l’a acquise en suivant notamment un programme sur ordinateur. Une base de données qui compile 4 millions de parties. «Je m’entraîne aussi sur des cahiers d’exercices tactiques, je lis des livres dédiés aux échecs et je prends des cours par Skype avec Manuel Valles, un maître international, ou avec le Payernois Simon Stoeri, maître FIDE (Fédération internationale des échecs)», précise l’écolier.

Reconnu par Swiss Olympic

Comme chaque joueur, Niels doit toujours répondre à la même sempiternelle question de savoir si oui ou non les échecs (reconnus par Swiss Olympic) sont un sport. «C’en est un car ça éprouve le cerveau, on perd de l’énergie et on joue contre un adversaire», argumente le compétiteur, qui rêve de monter sur un podium aux championnats de Suisse.

Sa passion est un atout dans son cursus scolaire. Face au nombre important de possibilités d’une partie, le joueur doit être capable de visualiser les conséquences de ses coups. Il exerce ainsi sa mémoire. «Les échecs me permettent d’être plus calme, plus concentré et de mieux gérer le stress», admet Niels, qui pratique aussi le piano.

Déjà qualifié pour la finale nationale, le jeune homme participera, ce week-end, à l’Open de la Broye, à Payerne. «Par challenge, je disputerai ce tournoi en U16.» Avec une difficulté supplémentaire, puisque cette catégorie joue avec les adultes. (24 heures)

Créé: 08.03.2018, 19h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...