«Allongé sur la glace sans pouvoir bouger les jambes, j’ai craint le pire»

Hockey sur glaceVictime d’une violente charge, Damien Riedi est allé percuter de plein fouet la bande. Le hockeyeur de Star Forward a eu la peur de sa vie.

Damien Riedi se réjouit de se retrouver, patins aux pieds, au milieu de ses coéquipiers.

Damien Riedi se réjouit de se retrouver, patins aux pieds, au milieu de ses coéquipiers. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lundi, Damien Riedi n’a sans doute jamais été aussi heureux de retrouver son travail de mécanicien sur automobile. Ses collègues aussi, qui l’ont accueilli avec autant d’enthousiasme que de soulagement. «Ils étaient surtout contents de me voir debout», sourit le Lausannois.

Dix jours plus tôt, le défenseur de Star Forward a vécu les heures les plus angoissantes de sa vie. Lors d’une banale rencontre de championnat de MySports League, à Thoune, Damien Riedi s’est retrouvé, suite à un cross-check, propulsé à vive allure contre la bande. Le choc, terrible, le laisse étendu sur la glace. «J’ai reçu un coup violent dans le bas du dos, explique-t-il. Il m’a déséquilibré et j’ai ensuite tapé fort contre la bande. Après un moment d’absence, j’ai peu à peu repris mes esprits. Et vu mes coéquipiers autour de moi, le regard inquiet. Là, en état de choc, j’ai commencé à suffoquer.»

Allongé sur la glace avec de fortes douleurs au dos, Damien Riedi suit les conseils de ses coéquipiers. «J’ai bien essayé de bouger un peu les jambes, raconte-t-il, mais elles ne répondaient plus, Je ne les sentais plus. Du coup, j’ai été pris de panique. Mille choses ont trotté dans ma tête. J’ai même eu une pensée pour Ronny Keller (ndlr: un ancien joueur du LHC devenu paraplégique dans des circonstances similaires, en 2013)

«Ces trois heures m'avaient parues interminables»

Pris en charge par les secours, Damien est transporté à l’Hôpital de Thoune où il passe un scanner. Le résultat est encourageant. «Les médecins m’ont dit que je n’avais subi aucune lésion importante. Mais aussi qu’ils allaient me conduire tout de suite à Berne pour d’autres tests. Il ne s’était alors passé que trois heures depuis mon accident, mais elles m’avaient parues interminables.»

Les jambes toujours insensibles, le Lausannois doit ensuite passer une IRM. En vain. «Je suis claustrophobe et, vu les circonstances, je n’ai pas réussi à faire cet examen le soir même mais le lendemain seulement. Durant cette nuit sous haute surveillance, je n’ai pratiquement pas pu fermer l’œil.»

Le dimanche matin, Damien Riedi sent un embryon de sensibilité dans ses jambes. Un premier signe positif que l’IRM confirme quelques heures plus tard. «On m’a alors aidé à faire quelques pas. Un effort pénible mais tellement rassurant. Selon le diagnostic, ce choc violent avait coincé quelques nerfs, avec les conséquences que l’on sait. Je me répète souvent que j’ai vraiment eu beaucoup de chance.»

Fin de carrière, ou pas?
Après une semaine de repos complet, le hockeyeur de 24 ans a donc pu reprendre le travail. «La thérapie, à base de séances d’ostéopathie et de massages, va durer un mois environ. Après, on verra. Ce qui est sûr, c’est que dès que je me sentirai bien je rechausserai les patins au milieu de mes coéquipiers. Je me rendrai compte alors si je suis en mesure de reprendre la compétition. J’y ai déjà souvent pensé et il est évident que j’appréhende un peu les premiers contacts, la première vraie mise en échec. Une fois toutes les émotions retombées, je déciderai si je suis capable, ou pas, de continuer ma carrière.»

Durant ces longues journées de stress puis de convalescence, Damien Riedi a bien entendu souvent pensé à Manuel Neff, celui qui a failli briser sa vie. «La semaine passée, il m’a envoyé un petit mot pour prendre de mes nouvelles et s’excuser via les réseaux sociaux. Cela m’a fait plaisir, mais je lui en veux toujours. Avec son expérience (ndlr: bientôt 26 ans), il aurait dû connaître le danger d’une telle charge à quelques mètres de la bande. J’espère que cette rancœur disparaîtra avec le temps. S’il demande à me rencontrer, j’accepterai de le voir.»

L’essentiel, pour l’heure, c’est que Damien Riedi peut reprendre une existence normale. Ou presque. «Le soir, lorsque je vais au lit, je mets davantage de temps pour trouver le sommeil, avoue-t-il. Je n’arrive pas encore à enlever certaines pensées de ma tête.» (nxp)

Créé: 06.02.2018, 20h02

Neff, un récidiviste notoire

L'attaquant du HC Thoune revenait tout juste d'une lourde suspension

Manuel Neff risque très gros. Le juge unique, qui n’a pas encore statué, a ouvert deux procédures contre l’attaquant de Thoune.

La première pour sa faute sur Damien Riedi et la seconde pour les insultes que Neff a proférées, après son exclusion par l’arbitre, contre le staff et les joueurs du Star. «Il a commencé par injurier notre responsable matériel, qui est par ailleurs sourd-muet, explique Laurent Perroton. Puis, une quarantaine de minutes plus tard, il en a fait de même avec mes joueurs. De surcroît, avec des insultes racistes envers l’un d’eux. C’est aussi un grand provocateur sur la glace.»

À noter que Manuel Neff retrouvait tout juste la glace, ce jour-là, après une suspension de cinq matches. «Et cet automne, il avait déjà blessé à un genou un autre de mes joueurs, Clément Stemer (ndlr: un mois d’absence), précise le coach stellien.»

A Thoune depuis cinq saisons, Neff est aussi, avec le total record de 235 minutes, le joueur le plus pénalisé de MySports League cette saison.

Articles en relation

Star Forward a trouvé sa juste place en MySports League

Hockey sur glace Laurent Perroton trace un bilan intermédiaire très positif de cette première saison dans cette nouvelle catégorie de jeu. Plus...

Ce samedi marque le départ d’une belle aventure pour Star Forward

Hockey sur glace Le club vaudois va découvrir, à Guin, cette nouvelle MySports League, une 3e division nationale créée ce printemps. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.