LUC Floorball Epalinges mise sur ses juniors pour rejoindre la LNB

UnihockeyBrillante cette saison, la relève du club a placé quatre équipes en finale de la Coupe vaudoise, qui a lieu ce samedi, à Cheseaux.

À l’image des M16, trois équipes juniors du LUC Floorball Epalinges ont été promues, cette saison.

À l’image des M16, trois équipes juniors du LUC Floorball Epalinges ont été promues, cette saison. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La promotion en LNB dans les huit ans. L’objectif de LUC Floorball Épalinges est ambitieux mais réaliste. Avec un mouvement juniors qui a fêté ce printemps trois promotions chez les M16, M18 et M21, le club a des raisons d’y croire. Depuis le 27 mars, le LUC et North Star Épalinges ont ainsi fusionné, permettant à la nouvelle structure d’afficher une communauté de 250 membres, dont 220 licenciés. «Nous avons mis fin à toutes les querelles de clocher, se félicite Cédric Delamadeleine, président. Le bassin de population est trop restreint pour l’unihockey (floorball en anglais). Ne pas s’unir aurait été une erreur.» Ainsi, un partenariat s’est mis en place avec Comet Cheseaux pour le jeu sur petit terrain (trois joueurs de champ). Le cercle va encore s’élargir avec des clubs tels que Vevey, Jongny ou Mont-sur-Rolle.

À long terme, le but de la nouvelle entité est de batailler avec des formations alémaniques, en Ligue nationale. Un objectif que seuls les clubs de Fribourg, chez les messieurs, et d’Yverdon, chez les dames, ont pour l’heure atteint, du côté romand. Une perspective qui n’aurait pas été possible sans la mise en place de Vaud Unihockey, en 2015. Depuis, l’organe cantonal a créé des sélections M15 et M13 en collaboration avec Genève Unihockey. «Les parents de Cheseaux et du LUC se sont rapprochés grâce aux enfants qui évoluaient dans cette sélection, observe Cédric Delamadeleine. Nous avons appris à nous connaître et des liens se sont noués.»

LUC Floorball Épalinges (2e ligue) suit la voie de Floorball Fribourg, qui est également issu d’un regroupement. «Fusionner est un passage obligé», estime Constantin Streiter, codirecteur du club fribourgeois. Mais cela ne suffit pas. «Il ne faut jamais arrêter d’y croire, poursuit le dirigeant. Nous avons longtemps essayé d’y parvenir. En première ligue, nous étions structurés comme une équipe de LNB, mais le succès ne se planifie pas. Il y a toujours un outsider qui joue les matches de sa vie et qui vous empêche de passer. Sur des séries de trois rencontres, tout peut arriver. Si ça ne marche pas tout de suite, il faut s’armer de patience. Cela fonctionnera les saisons suivantes.»

Fribourg compte 250 membres actifs, trois équipes adultes et une douzaine en juniors. Pour un budget de 250'000 francs. À titre comparatif, LUC Floorball Épalinges table sur 120'000 francs pour ses 14 équipes (huit sur grand terrain et six sur petit terrain) en 2019-2020. Des formations qui utilisent les salles du Centre de tir à l’arc (WAEC), du LUC, de Savigny, Épalinges, Auguste-Piccard et Béthusy. Une gageure, puisque l’unihockey «grand terrain» est gourmand en place. Il se joue à cinq joueurs de champ sur la largeur de trois salles de gym.

Plusieurs conseils

Et si Constantin Streiter avait un conseil à glisser dans l’oreille de Cédric Delamadeleine, quel serait-il? «De ne surtout pas foncer tête baissée. Il faut avoir un projet solide à tous les niveaux. Avoir un bon mouvement juniors et garder une excellente entente avec les clubs régionaux. Il faut rester sensible à la question des infrastructures, qui peuvent coûter cher (ndlr: 25% du budget de Fribourg), et faire tous les jours un peu plus que ses concurrents.»

Aujourd’hui, ce club pionnier compte autant de Romands que de Singinois dans le contingent de ses équipes. Aucun joueur n’est rémunéré. «Beaucoup de clubs s’offrent des étrangers, observe Constantin Streiter. Ce que nous ne pouvons pas nous permettre. En revanche, les trois quarts de notre équipe A sont issus de notre mouvement juniors. Et nous pouvons aussi compter sur le retour de jeunes Fribourgeois qui ont tenté l’aventure dans un club de LNA, notamment à Köniz.»

LUC Floorball Épalinges souhaite suivre le même chemin et mise gros sur la génération à venir. Celle-ci sera justement en vue samedi, à Cheseaux, à l’occasion des finales de la Coupe vaudoise. Quatre équipes de la nouvelle entité tenteront de soulever le trophée cantonal, dans les catégories juniors A, B, C et D. Du jamais-vu à ce niveau.

Créé: 17.05.2019, 18h27

Finales de la Coupe vaudoise

Le programme

Date
Samedi 18 mai.

Lieu
Salle du Marais-du-Billet, Cheseaux.

Prix
Entrée libre.

Horaires:
9 h 15 Juniors D
UHC Eagles-Aigle - North Star Epalinges.
11 h Juniors C
UC Yens-Morges - North Star Epalinges.
13 h 30 Juniors B
North Star Epalinges - UC Yverdon.
16 h Juniors A
UHC Eagles-Aigle - LUC.
18 h 30 Dames
UHC Chiefs Apples - UHC Jongny.
21 h Messieurs
UHC White Storm Oron-la-Ville - Riviera Raptors.

Articles en relation

Joue-la comme un pro d'unihockey

Tutoriel Balthazar Noël, 18 ans, est un virtuose de la petite balle blanche à trous. Il vous apprend ses meilleurs trucs. Plus...

Pourquoi la Suisse sera championne olympique en 2028

Unihockey Le sélectionneur national David Jansson a coaché des juniors romands. Objectif: fédérer le pays autour d’un projet. Plus...

«Les fans adverses me demandent aussi des autographes»

Unihockey Kim Nilsson est un virtuose de la petite balle à trous. Il sera en démonstration avec la Suède, dès vendredi soir à Malley. Plus...

Yohan Moser, un Welsch qui a fait sa place à Köniz

Unihockey Lauréat du titre national U16, le Vaudois raconte sa formidable ascension. Plus...

A 13 ans, sa passion l’envoie cinq fois par semaine à Köniz

Unihockey Le Boéland Adrien Pfyffer est l’un des rares Romands à jouer dans la structure d’un club de LNA. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.