La montagne attire Maya Chollet comme un aimant

Course à piedLa Vaudoise du Stade Genève disputera dimanche ses premiers championnats du monde de course de montagne.

Maya Chollet a perdu sa maman en montagne, où aujourd’hui tout semble la ramener.

Maya Chollet a perdu sa maman en montagne, où aujourd’hui tout semble la ramener. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 10 juin, Maya Chollet a vécu un moment intense. Vingt-trois ans après le décès de sa maman dans un accident d’escalade, l’athlète de Palézieux est retournée sur les lieux du drame. À Dorénaz, la championne de triathlon et de course à pied a tout d’abord remporté le Trophée Scex Carro (1537 m de dénivelé sur 7,5 km). Puis, elle est allée se recueillir là où sa maman a disparu, un bouquet de fleurs dans les mains.

Cette montagne, qui s’est montrée si cruelle avec elle, lui apporte aujourd’hui de nouvelles satisfactions. Dimanche, l’athlète de Palézieux disputera ses premiers championnats du monde de course de montagne (longue distance), à Karpacz (Pologne). Elle sera la seule Suissesse en lice, puisque Maude Mathys, Martina Strähl et Laura Hrebec ont préféré se concentrer sur le marathon. Les deux dernières disputeront même les championnats d’Europe à Berlin, en août. «Cette sélection est une belle surprise, assure Maya Chollet. D’autant plus que ma préparation n’était pas optimale. L’hiver dernier, j’ai passé deux mois sac au dos au Pérou, en Équateur et aux Galápagos.»

«Pour moi, 2018 est l’année de la montagne. Il n’y a pas seulement cette sélection. J’ai aussi rejoint l’équipe d’«Altitudes», sur RTS La Première»

Pour obtenir son sésame, la Vaudoise du Stade Genève est allée chercher deux 2es places en Alsace (sur 27 km) et près d’Olten (9 km). «Après cette dernière épreuve, je suis rentrée chez moi à 2 h du matin, alors que je commençais le travail à 10 h. J’étais fracassée! Et le lendemain, il y avait les 20 KM de Lausanne.» Une course que la journaliste de la RTS n’a alors pas du tout envie de courir. Mais elle se rend quand même au départ. Et termine 3e avec un magnifique chrono de 1 h 19’. «Être capable d’enchaîner ces deux courses a certainement joué en ma faveur», estime la sportive de 31 ans.

Cette qualification signifie beaucoup à ses yeux. «Pour moi, 2018 est l’année de la montagne. Il n’y a pas seulement cette sélection. J’ai aussi rejoint l’équipe d’«Altitudes», sur RTS La Première. Cette émission me permet de concilier mon travail et ma passion de la montagne.»

Une pile électrique

La disparition de sa maman l’a temporairement éloignée des sommets. Mais cette année, c’est un peu comme si tout l’y ramenait. Avec un lien encore plus fort. Ses parents s’étaient rencontrés au Club Alpin. Lorsque Maya et son frère étaient enfants, ils leur passaient des dias de leurs voyages. «Ce sont surtout les massifs népalais avec les 6000, 7000 et 8000 qui m’ont fait rêver! D’ailleurs, on a toujours des photos dans l’escalier, chez nous, à Palézieux. Je passe devant depuis trente et un ans.»

Attirée comme un aimant par la montagne, Maya Chollet aime les parcours sélectifs. «Je reviens d’une Coupe du monde à Zegama, en Espagne. Lors de ce marathon, il y avait 2250 m de dénivelé positif et autant de négatif. Mon entraîneur avait fixé un Top 30 comme objectif et je suis arrivée 16e. J’adore quand c’est technique. Pour moi, une course de rêve, c’est la montée et la descente de Sierre-Zinal, sans la partie roulante du milieu.» La montagne, elle l’aime sous toutes ses formes. Cette pile électrique est toujours partante pour une via ferrata ou une journée de grimpe.

Debout à 4 h du matin

Il faut dire que Maya Chollet est faite au feu. Il lui arrive de se fixer des entraînements à 4 h du matin, juste avant d’aller bosser. Cette triathlète rentre régulièrement à vélo depuis les studios de la Sallaz jusqu’à Genève, où elle a un pied à terre. «Je suis polyvalente et j’aime bien varier les disciplines. En deux mois, j’ai cumulé plus de 30 000 m de dénivelé, à vélo.» En Pologne, elle tentera également de prendre de l’altitude au niveau du classement. Elle vise une place parmi les 15 meilleures. (24 heures)

Créé: 21.06.2018, 16h41

Articles en relation

La palme à Laura Hrebec

Course à pied La Vaudoise de 41 ans a survolé les 20 km de Lausanne, dimanche. Plus...

Maya Chollet en marche vers son premier Ironman

Triathlon La Vaudoise du Stade Genève prépare l’épreuve de Nice en suivant la «Via Roestica» sur les ondes de la RTS! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.