La sécurité des coureurs reste la priorité des Trophées du Muveran

Ski-alpinismeLes organisateurs racontent pourquoi et comment ils ont déplacé la course à Gryon.

Sylvain Fame et son équipe ont déménagé toute l’infrastructure, dont une tente de 800 personnes en quelques jours.

Sylvain Fame et son équipe ont déménagé toute l’infrastructure, dont une tente de 800 personnes en quelques jours. Image: CHANTAL DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Imaginez 400 à 450 coureurs empruntant le couloir du Pacheu simultanément. À raison de 100 kg par personne, matériel compris, cela représente 40 tonnes. Qui plus est, sur une pente de 45 degrés de moyenne avec des secteurs à 52 degrés.» Chef de course aux Trophées du Muveran, Johann Tâche a le chic pour démontrer les dangers provoqués par les conditions météo actuelles. Dimanche, la température atteindra 17 degrés aux Plans-sur-Bex. Il fera encore 10 degrés à 2000 mètres.

Avec les quantités de neige accumulées, maintenir la course sur le parcours original reviendrait à envoyer plus de 1200 coureurs au casse-pipe. «Nous avons procédé lundi à une reconnaissance sur le terrain, raconte Sylvain Fame, président du comité d’organisation. La décision a été unanime. Nous avons survolé la région en hélicoptère. À bord, il y avait un guide, le chef de course, le vice-président et moi-même. Nous nous sommes très vite rendu compte que, dès la sortie des Plans-sur-Bex, la situation devenait problématique. La cabane de Plan-Névé était complètement recouverte. À 2200 m, la couche de neige atteignait 4 mètres. Le risque d’avalanche était tel que nous avons activé notre plan B.»

Défi humain

Le plan B en question, c’est le déménagement de toute l’infrastructure à Gryon. Ce qui implique notamment la construction d’une tente de 800 personnes, le branchement de l’électricité, le raccordement de l’eau, le déplacement des WC chimiques, le montage du PC radio, du village des sponsors, des zones de départ et d’arrivée avec les arches et les bannières. «Ce déplacement complique les choses, admet Johann Tâche. Cela fait un an que nous préparons la course dans le terrain. Mais heureusement, nous avions aussi prévu cette solution.» Ce sera la troisième fois que l’épreuve se déplacera sur le domaine skiable de Villars-Gryon. «Il s’agit d’un défi en termes de relations humaines, note le chef de course de la doyenne des compétitions de ski-alpinisme. Les bénévoles devront s’adapter à un nouveau parcours. Par ailleurs, le déménagement sur un secteur plus sécurisé implique moins de travailleurs sur place. Or, nous avons des passionnés qui ont pris plusieurs jours de congé. Et comme nous n’aurons besoin que de 130 bénévoles au lieu des 200 habituels, il sera délicat d’annoncer à certains que leur présence n’est pas indispensable cette année.»

D'autres risques

Les trois courses prévues auront bien lieu sur le site de Gryon. Avec les mêmes distances et les mêmes dénivelés. «En cette année de Patrouille des Glaciers, il était primordial de proposer aux athlètes une vraie course et non pas une épreuve de ski de fond», précise Sylvain Fame. Mais qu’en est-il de la pression exercée sur les organisateurs? Prendre la décision de se priver du parcours habituel pourrait irriter certains sponsors. «Nos partenaires bénéficieront d’une bonne visibilité à Gryon, dans un village entièrement dévoué à la course», promet Sylvain Fame. Et dans des conditions aussi exceptionnelles que cette année, tout le monde admet que la «solution Gryon» est un moindre mal. «La sécurité des coureurs est notre priorité, assure Johann Tâche. Plus que le passage du Pacheu, ce sont les secteurs entre 2000 et 2500 m qui auraient posé problème. Lorsque la neige ne porte pas, il n’y a plus aucune hésitation à avoir.»

En termes de secours, une vingtaine de personnes seront à pied d’œuvre. Ambulanciers, infirmiers, médecins, samaritains, la colonne de secours des pistes de Villars-Gryon, ainsi qu’un hélicoptère de la Rega seront prêts à intervenir. «Avec la chaleur annoncée, nous devrons nous adapter à d’autres risques, note le chef de course. Il faudra par exemple gérer les cas de déshydratation.»

Avec Sauser et Zurbriggen

Même si le déménagement a généré plus de tracas et de travail pour les organisateurs, le premier départ aura lieu comme prévu dès 5 h du matin pour les populaires et à partir de 7 h 30 pour les meilleurs. Avec notamment la participation du multiple champion du monde de VTT Christoph Sauser et de Pirmin Zurbriggen. Les détenteurs du record du Trophée du Muveran, Marcel Theux et Steven Girard, seront aussi de la partie. Tout comme le couple Séverine et Nicolas Pont-Combe.

Créé: 05.04.2018, 19h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.