Le privilège de posséder un «crack» ne doit rien au hasard

HippismeEntraîneur d’«Uza Josselyn», 7e du GP d’Amérique 2019, René Aebischer raconte sa complicité avec cette jument star.

Intelligente et charmeuse, «Uza» semble apprécier sa séance de cryothérapie.

Intelligente et charmeuse, «Uza» semble apprécier sa séance de cryothérapie. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vedette, c’est elle. Uza Josselyn est une trotteuse de 8 ans qui court vite, très vite. Au point de se qualifier pour le Grand Prix d’Amérique cette année, où elle a terminé 7e. Puis elle a pris la 2e place du Prix de France contre les mêmes adversaires, entre les vedettes planétaires Readly Express et Bold Eagle, les vainqueurs des deux GP d’Amérique précédents.

Sur l’autre piste parisienne d’Enghien, elle a même établi un record de vitesse qui fait d’elle la jument la plus véloce d’Europe. Mais pas question de se prendre la tête pour autant. La princesse des hippodromes ne joue pas les divas. Lorsqu’on la rencontre pour la première fois, la charmeuse se laisse caresser, offre des sourires généreux en penchant la tête de côté. «C’est un amour de cheval, une crème, souligne l’entraîneur René Aebischer. Elle est gentille comme tout et très confiante. Il n’y a qu’au départ d’une épreuve qu’elle fait montre d’agressivité. Mais cet état d’âme disparaît aussitôt la course terminée. En plus, Uza est dotée de sacrées facultés intellectuelles. Elle comprend tout. Lorsque nous faisons ensemble de l’interval training, elle compte les fractionnés. Elle sait toujours quand je vais lui demander d’accélérer au maximum.»

Aux petits soins

En pension à Échallens, chez le driver champion d’Europe 2002, Cédric Pittet, Uza a droit à un traitement de star. On la bichonne, on la dorlote, jusqu’à la gratifier d’une séance de spa. Entendez par-là qu’elle reçoit des soins comparables à la cryothérapie dont bénéficient les footballeurs, cyclistes ou marathoniens.

Concrètement, l’animal arrive dans un box (voir photo). De l’eau salée, un peu plus dense que l’eau de mer et refroidie à 2 degrés, est pulsée sur ses jambes. Et cela pendant une demi-heure de baignade à mi-corps. La championne semble apprécier ce bain régénérant qui permet la résorption des inflammations orthopédiques de l’effort, l’élimination des microlésions musculaires et une régénération, aussi rapide que naturelle, des tissus mis à rude épreuve.

Pendant qu’Uza reçoit ses soins, René Aebischer et son épouse, Barbara, observent le crack. «Un cheval n’est jamais aussi fragile que lorsqu’il est au sommet de sa forme, prévient le vétérinaire de 70 ans. À ce niveau, le diable se cache dans les détails. Pour parvenir à de tels résultats, toute une équipe œuvre autour de l’animal. Chacun a son rôle, du lad au maréchal, en passant par le palefrenier et le responsable de l’écurie. Il s’agit d’un travail au quotidien, sans jour férié. C’est sans concession ni compromis possible. C’est le prix à payer pour bénéficier du privilège de posséder un tel cheval.»

Et le vétérinaire de Bex de préciser: «À titre personnel, je dois savoir en permanence comment elle va. Avec le temps et l’expérience, on sent immédiatement si quelque chose dysfonctionne. Il suffit d’observer la posture, ou de jeter un coup d’œil dans la mangeoire pour s’en rendre compte. L’odeur du crottin donne aussi des indications très subtiles et fiables.»

Mais parfois, René Aebischer doit se déplacer à l’étranger. L’éloignement d’avec un cheval de ce standing s’avère stressant, voire anxiogène. Et c’est alors que l’engagement, la compétence et la confiance de l’équipe restée auprès de la jument sont essentiels. «Un jour, j’ai roulé durant 9 heures non-stop, car la personne qui s’occupait d’Uza m’a dit au téléphone qu’il ne la trouvait pas comme d’habitude. Je n’ai pas hésité à faire la route d’un trait. J’ai bien fait car il y avait effectivement un souci.»

«Elle m’a fait pleurer»

Lorsque l’on passe 8 à 12 heures par jour, 7 jours sur 7, avec un animal que l’on a choyé, regardé grandir, éduqué et que la victoire est au rendez-vous dans une grande course, l’émotion peut vous submerger. «Uza m’a fait pleurer quelques fois, avoue René Aebischer. Par exemple au GP d’Anjou Maine, lorsqu’elle a battu des leaders du trot français pour la première fois. Ou à Milan, lors du Grand Prix des Nations (voir vidéo, crédit: Equidia). Là, il s’agissait de son premier Groupe 1 (ndlr: la catégorie la plus relevée). Le pilote qui devait la mener n’a pas pu embarquer dans l’avion pour l’Italie, car son passeport n’était pas à jour. C’est un jeune Italien, Gabriele Gelormini, qui l’a drivée au pied levé.»

L'incroyable finale d'Uza à Milan

Et là, un petit miracle s’est produit. Encore 7e dans le dernier virage, la jument a remonté un à un tous ses adversaires, pour enlever la victoire au bout d’une ligne droite d’anthologie. Le driver s’est carrément couché sur l’arrière de son sulky pour gagner en aérodynamisme et coiffer ses derniers rivaux au poteau.

Une odeur mythique

Dans le métier depuis 50 ans, René Aebischer en a connu des émotions. Lui-même se dit «vacciné au fer à cheval». Depuis tout petit, il baigne dans ce monde de passion. «J’ai mes racines agricoles dans ma famille maternelle à Cugy, dans la Broye. Gamins, alors que mes cousins se battaient pour monter sur le tracteur, moi j’étais davantage attiré par les chevaux. Je me souviens des effluves de leurs crottins et de leur sueur, au travail. Des souvenirs olfactifs indélébiles. Pour certains, ces odeurs sont désagréables, pour moi, c’est quelque chose de mythique, que je garde en mémoire et dans le cœur.»

Devenu driver, puis entraîneur, René Aebischer a embrassé la carrière de vétérinaire à défaut de celle d’éleveur. «Dans le milieu du sport de pointe, je compte certains de mes meilleurs amis. Mais quand on se retrouve en compétition, ce ne sont plus que des concurrents!» rigole-t-il.

Séparation redoutée

Dans la réussite d’un entraîneur, la chance est souvent évoquée. «Mais ce sont les chevaux qui font les hommes et pas l’inverse, martèle le vétérinaire chablaisien. Notre boulot consiste à permettre au cheval d’exprimer tout son potentiel sans qu’il soit arrêté dans sa carrière, c’est-à-dire sans qu’il soit blessé ou démotivé mentalement.»

Pour Uza, l’aventure au plus haut niveau devrait durer encore un an ou deux. La jument partira à l’élevage lorsqu’elle aura 10 ans, au plus tard. Pour Barbara et René Aebischer, ainsi que pour toute l’équipe qui l’entoure, ce sera la fin d’une communion journalière avec la trotteuse. «J’avoue que ce sera un moment compliqué à vivre pour nous tous.» Uza vivra une retraite paisible dans le haras qui l’a vue naître en Normandie. (24 Heures)

Créé: 25.04.2019, 07h25

Bio

Nom
Uza Josselyn


Sexe
Femelle


Date de naissance
2011, au Haras du Bois Josselyn, à Sees (F)


Robe
Bai


Généalogie
Love-You (père) et Teza-Josselyn (mère)


Entraîneur
René Aebischer


Propriétaire
Écurie Rhythm & Blues


Performances en carrière à ce jour

63 courses pour 29 victoires et 25 places dans les 5 premiers.


Record

1’08’’7/km sur 1609 m, à Enghien.

Articles en relation

Steve Guerdat signe un triplé historique

Hippisme Le Jurassien rafle sa troisième Coupe du monde, record égalé. Et l’argent est pour un autre Suisse, le jeune Martin Fuchs. Plus...

Martin Fuchs signe le doublé à Bâle

Hippisme Le Zurichois triomphe à nouveau sur les bords du Rhin avec «Clooney» et assure sa qualification pour la finale Coupe du monde. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.