Patrice Iseli, un réseau aux racines locales et mondiales

OmnisportsLe Challensois de soixante ans dirige le Service des sports de Lausanne depuis deux décennies. Il raconte ce qui forge son équilibre et son succès.

Patrice Iseli chef du Service des sports de Lausanne au centre de l'image.

Patrice Iseli chef du Service des sports de Lausanne au centre de l'image. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ses plus grandes fiertés

Métamorphose

«Lancé en 2006, le projet a permis la construction du Centre sportif de la Tuilière, de trois nouvelles patinoires qui ouvriront en septembre, d’un stade de foot en 2020 et d’une piscine olympique en 2021. C’est le plus gros effort jamais consenti par la Ville de Lausanne en matière d’infrastructures sportives.»

Une équipe de choc

«Je suis très fier de mon service. C’est un vrai bonheur pour moi d’être entouré de femmes et d’hommes professionnels, engagés, compétents, qui ne ménagent pas leurs efforts, en faveur de la population, pour promouvoir le sport et le Mouvement. Oscar Tosato a déclaré que Lausanne avait le meilleur Service des sports de Suisse. Et s’il avait raison?»

Une véritable capitale olympique

«Lausanne est capitale olympique depuis 1994. Un quart de siècle plus tard, nul ne peut contester la réalité de ce statut. Notre ville bénéficie grâce à lui d’une reconnaissance internationale indiscutable. Sur le plan local, les retombées économiques, touristiques et sociales sont fortes, notamment par la présence du CIO (ouverture de son nouveau siège dimanche), de soixante fédérations, de la Maison du sport international, des manifestations et les JOJ dans un an. Je suis fier d’être partie prenante de ce succès.»

Un foisonnement de manifestations sportives

«Le catalogue des manifestations sportives à Lausanne est large. Parmi elles: les 20 KM, la Christmas Run, la Journée du vélo. Lausanne accueillera en 2019 la finale mondiale de triathlon, puis en 2020 les JOJ et les Mondiaux de hockey. À titre personnel, j’ai vécu mes plus belles émotions à l’occasion de la Coupe Davis (Suisse - France, Suisse - Belgique et l’accueil de l’équipe de Suisse à Ouchy en 2014), événements dans lesquels j’ai été particulièrement impliqué.»


Ses plus grands regrets

Il manque une grande salle

«Il manque à Lausanne et à sa région une grande salle «sport spectacle», de 2000 à 4000 places, qui permettrait d’accueillir des compétitions sportives indoor. Cette grande salle était prévue à l’origine du projet Métamorphose, mais nous avons dû y renoncer pour des raisons budgétaires.»

La défaite de Zagreb

«En 2002, nous étions candidats aux championnats du monde de tennis de table 2005. Nous étions opposés à la ville de Shanghai, mais on nous avait assuré qu’il ne s’agissait que d’une candidature «politique». J’étais membre de la délégation lausannoise qui était allée défendre le dossier à Zagreb. Résultat: nous nous sommes fait battre à plate couture! Ce fut une de nos rares «défaites», mais elle fut douloureuse, le tennis de table étant, avec le tennis, mon sport de cœur.»

Champions

«Le spectacle Champions (ndlr: un show sur glace) aurait dû être un grand succès populaire. Il a au contraire été un échec retentissant dont nous avons aujourd’hui tiré les leçons. Personnellement, j’ai pris ma part à ce projet comme membre du comité d’organisation, sans fonction précise, mais à ce titre j’assume ce revers avec les autres membres du comité. Je regrette que cette affaire ait causé, injustement, du tort à mon service, alors qu’il ne fut pas impliqué dans l’organisation de la manifestation.»

La Fête fédérale de gymnastique 2025

«Le 20 octobre dernier, nous avons obtenu de haute lutte, contre la ville de Lucerne, le droit d’organiser la Fête fédérale de gymnastique en été 2025. Une fois passée la douce euphorie de la victoire, j’ai pris conscience que, pour la première fois de ma carrière, je ne participerai pas en tant que chef du Service des sports à une manifestation dont j’avais contribué à l’obtention.»

Créé: 17.06.2019, 22h10

Organisateurs et dirigeants par centaines



«Le sport a toujours occupé une place centrale dans ma vie. J’ai pratiqué de nombreuses disciplines (tennis, tennis de table, ski, natation, course à pied) et aujourd’hui je joue parfois encore au tennis et je fais régulièrement du fitness. J’ai suivi, soutenu, supporté tous les sports. Après toutes ces années au contact des athlètes de la région, des dirigeants de clubs, des organisateurs de manifestations (40 par année), je dispose bien sûr d’un large réseau local. Mais il faut se renouveler, les pratiques et les publics sportifs évoluent, les besoins en infrastructures et en formes de soutien aussi.»

L’Association suisse des services des sports, le réseau national



«L’ASSS est un réseau important pour moi, qui me permet de rester connecté avec les responsables du sport en Suisse, d’échanger sur les bonnes pratiques et de suivre les évolutions et les tendances. Membre du comité exécutif depuis le début, je suis un acteur actif de ce réseau et j’y ai développé au fil du temps des relations de confiance et d’amitié. Cette présence donne de la visibilité à la ville de Lausanne, en particulier depuis la création, il y a huit ans, du congrès SportCity que je préside.»

«Lausanne capitale olympique», la vue sur le monde



«Le statut de capitale olympique de Lausanne implique un travail de promotion et de valorisation effectué conjointement par la Ville, Lausanne Tourisme, le Canton (nous travaillons main dans la main avec mon collègue Nicolas Imhof, chef du SEPS), les hautes écoles, Thinksport et la Confédération. Des relations de confiance se sont tissées entre nous, permettant de renforcer et de développer ce réseau élargi à tous les acteurs «olympiques» (CIO, fédérations sportives internationales, etc.).»

Une épouse présente quand il le faut



«Ma famille constitue le socle de mon existence. Isabelle, mon épouse, est une femme extraordinaire. Elle cultive la discrétion, notamment vis-à-vis de mon univers professionnel, dont nous parlons très peu au quotidien. Elle sait garder la bonne distance par rapport aux événements de la vie. Elle a toujours été à mon écoute lorsque je l’ai sollicitée, sans jamais essayer d’influencer mes décisions. Je suis aussi très fier de mes enfants, Grégoire (31 ans) et Arnaud (30 ans), à qui j’ai pu notamment transmettre ma passion du sport.»

Une bande de potes soudés



«Je suis très attaché à mes amis. Parmi eux, Bernard. Nous étions ensemble à l’École de commerce. Avec lui, je mange tous les mercredis au Vieux Lausanne. Il y a aussi Carmine, Kurt et Pipo, avec lesquels nous avons partagé tant de voyages (Istanbul, Paris, Stockholm, New York, Porto). Ils sont gestionnaire, architecte ou entrepreneur, tous indépendants et je parle très rarement de sport avec eux. Même s’ils ont des préoccupations et des statuts professionnels éloignés des miens, nous avons l’amitié en commun. Ces relations, nouées à l’extérieur de mon domaine d’activité, sont essentielles à mon équilibre.»

L’exutoire sur deux roues



«La moto est une découverte tardive, puisque j’ai passé mon permis après 50 ans. Elle a pris une place importante dans ma vie. Une véritable passion – partagée en général avec mon épouse, Isabelle, souvent à deux ou à plusieurs motos – qui m’offre la possibilité de satisfaire mes envies de liberté, de voyages (cet été, nous irons sillonner la Scandinavie), de paysages et de mouvement. Je vis ces instants à moto avec une forme de plénitude qui me permet d’évacuer mon stress et d’oublier tous mes soucis. Un formidable exutoire!»

Articles en relation

Patrice Iseli: «SportCity est devenu un passage obligé dans le calendrier sportif»

Congrès Le chef du Service des sports de Lausanne parle du rendez-vous qui attirera mercredi et jeudi 350 pros à Beaulieu. Plus...

«Lausanne sera prête pour accueillir le Mondial 2020»

Hockey sur glace Pour la plus grande joie de Patrice Iseli, la candidature suisse a été retenue par l’IIHF. Zurich sera l’autre ville hôte. Plus...

Pourquoi programmer les 20km de Lausanne sur deux jours?

Course Président du comité d’organisation, Patrice Iseli explique pourquoi la 3e course la plus populaire de Suisse se déroule sur un week-end. Plus...

Le congrès SportCity explore les nouvelles tendances

Technologie Le rendez-vous lausannois se jette dans l’avenir et s’interroge sur les évolutions du sport. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.