Sans les bénévoles, le sport suisse agoniserait

OmnisportsIl faudrait injecter 2 milliards de francs dans l'économie du sport pour compenser l'absence de volontaires.

Le programme Volontaires sportifs lausannois regroupe un millier de bénévoles, actifs sur 32 événements de la capitale olympique, dont les 20 KM.

Le programme Volontaires sportifs lausannois regroupe un millier de bénévoles, actifs sur 32 événements de la capitale olympique, dont les 20 KM. Image: FLORIAN AEBY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Sans bénévoles, notre manifestation n’aurait tout simplement pas lieu.» Président du comité d’organisation du Triathlon de Nyon, Yannick Grivel sait de quoi il parle. Son équipe travaille à l’œil, juste pour le plaisir d’accueillir, le week-end prochain, quelque 2500 athlètes populaires et de l’élite. «Il y a environ 300 personnes qui œuvrent sur un total de 600 journées de travail», précise-t-il. Mais le timing est court pour l’organisateur, qui a encore besoin de bras. Il recherche des bonnes âmes, prêtes à donner un coup de main, dès jeudi pour le montage et jusqu’au démontage de lundi. «Nous sommes à flux tendu, admet-il. Ainsi, chacun est le bienvenu, dès l’âge de 12 ans.»

Pas simple de trouver du monde. À Nyon, on a fait appel à la plateforme Swissvolunteers.ch pour organiser le fichier de ces «bosseurs», comme on les appelait lors de la Fête fédérale de lutte à Estavayer. «C’est pratique, les gens s’inscrivent, remplissent leur plage horaire et indiquent quelle tâche ils souhaitent faire, poursuit Yannick Grivel. Cela nous offre l’avantage de disposer d’une base de données pour les éditions suivantes.»

En Suisse le volontariat est devenu un véritable sport national. Une étude de l’Office fédéral du sport (OFSPO) révèle que les heures cumulées du bénévolat (en club et lors de manifestations) représentent l’équivalent de 21'000 emplois à temps plein. Si on devait rémunérer ces travailleurs de l’ombre, il faudrait injecter chaque année entre 1,5 et 1,9 milliard de francs dans l’économie du sport. Autant dire que les organisateurs de manifestations ont compris l’importance de choyer leur main-d’œuvre bon marché. Tee-shirt, subsistance et participation à un événement ne suffisent pourtant plus pour fidéliser les volontaires.

De nombreux retraités

Ainsi, il y a onze ans, Lausanne a mis en place le programme Volontaires sportifs lausannois (VSL). Un fichier qui regroupe un millier de participants, actifs sur 32 événements de la capitale olympique. «Il s’agit avant tout de gens de la région, détaille Patrice Schaub, responsable des manifestations de Lausanne. Ce sont des personnes qui ont du temps à offrir. Il s’agit souvent de retraités ou de préretraités. Lors du sommet SportAccord, nous pouvons compter sur des étudiants bilingues, mais la jeunesse dans le bénévolat est une denrée rare.»

La plupart des volontaires cherchent à s’intégrer et à nouer des contacts. «L’aspect social est important, admet Patrice Schaub. Il y a aussi des gens qui s’engagent car ils sont nourris. Une présence sur plusieurs jours, voire une semaine, peut alléger le budget de personnes en situation financière délicate.»

Abonnement à la piscine

Si le système lausannois fonctionne, c’est parce que les bénévoles sont mis en valeur. Chaque année, une soirée leur est consacrée. Avec, à la clé, un repas et la remise de cadeaux. Les plus assidus reçoivent des billets pour voir le LUC, le LHC ou le LS, une entrée à Athletissima, au Musée olympique, ainsi qu’un abonnement annuel aux piscines et aux patinoires lausannoises. Idem au Triathlon de Nyon, où une soirée repas avec une tombola et la possibilité de bénéficier de rabais chez des sponsors récompensent tous les collaborateurs.

Valérie Borer, de Jouxtens-Mézery, fait partie des fidèles volontaires lausannois. Arrivée dans le programme après une expérience positive à la Gymnaestrada, cette secrétaire de 43 ans est une récidiviste qui octroie beaucoup de temps aux manifestations locales. «Je m’engage dans une dizaine d’événements, raconte-t-elle. Parfois, j’y consacre des week-ends entiers.» Ses motivations? Les rencontres. «Même si j’apprécie particulièrement l’abonnement annuel à la piscine, je recherche avant tout les interactions avec les volontaires et les participants. On apprend de tous, qu’ils soient jeunes ou plus âgés. Des liens se tissent. À la Journée lausannoise du vélo (JLV), par exemple, je retrouve chaque année les mêmes amies du ravitaillement. Avec certaines, on se voit en dehors des événements. On va au resto ou on passe le 1er Août ensemble.»

Pas de corvée toilettes

Accueil, ravitaillement, sécurité, assistante médias, responsable des bassins, consigne: Valérie Borer n’est pas toujours cantonnée à la même tâche. «Nous évitons de mettre les bénévoles au nettoyage des toilettes, assure Patrice Schaub. De même que nous ne leur faisons pas manipuler de l’argent. Mais la liste des fonctions est large. Les postes les plus prisés sont ceux liés aux espaces VIP et ceux de chauffeurs ou de distribution des dossards.» Dans tous les cas, la bienveillance est la meilleure qualité des bénévoles. «Un de mes meilleurs souvenirs a été de rendre le téléphone portable qu’une personne avait perdu aux 20 KM de Lausanne, témoigne Valérie Borer. Cette dame était de passage en Suisse et elle m’a sauté dans les bras pour me remercier, en disant que jamais elle n’oublierait son séjour dans notre pays.» Des moments qui valent tous les salaires du monde.

Pour plus d’infos:
Swissvolunteers.ch ou Volontaireslausannois.ch

Créé: 06.08.2019, 07h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...