Passer au contenu principal

Blessée, Maude Mathys renonce au Marathon de Londres

Touchée à une cuisse, l’athlète d’Ollon se concentre sur la montagne, avant de mieux rebondir.

Maude Mathys change de stratégie, mais garde ses ambitions.
Maude Mathys change de stratégie, mais garde ses ambitions.
PATRICK MARTIN

La tuile! Maude Mathys visait un chrono de moins de 2 h 30 au Marathon de Londres le 28 avril. Un temps qui l’aurait mise en bonne position pour obtenir un sésame pour les JO de Tokyo. Mais la vice-championne du monde de course de montagne s’est blessée lors d’un entraînement. «Je ressentais depuis un petit moment des douleurs derrière une cuisse, aux ischios, raconte l’athlète d’Ollon. Fin mars, j’ai participé au semi-marathon de Milan, durant lequel je n’ai pas été gênée. En revanche, j’ai senti, après la course, que j’avais forcé. Alors, durant la semaine suivante, je me suis d’abord reposée un jour puis j’ai repris tranquillement en axant sur le vélo. Le jeudi, j’ai fait un footing et, le vendredi, une séance un peu plus intensive avec des intervalles de deux minutes. Malheureusement, lors de l’avant-dernière série, j’ai senti un petit claquement aux ischios, mais sans douleur. Ce n’est que plus tard que j’ai commencé à souffrir et à boiter. J’ai été contrainte à passer une IRM. Le médecin a alors constaté que j’avais une déchirure partielle des adducteurs.»

Choix sage

La raison l’a emporté sur la passion. Maude Mathys a décidé de lever le pied et de renoncer à son rendez-vous londonien. «La tentation d’y participer était forte, dit cette mère de 32 ans. Mais il y avait le risque de me blesser plus gravement et de mettre en péril la suite de ma saison. J’ai ainsi préféré me concentrer sur la course de montagne.» Un choix sage qui pourrait se révéler pertinent d’un point de vue stratégique. D’une part, la Vaudoise pourra suivre ses objectifs en altitude (Nationaux de course de montagne à Neirivue-Moléson, Européens de Zermatt et Golden Trail Series). D’autre part, sa saison sur les pentes lui donnera de bonnes bases physiques pour le marathon. Idéal pour tenter de se qualifier pour les Jeux de 2020. D’autant plus que Maude Mathys a tendance à se blesser facilement lorsqu’elle enchaîne les longues préparations à plat.

La situation ne mine donc pas le moral de la battante. «Il faut voir le côté positif, assume-t-elle. Bien sûr, je suis déçue, compte tenu de tout le boulot réalisé cet hiver. J’ai sans doute trop tiré sur la ficelle. Qu’importe, tous ces efforts me serviront pour ma saison de course de montagne.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.