Face à Benfica, Montreux Hockey s’apprête à jouer le match de sa vie

Rink-hockeyLes amateurs vaudois accueillent les pros portugais au Pierrier, le 17 novembre, en Euroleague.

Les joueurs de Montreux se préparent à affronter l’une des meilleures équipes du monde, dans une semaine.

Les joueurs de Montreux se préparent à affronter l’une des meilleures équipes du monde, dans une semaine. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cinquante mille francs. C’est la somme que va coûter l’aventure européenne à Montreux, double champion de Suisse de rink-hockey. Soit un montant qui représente un tiers du budget annuel du club, juniors inclus. Une petite folie que s’est offerte la plus ancienne organisation du monde. Mais est-ce bien raisonnable? «Honnêtement, nous nous sommes posé la question, répond Marc-Henri Guibert, président du club fondé en 1911. Car ce sont les mêmes personnes qui organisent la Coupe des nations et ces rencontres de Coupe d’Europe. Et franchement, nous ne savions pas si nous arriverions à tout faire.»

La raison aurait sans doute dicté un choix différent. Mais la passion l’a emporté. Montreux a ainsi accepté de vivre l’aventure de l’Euroleague, l’équivalent de la Ligue des champions en football. «Pour l’image de Montreux et celle de notre club, il était important de ne pas renoncer, assure le président. Nous ne serons pas champions toutes les années, alors profitons de vivre ces moments. Même si cela nous coûte un peu d’argent.» L’an dernier, l’aventure européenne avait laissé une ardoise de 3000 francs au club de la Riviera.

Montreux Hockey avait déjà eu le bonheur de tomber sur Benfica dans la phase de groupes. 1400 spectateurs étaient venus au Pierrier pour assister à ce duel. Outre Benfica, Montreux affrontera cette année le CE Noia (près de Barcelone) et Monza. Autant le dire tout de suite, ces équipes sont toutes professionnelles. Il y a donc peu de chances de voir Montreux accéder à l’une des deux premières places qualificatives pour la suite de la compétition.

D’ailleurs, aucune équipe suisse n’a pour l’heure réussi à remporter un point dans cette ligue. «Progresser match après match est notre objectif, affirme Mateo de Ramon, l’entraîneur catalan de Montreux. L’an dernier, nous avons perdu 14-2 à Lisbonne et 11-4 à domicile. Face à Barcelone, le progrès a été encore plus net. Il y a eu une défaite 10-0 à la maison et 3-0 en Espagne. Au-delà du score, disputer ces matches est un plus. La balle tourne plus vite. Les schémas tactiques défensifs et offensifs sont plus compliqués. Nous apprenons à rester plus calmes et à mieux gérer certaines situations.» Une expérience qui a certainement contribué au deuxième succès de suite des Vaudois en championnat, cette année.

Le mérite des Montreusiens

Autre avantage de cette Coupe d’Europe: la salle du Pierrier, à Clarens, vivra des moments forts en émotions. D’ordinaire, seuls les parents et les petites amies des joueurs assistent aux matches. Le 17 novembre, à 19 h, la communauté lusitanienne assurera une belle affluence. L’an passé, les Portugais d’ici avaient mis plus d’ambiance que ceux du match aller à Lisbonne. Pour que la fête soit totale, le prix des billets sera de 10 francs, alors que l’entrée sera libre pour les moins de 16 ans.

Côté spectacle, le public pourra admirer la dextérité des professionnels de Benfica. «Il s’agit d’une des meilleures formations du monde, estime Mateo de Ramon. Cette équipe a été construite pour remporter le titre portugais et le championnat d’Europe. Les joueurs sont tous pros. Ils s’entraînent tous les jours sur les patins et en salle de fitness.

Ils disposent d’un encadrement similaire à celui des footballeurs, avec des physios, des diététiciens. La télévision, les radios et la presse écrite suivent leurs matches. Beaucoup de supporters les soutiennent. Au Portugal, en Espagne ou en Italie, la passion du rink-hockey permet aux joueurs d’en vivre. En moyenne, ils touchent entre 5000 et 6000 euros par mois. Certains derbies se jouent devant 3000 spectateurs.»

Les hockeyeurs montreusiens, eux, s’entraînent trois fois par semaine, entre 20 h 30 et 22 h, après une longue journée de travail. Ainsi, deux mondes s’opposeront le 17 novembre. Mais le mérite des Vaudois n’en est que plus grand.

Benfica possède des joueurs d’exception. «Malheureusement pour nous, il y a deux internationaux argentins, deux autres éléments qui évoluent dans la sélection espagnole et tous les Portugais de Benfica jouent en équipe nationale.»

Avec le Messi du rink-hockey

Parmi les pépites de Benfica figure Lucas Ordoñes que d’aucuns n’hésitent pas à comparer à Lionel Messi. Entraîneur expérimenté, Mateo de Ramon a dirigé l’Argentin pendant deux ans à Tenerife. «C’est un joueur capable de faire des choses exceptionnelles avec la canne, atteste celui qui a remporté la Coupe CERS, l’équivalent de la Ligue Europa, justement avec Tenerife. Il a marqué un nombre incalculable de buts en Italie et à Barcelone. Un club qu’il vient de quitter pour rejoindre Benfica.»

(24 heures)

Créé: 08.11.2018, 18h46

Articles en relation

Montreux défie Benfica Lisbonne, roi d’Europe

Rink-hockey Le champion de Suisse entame samedi sa campagne en Euroleague. Plus...

49e titre de champion en poche, Montreux pense à l'Europe

Rink-hockey Le club de la Riviera a battu Genève en finale. Il n’avait plus été à pareille fête depuis trente ans. Plus...

Montreux défie les champions du monde

Rink-hockey L’équipe vaudoise affronte l’Argentine lors de la soirée d'ouverture de la Coupe des Nations, mercredi. Elle est aussi demi-finaliste du championnat de Suisse de LNA. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...