Honoré par un 9e dan, Kazuhiro Mikami touche à l’excellence

JudoLe Maître qui a instruit plus de 10'000 Vaudois reçoit samedi ce grade rarissime. Des personnalités lui rendent hommage.

Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’événement est exceptionnel. Samedi, le Maître de judo Kazuhiro Mikami recevra à Berne, en présence de l’ambassadeur du Japon, son 9e dan. En Suisse, seul le Jurassien Éric Haenni a atteint ce grade. Mais celui qui a instruit plus de 10'000 judokas vaudois pourrait devenir le seul à faire valider ce 9e dan par le Kodokan, l’école référence du judo mondial. Il faut en effet patienter vingt ans depuis l’attribution du 8e pour être éligible. Or Kazuhiro Mikami a obtenu ce grade en novembre 1999. Il pourrait être promu dès cet automne.

Une immense fierté

«J’aimerais beaucoup me rendre au Japon pour recevoir ce 9e dan. Ce serait plus émotionnel que de l’obtenir par la poste!» commente avec un zeste d’humour l’intéressé. Pour l’entraîneur de Bottens, né à Hakodate, sur l’île d’Hokkaido, cette récompense représente une immense fierté. «Ce 9e dan couronne et honore toute ma carrière d’entraîneur», dit-il. Cet amateur de sumo et de vin (il a gagné le Concours Jean-Louis!) vit en Suisse depuis 1966. Il fêtera en septembre son 80e anniversaire. Parmi les judokas qu’il a conseillés, trois personnalités vaudoises racontent leur Maître.


«Je considère Kazuhiro Mikami comme mon deuxième papa.

Jacqueline de Quattro, conseillère d’État

Je m’entraîne avec lui depuis 1975. C’est un très grand monsieur, un modèle d’efficacité et de modestie. Jamais il ne se mettra en avant. Lors d’un championnat national de kata que nous avions remporté avec ma partenaire, il n’a pas dit un mot sur notre parcours! Si bien qu’au vestiaire on ne savait pas trop comment réagir. Lors des entraînements qui ont suivi, il n’a pas fait la moindre allusion à notre succès. Ce n’est qu’à l’occasion d’une petite fête où il avait apporté des sushis qu’il nous a félicitées. Nous avons dû attendre quatre mois. Autant dire que nous avons encore plus apprécié le compliment. Nous étions fières comme des paons! Maître Mikami vous fait rechercher l’excellence par vous-même. Plutôt que d’offrir le poisson sur un plateau, il préfère vous apprendre comment pêcher. À ce propos, j’ai reçu une sacrée leçon de vie au cours d’un entraînement. Je devais faire un Uchi-mata à un adversaire à qui je rendais bien 20 cm et 30 kg. Il était ceinture noire et moi ceinture bleue. Comme je n’arrivais pas à passer cette prise, j’ai demandé à Maître Mikami de me montrer comment je devais m’y prendre.

Au lieu de ça, il m’a dit: «Toi montrer.» Et à chaque fois que j’échouais, il me disait: «Refais.» J’avais 17 ans et plus je m’y employais, moins j’y arrivais. Cela a duré longtemps et au bout d’un moment, il m’a envoyée à la douche. Pas fière, je lui ai dit: «Maître, je ne comprends rien au judo.» Il a rétorqué: «Oui, c’est vrai.» Puis il s’est lancé dans une explication. «Toi essayer 99 fois. Si toi réussir une fois, toi pouvoir gagner.» Il s’agit là d’un des meilleurs conseils que j’ai reçus dans ma vie.»

Créé: 27.06.2019, 18h56

«La légende Mikami se perpétue»

Yves Christen, ex-président du Conseil national



«Il a passablement influencé le cours de ma vie. J’ai été impressionné par ce prédicateur des arts martiaux qui venait du Japon pour nous enseigner le judo. Pour ses élèves, Kazuhiro Mikami était un maître absolu. J’éprouve un grand respect pour lui, avec qui j’entretiens encore une relation d’élève à maître. Il a cette détermination cruelle des Japonais, atténuée par son mariage avec une Suissesse. J’avais fait les éliminatoires pour les JO de Tokyo en 1964, mais c’était Éric Haenni (ndlr: médaillé d’argent) qui s’était qualifié. Après cette déception, Kazuhiro Mikami m’a relancé. Malgré une blessure à un talon, je me suis inscrit aux championnats de Suisse de 1968. Il m’a dit que j’avais une chance de gagner l’or en poids léger. Il avait déclaré que ce serait quelque chose que je n’oublierais jamais et que je pourrais raconter à mes petits-enfants. Il a ajouté qu’il fallait aller au combat, même si mes adversaires heurtaient mon talon endolori. Résultat: j’ai obtenu l’or. J’ai aussi remporté le titre national par équipes à plusieurs reprises.
Je pense souvent à lui. C’est un fin psychologue. Un homme déterminé avec peu de compréhension pour l’esprit occidental. On s’entraînait jusqu’à ce que le sel soit sur nos lèvres. Mikami est quelqu’un de rond, qui pouvait être dur et déterminé. Avec ce 9e dan, la légende Mikami se perpétue. Lui qui a réussi une sorte d’évangélisation du judo en Suisse. Il est tout simplement exceptionnel.»

«Je lui dois toute ma vie»

Sergei Aschwanden, médaillé olympique



«Ma vie en tant que judoka et personne est liée à lui de façon sentimentale et profonde. Je l’ai toujours appelé «Monsieur Mikami», par respect. Je le compare toujours à Monsieur Miyagi dans «Karaté Kid». Il m’a canalisé, pour que j’utilise mon énergie correctement. Je lui dois toute ma vie. Sans lui, je n’aurais pas remporté de médailles aux championnats du monde, d’Europe, ni aux JO.
À Athènes, où j’étais favori pour l’or, je suis sorti prématurément. Il m’a juste dit: «Toi, pas encore prêt, ça ira mieux dans quatre ans.» En trois mots, il est capable de résumer n’importe quelle situation.
Ce 9e dan est une belle reconnaissance pour lui qui, en tant qu’athlète, a notamment été remplaçant aux JO pour le Japon. Au fil des années, il a atteint l’expertise dans tous les compartiments du judo. Des parents et des grands-parents de judokas ont été entraînés par lui. Il a marqué plusieurs générations. Je me souviens des championnats romands à Auvernier, lorsque j’avais 17 ans. Il se trouvait tout en haut des gradins. Il était presque endormi et portait un marcel. Moi, j’étais seul avec mon père, qui ne connaissait rien au judo. Après dix combats, la compétition se termine et il me dit: «À lundi!» sans un mot sur mes prestations. Le lundi, il m’a fait le rapport détaillé de mes dix combats, sans avoir pris de notes! Ce jour-là, j’ai tout compris, notamment qu’il ne fallait jamais se fier aux apparences. Monsieur Mikami a été mon entraîneur depuis mes 8 ans. Durant ma carrière, je suis toujours revenu vers lui pour lui demander conseil.»

Articles en relation

Le grand Maître du judo rêvait de prendre la mer

Portrait Kazuhiro Mikami est une référence dans le monde des arts martiaux. Prédestiné à devenir marin, il a finalement choisi d’instruire des milliers de Vaudois. Plus...

[VIDÉO] L’ancien joueur de base-ball est devenu 8e dan de judo

Hiroshi Katanishi En 42 ans d’enseignement à Lausanne, le grand Maître Hiroshi Katanishi, a partagé son art avec des milliers de judokas vaudois. Plus...

Tatsuto Shima, le maître japonais qui parle hongrois

Arts martiaux Jovial et bon vivant, le successeur du maître Hiroshi Katanishi fait perdurer la tradition nipponne au Judo Kwai Lausanne. Plus...

Les Loups de Cheseaux hurlent leur envie de rejoindre la LNA

Judo Emmené par Mike Chavanne, le club sème la terreur en LNB en dévorant un à un ses adversaires. Explication du phénomène. Plus...

Priscilla Morand a posé un pied et trois orteils aux JO

Judo La Morgienne qui combat pour l’île Maurice s’est donné les moyens de rejoindre Tokyo en 2020. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...