Passer au contenu principal

Les JOJ à la vallée de Joux ou le syndrome du feu d’artifice

Sylvain Freiholz dénonce l’absence de pérennisation et le manque de vision à moyen terme pour le ski nordique à la vallée de Joux.

Toutes les infrastructures du site des Grandes-Roches ont été démontées après les Jeux olympiques de la jeunesse.
Toutes les infrastructures du site des Grandes-Roches ont été démontées après les Jeux olympiques de la jeunesse.
KEYSTONE

Quand Sylvain Freiholz a quelque chose sur le cœur, il le fait savoir. Mardi soir, à l’issue d’un entraînement de ski de fond avec des jeunes, le médaillé des Mondiaux de saut à skis de 1997 s’est fendu d’un coup de gueule sur le réseau social Facebook. «Allo, ici la lune? Eh non, je suis sur le «site» de ski de fond des Jeux olympiques de la jeunesse, a-t-il écrit. Comme convenu avec nos autorités, notre Canton et l’organisateur, il ne reste aucune trace de cet événement, quelques semaines après…» Le Combier manie même l’humour: «Comme prévu, la page est tournée, il ne reste plus qu’à trouver quelques bénévoles pour remettre les plus gros cailloux dans les pâturages.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.