Passer au contenu principal

Julien Carrel: «C'est un rêve qui devient réalité»

Le passeur et capitaine du LUC peine à réaliser la portée de l'exploit réussi. Il laisse planer le doute sur son avenir.

Julien Carrel ne sait pas s'il sera encore le passeur du LUC la saison prochaine.
Julien Carrel ne sait pas s'il sera encore le passeur du LUC la saison prochaine.
Keystone

Plusieurs minutes après la remise du trophée, Julien Carrel n’a toujours pas complètement réalisé. Au LUC depuis 2012, le capitaine est devenu la figure emblématique du club de Dorigny. C’est le seul joueur à être resté après les grands changements entrepris durant l’été. Le passeur était déjà sur le terrain lors des deux dernières finales perdues (en 2016 contre Amriswil et en 2015 contre Lugano). Dimanche, il a pris sa revanche avec le destin.

Après deux finales perdues, ce titre a-t-il une saveur particulière?

C’est un rêve de gosse qui devient réalité. J’ai commencé le volley à l’âge de 7 ans. J’ai toujours voulu devenir champion suisse avec le LUC. On y parvient en plus devant notre public. Je ne pouvais pas rêver mieux.

On sent pourtant une joie maîtrisée et retenue.

Je n’arrive toujours pas à réaliser. C’est tellement spécial que je n’ai pas pu totalement fêter la victoire sur la balle de match. J’ai quand même lâché quelques larmes sur le banc, mais je ne suis pas encore dans l’euphorie. Cela viendra plus tard.

Qu’est-ce qui a fait la différence face à Näfels?

En finissant premier de la saison régulière, nous avons bénéficié de l’avantage du terrain. Cela nous a permis de rentrer très fort dans cette finale. Il ne faut pas oublier que Näfels a perdu son passeur il y a un mois sur blessure (Ndlr: Reto Giger). Cela a forcément pesé dans la balance. L’équipe a dû reconstruire un nouveau système de jeu.

Ce titre est un peu un achèvement. De quoi l’avenir sera fait pour vous?

Je vais d’abord fêter ce titre, et après on verra. Le volley demande beaucoup de temps, et j’ai un emploi à plein temps et une vie privée. On verra quel choix je fais.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.