Le LUC a retrouvé le sourire et un historique derby vaudois

VolleyballDevant une belle affluence à Dorigny, le LUC a battu Lutry, près de cinq ans après leur dernière confrontation dans l’élite.

Après deux défaites en deux matches, les Lausannois ont fêté un premier succès cette saison.

Après deux défaites en deux matches, les Lausannois ont fêté un premier succès cette saison. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n’y a pas eu photo. Le Lausanne Université Club a assumé son statut de favori contre le Petit Poucet et voisin Lutry-Lavaux. À l’exception du premier set, l’équipe entraînée par Jérôme Corda n’a jamais paru en mesure de bousculer son adversaire. «On a très clairement vu la différence de niveau, a analysé le jeune Luca Ineichen. Ils avaient un bloc de défense dur à passer, ce qui nous a poussés à commettre beaucoup de fautes.»

Le sort de la partie n’a pas souffert de discussion, les Universitaires concluant l’affaire en trois petits sets. En revanche, le derby entre ces deux équipes faisait son grand retour, près de cinq années après le dernier. Le public l’avait bien compris et s’était déplacé en nombre à Dorigny (550 spectateurs annoncés). «Le résultat est presque anecdotique, s’exclamait le président du LUC, Pierre-André Leuenberger. C’est surtout le bonheur de voir tant de gens rassemblés pour cette affiche qui prime.»

Deux frères face à face

Avec cette victoire, l’équipe lausannoise – double tenante du titre – signe son premier succès de la saison en championnat après ses faux pas contre Näfels et Schönenwerd. Deux hommes ont vécu un match particulier au cœur de ce derby vaudois. Les frères Tim et Luca Ineichen ont joué leur première partie l’un contre l’autre. L’aîné, Luca, témoigne: «Plus jeune, on avait l’habitude de faire des petits matches de foot en un contre un, mais pas devant du public. Aujourd’hui, j’ai presque oublié que c’était mon frère en face.»

Les jours précédant la rencontre n’ont pas été non plus anodins. «À la maison, c’était un peu tendu. On ne s’est pas trop parlé, et on s’est chauffé l’un et l’autre», révèle le cadet, Tim. Ce dernier continue à chambrer Luca, en évoquant un service où il a fait le point aux dépens de son frère: «La balle est dehors, c’est un cadeau de l’arbitre. Mais, si cela lui fait du bien, tant mieux. Il aura un petit truc dont il pourra me parler, pour me taquiner un peu.»

Bientôt dans la même équipe?

Ce duel fratricide a donc tourné à l’avantage du petit, qui ne cesse d’ailleurs de surprendre le grand depuis le début de la saison: «Je suis impressionné par sa progression, et surtout fier de lui.» Une belle évolution que les deux hommes expliquent en grande partie par un certain Massimiliano Giaccardi, l’entraîneur du LUC. Certes, les deux frères ne jouent plus les matches dans la même équipe, mais ils partagent certains entraînements, Luca étant mis à disposition par le LUC. L’objectif à terme est clair pour Tim et son frère, si on excepte de jouer les play-off avec leurs équipes respectives cette saison: «On espère pouvoir évoluer un jour dans la même équipe, si possible au LUC, et mettre la misère à tous les clubs de LNA ensemble.»

Créé: 20.10.2019, 22h29

LUC - Lutry-Lavaux 3-0

Sets: 25-19 25-14 25-15.

Dorigny, 550 spectateurs.

Arbitres: Milos Mihaela, François Troyon.

LUC: Harksen (passeur/2 points); Kaeser (11), Höhne (15), Sommer (6), Zerika (6), Ineichen (libéro); Prevel (17). Pas alignés : Joonas, Del Valle, Pfund, Montavon.

Lutry-Lavaux: Ineichen (passeur/2 points), Briquet (passeur); Tim (7), Secrétan (1), Durussel
(0), Pittet (6), Lin (8), Jauffret (6), Schiffer (libéro); Maulat (4), Patrouilleau (libéro); Rémy (2).

Google Map

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.