Les Loups de Cheseaux hurlent leur envie de rejoindre la LNA

JudoEmmené par Mike Chavanne, le club sème la terreur en LNB en dévorant un à un ses adversaires. Explication du phénomène.

Les Okami entraînés par Mike Chavanne (au second plan, kimono bleu) filent tout droit vers l’élite du judo suisse.

Les Okami entraînés par Mike Chavanne (au second plan, kimono bleu) filent tout droit vers l’élite du judo suisse. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quand les combattants du Judo-Club Cheseaux Okami entrent en scène, leurs adversaires n’en mènent pas large. Cette saison, les Loups (la signification d’Okami, en japonais) ont les crocs. Et se comportent comme de féroces prédateurs dans le championnat de LNB.

Néo-promus dans la ligue, ils ont, pour ainsi dire, tout dévoré sur leur passage. Jugez plutôt. Les Vaudois ont infligé un double revers 8-2 à Regensdorf, deux fois 10-0 à Marly, pourtant champion de LNB. Contre Weinfelden, ils ont gagné 10-0 et 6-4. Et Jura a courbé l’échine à deux reprises sur le score sans appel de 8-2.

Déchiquetés ou avalés tout crus, les adversaires de Cheseaux n’ont pas fait le poids face à la meute emmenée par Mike Chavanne, 29 ans et 5e des Mondiaux juniors en 2008. «Nous sommes clairement l’équipe à battre, raconte l’entraîneur et combattant de cette ambitieuse formation. C’est vrai que les autres aimeraient bien nous voir chuter. Mais nous sommes des compétiteurs chevronnés qui avons l’habitude de ce type de situations.»

La formule magique de ce groupe de copains? L’amalgame réussi d’anciens combattants internationaux et de jeunes pousses talentueuses. L’étincelle a ainsi jailli de l’esprit survolté d’ex-stars des tatamis suisses, bien décidées à remettre les doigts dans la prise. «Nous avons décidé de former une équipe, il y a un an et demi, reprend Mike Chavanne, ceinture noire (3e dan) et coach depuis onze ans. L’idée était de retrouver les frissons de la compétition et aussi de s’amuser entre potes. D’ailleurs, nous nous voyons souvent en dehors des tatamis.»

Jeunes loups affamés

En y regardant de plus près, on s’aperçoit que la redoutable équipe de Cheseaux est composée de judokas dotés de sacrés pedigrees. Il y a notamment Jérôme Guyot (vice-champion d’Europe M23, en 2007), Valentin Rota (vice-champion d’Europe juniors en 2008), Timothée Ukaj (triple champion suisse juniors de 2011 à 2013). «Ce n’est pas toujours facile de se motiver à évoluer en 1re ligue quand on a combattu à l’international, reconnaît Mike Chavanne. Mais nous serons fiers du chemin accompli, lorsque nous aurons atteint notre but.»

«Nous sommes clairement l’équipe à battre. C’est vrai que les autres aimeraient bien nous voir chuter»

Chez les jeunes, on trouve notamment Naïm Matt (5e des Européens juniors en 2017 et champion de Suisse par équipes) ou encore Guillaume Favre. «On fait parler de nous, admet Mike Chavanne. Nous représentons un petit village (ndlr: Cheseaux compte 4338 habitants) qui veut rejoindre l’élite pour s’y installer le plus longtemps possible. Nos écoliers B et A (moins de 15 ans) brillent au niveau régional. April Fohouo, 13 ans, vient même de remporter une médaille aux Pays-Bas. Notre but est de rester en LNA, le temps que cette nouvelle génération arrive à maturité et prenne la relève.» Une perspective qui constitue une source de motivation pour tous les jeunes du club.

Des expériences intenses

Pour gagner le droit d’évoluer dans l’élite, les Okami devront dans un premier temps terminer parmi les deux meilleures formations de LNB, ce qui semble pratiquement acquis. À trois tours de la fin du championnat, ils comptent 19 points contre 11 pour leurs premiers poursuivants (3 points sont attribués aux victoires 10-0, 2 points pour les autres). Ensuite, il faudra obtenir une des deux premières places du tour de promotion-relégation (2 clubs de LNA et 2 de LNB). Mais lutter dans l’élite n’est pas une fin en soi. «Si nous y parvenons, nous viserons une place dans le top 4», promet Mike Chavanne. Dans cette optique, les Loups ont déjà noué des contacts avec des renforts de poids.

Une évolution impressionnante pour ce club qui a été fondé en 1982 et qui ne comptait, il y a onze ans, que 35 membres. Aujourd’hui, ils sont entre 200 et 250 à occuper le dojo du Marais du Billet. «Notre objectif est de vivre des expériences intenses, que nos jeunes puissent s’épanouir, assure François Chavanne, jadis multiple champion de Suisse et ceinture noire 6e dan. Le judo est une école de vie. Nous essayons de transmettre à notre relève des valeurs qui lui seront utiles tout au long de son existence. Comme le respect de l’adversaire ou l’amitié. Nous voulons les faire grandir à travers les émotions, mais sans la pression de gagner à tout prix.»

Une saine philosophie à laquelle pourrait bientôt s’ajouter la fierté d’évoluer en LNA.

Créé: 06.06.2019, 18h03

Articles en relation

Priscilla Morand a posé un pied et trois orteils aux JO

Judo La Morgienne qui combat pour l’île Maurice s’est donné les moyens de rejoindre Tokyo en 2020. Plus...

Le centre national de judo pose ses tatamis à Yverdon

Sports de combat La création de cette deuxième structure évitera aux meilleurs judokas romands de devoir se rendre à Brugg (SG). Plus...

Tatsuto Shima, le maître japonais qui parle hongrois

Arts martiaux Jovial et bon vivant, le successeur du maître Hiroshi Katanishi fait perdurer la tradition nipponne au Judo Kwai Lausanne. Plus...

Le grand Maître du judo rêvait de prendre la mer

Portrait Kazuhiro Mikami est une référence dans le monde des arts martiaux. Prédestiné à devenir marin, il a finalement choisi d’instruire des milliers de Vaudois. Plus...

[VIDÉO] L’ancien joueur de base-ball est devenu 8e dan de judo

Hiroshi Katanishi En 42 ans d’enseignement à Lausanne, le grand Maître Hiroshi Katanishi, a partagé son art avec des milliers de judokas vaudois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.