Passer au contenu principal

Il parcourt 1300 km en car pour défier ses ex-coéquipiers

Ancien capitaine des juniors élite, Valentin Pilet, désormais défenseur de Malmö, retrouve le LHC à Yverdon pour la Coupe des Bains qui débute mardi.

Pilet évolue aux IK Panterns de Malmö depuis cet été.
Pilet évolue aux IK Panterns de Malmö depuis cet été.
DR

A trois ans déjà, Valentin Pilet donnait ses premiers coups de patin à la patinoire communale d’Yverdon-les-Bains. «Quand j’étais petit, j’allais voir la Coupe des bains avec mon papa», se remémore-t-il au téléphone. Membre du mouvement junior du LHC depuis 2009, l’ex-capitaine des juniors élite a mis le cap sur Malmö cet été pour tenter sa chance en deuxième division suédoise. Le Nord-Vaudois retrouve déjà les Lions. Une semaine qui s’annonce forcément spéciale pour lui.

Cela fait désormais un mois que Valentin Pilet a déposé ses valises dans le sud de la Suède. Il prend peu à peu ses marques à Malmö. Encore à l’hôtel, le Vaudois emménagera dans son appartement après le tournoi yverdonnois. «Dans le vestiaire, je suis un peu perdu avec le Suédois, admet-il. Mes coéquipiers sont supers et font l’effort de me parler en anglais.»

En avril dernier, l’annonce de son départ vers la Suède avait surpris. «Mon agent a des contacts privilégiés là-bas. Quand il m’a présenté le projet, j’ai rapidement été convaincu. J’étais dans une zone de confort à Lausanne et j’avais besoin de voir autre chose.» Ne redoutait-il pas d’avoir le mal du pays? «J’ai quitté ma famille à 14 ans pour rejoindre le Centre Sport-Etudes. Bien sûr, ce n’était pas aussi loin mais le processus est le même.»

IK Pantern Malmö a été promu en deuxième division en 2015. Surprenant quatrièmes la saison dernière, les Panthères ont misé sur un groupe jeune, aucun joueur n’ayant atteint la barre des 30 ans. «Cette année, on vise le titre», martèle le nouveau venu.

Même s’il n’existe pas de quota de joueurs étrangers en Suède, seuls deux éléments extracommunautaires figurent dans le contingent: le Norvégien Andreas Heier et Valentin Pilet. «Les clubs mettent avant tout l’accent sur la formation des jeunes joueurs du pays, explique le Vaudois. La Suède est réputée pour ses défenseurs physiques et rapides. Cela me fera du bien de travailler mon patinage, qui reste mon point faible.» En s’engageant pour un an, Pilet espère franchir un palier avant de s’imposer en National League (ex-LNA), la saison suivante.

Ce mardi, Malmö reliera Yverdon en car, soit un voyage de plus de 1300 kilomètres, réparti sur deux jours. «Il faudra que je m’habitue, plaisante Valentin Pilet. Le plus gros déplacement est apparemment encore plus long.»

Après un premier match contre Lugano mercredi, Malmö affrontera le LHC jeudi. «Je me réjouis de retrouver mes anciens coéquipiers, surtout Loic In-Albon et Johnny Kneubuehler avec qui j’ai joué en juniors. On s’écrit souvent et on se taquine déjà. J’ai hâte d’y être.» Le rendez-vous est pris.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.