Passer au contenu principal

Le rocambolesque sauvetage du BC Yverdon

La pandémie de coronavirus a sauvé le club du Nord Vaudois de la relégation. Sa présidente Rosalba Dumartheray revient sur ce coup de théâtre qui a épargné une chute en LNB.

Ayla Huser et les Yverdonnois avaient perdu de peu la finale des interclubs, en 2017.
Ayla Huser et les Yverdonnois avaient perdu de peu la finale des interclubs, en 2017.
FLORIAN CELLA - A

Le badminton est un sport où tout va très vite. Dans un sens comme de l’autre. Prenez le club d’Yverdon. Il y a trois ans, sa première équipe jouait le titre de LNA dans sa halle, alors pleine à craquer. Avec une ambiance de fête. Des matches intenses. Un niveau de fou. Et pour les badistes yverdonnois, des souvenirs gravés à tout jamais. Cette année, le club qui compte une centaine de membres, est passé par tous les états d’âme. Une saison correcte jusqu’à Noël. Puis la dégringolade. Des joueurs étrangers absents à des moments clés ont précipité la formation nord-vaudoise en queue de classement. Le 1er mars, après une défaite de trop, lors de l’ultime journée du championnat, le club était officiellement relégué.

Double culbute

Patatras, après 15 années passées dans l’élite, le BC Yverdon subissait la première relégation de son histoire. «Notre équipe de 2e ligue venait de sauver sa peau et c’est celle de LNA qui a échoué, raconte Rosalba Dumartheray, la charismatique présidente du club. Une culbute qui entraînait automatiquement celle de notre deuxième équipe évoluant en LNB. Car il n’est pas possible d’avoir deux formations du même club à ce niveau.» Un effet domino fâcheux pour le club qui comptait cette saison une équipe en LNA, une en LNB, une en 1re ligue et enfin deux autres en 2e et 4e ligue. Comme souvent, c’est dans les moments les plus compliqués que l’on reconnaît les vraies équipes. «Nous avons convoqué nos joueurs pour savoir comment ils envisageaient la suite. Nous leur avons dit que s’ils le souhaitaient, ils pouvaient partir. Mais tous se sont montrés solidaires et ont souhaité remonter l’équipe de LNB en LNA, l’an prochain.»

Mais le vendredi 13 mars, c’est le coup de théâtre. Swiss Badminton décide d’annuler tous ses championnats, en raison de la pandémie du coronavirus. Conséquence: il n’y a plus de promotions ni de relégations. Ce qui sauve Yverdon d’une descente en LNB. «D’un côté nous étions heureux, se souvient Rosalba Dumartheray. Mais nous avons tout de suite pensé aux deux finalistes de LNB qui se battaient depuis un an pour monter en LNA. Sportivement, ce n’est pas juste. La meilleure solution aurait été d’augmenter momentanément la LNA à 10 équipes, au lieu de 8.»

Pour les jeunes

Ainsi, Yverdon repartira la saison prochaine avec la même équipe. Et la volonté de mettre en lumière les jeunes du club. «Certains de nos juniors évoluent en équipe nationale, explique Rosalba Dumartheray. D’autres au sport-études. C’est pour promouvoir la jeunesse que nous nous engageons autant», assure la présidente qui a eu droit à quelques mises en boîte. «Certains m’ont en effet chambrée. On m’a demandé: Rosalba, c’est toi qui as propagé le coronavirus?»

Longtemps encore, le BC Yverdon se souviendra de son rocambolesque sauvetage de 2020.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.