Steeve Fleury a choisi le lac comme bureau

Stand up paddle Le Vaudois de Gilly a fait de sa passion un métier. Il représente la Suisse aux Mondiaux.

Steeve Fleury a remporté neuf titres de champion de Suisse.

Steeve Fleury a remporté neuf titres de champion de Suisse. Image: CHRISTIAN BRUN / A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Steeve Fleury, c’est d’abord un look. Une barbe généreuse, des pieds nus aux ongles multicolores. C’est aussi un sourire et des tatouages faits maison. «Avec des copains, nous avons acheté une machine à tatouer, raconte ce technicien en micromécanique de formation. Choisir nos motifs dans un magasin nous déprimait, alors on a commandé du matériel sur Internet. On s’est d’abord entraîné sur une orange avant de se lancer.»

Sur le corps de cet habitant de Gilly se dessinent un marlin, un cachalot, un col de marin, un drapeau avec les lettres du Léman, des branchies, des lignes sur la jambe gauche et sur la poitrine, ainsi que les bannières des pays où le surfeur de 37 ans a emmené sa planche de stand up paddle (SUP).

Car Steeve Fleury, c’est avant tout un compétiteur. Neuf fois champion de Suisse, il participe en ce moment pour la troisième fois à des Championnats du monde. Après le Pérou en 2012 et les Fidji l’an dernier, il se trouve au Danemark - dans un endroit surnommé Cold Hawaii - en compagnie de huit Suisses. Parmi eux, les Vaudois Hakim Dridah et Lidvina Champendal. Le surfeur de La Côte prendra part aux épreuves de Technical race (course) et de Stand up surf (noté sur les figures, l’engagement et le choix des vagues). «Ces Mondiaux sont une formidable occasion de représenter notre pays et de faire découvrir le stand up paddle, admet Steeve Fleury. Tout le monde pense qu’il s’agit d’un sport de plage, mais c’est une discipline très complète, à l’image de l’aviron.»

La Suisse rame

Dans le giron international, la Suisse rame un peu derrière les grandes nations que sont la France, les Etats-Unis, l’Australie, l’Afrique du Sud et même le Danemark qui compte dans ses rangs Casper Steinfath, l’une des stars de ce sport. «Pour l’instant, nous nous trouvons à 10'000 lieues des pros qui passent leurs journées sur l’eau. Mais nous avons notre mot à dire, grâce à nos nombreux lacs, poursuit le numéro 1 suisse. Nombre d’amateurs de surf dans notre pays voyagent pour s’adonner à cette activité et acquièrent ainsi de l’expérience.»

En termes de voyages, Steeve Fleury n’est pas le dernier à voir du pays, à bord de son van transformé en studio de poche. Lorsqu’il prend le volant, il met le cap sur l’Angleterre, la France, l’Espagne, le Portugal ou encore le Maroc, en hiver. Il passe entre 3 et 6 mois par année à l’étranger, accompagné de ses planches et de ses rames. «Mon van, c’est mon moyen de transport, mon pied-à-terre, quand je vais ailleurs. La plupart du temps, je dors dedans. C’est un bon moyen de voyager sans se prendre la tête pour savoir où on va loger.»

Il fabrique ses planches

Outre le surf et le SUP, Steeve Fleury pratique le skateboard, le VTT, la natation, la marche et la pirogue. Il confectionne lui-même certaines de ses planches de compétition.

La passion du champion est née après un de ses séjours en Australie. «Je voulais garder le contact avec l’eau. Là-bas, les gens vont surfer la vague, à la pause de midi. Et si elle est bonne, ils s’arrangent pour continuer, quitte à bouleverser leur agenda professionnel.»

«Je vis avec peu de moyens, mais ce sport m’apporte un style de vie différent et un autre regard sur notre mode de fonctionnement»

Cet état d’esprit a tout de suite plu au surfeur de La Côte. Si bien qu’il a orienté sa vie autour de sa passion. «Actuellement, je suis pro du stand up paddle, explique-t-il. Pour financer mes activités, je travaille dans un magasin de sport, je donne des entraînements aux clubs de Genève et de Nyon, des cours à des particuliers et j’ai aussi quelques soutiens. Je vis avec peu de moyens, mais ce sport m’apporte un style de vie différent et un autre regard sur notre mode de fonctionnement.» La quête de la liberté est le seul luxe que Steeve Fleury se permet. «Sur l’eau, je suis en harmonie avec la nature. Je côtoie les animaux. Et puis, je perçois les bruits provenant de l’autoroute, celui des avions, des constructions. Ça me fait réfléchir sur le monde dans lequel nous vivons et à plein de sujets de société. Comme ce que l’on mange, ou même au self-scanning dans les magasins. Je trouve notre façon de vivre pas toujours intelligente.»

Le champion est un homme épris de liberté qui désigne volontiers le lac en disant fièrement: «Voilà mon bureau.»

Comme open space, on n’a pas trouvé mieux.

Créé: 04.09.2017, 15h07

Articles en relation

En stand up paddle, le Léman se traverse en 1 h 39

Sports nautiques Samedi a eu lieu la cinquième étape du SUP Eurotour, durant laquelle 80 athlètes ont rallié Thonon-les-Bains depuis Vidy. Plus...

Ride for the cause rame pour un monde propre

Clarens Neuvième édition du rendez-vous caritatif ce samedi et dimanche, où chaque kilomètre de paddle soutient des associations environnementales. Plus...

Big Mama, le plaisir du paddle puissance 8

Montreux Pour sa 8e édition à Clarens, Ride for the cause propose ce week-end des joutes à bord d’une planche géante huit places. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.